Extension Factory Builder
22/02/2013 à 18:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Larayedh et Rached Ghannouchi, le 22 février 2013 à Tunis. Ali Larayedh et Rached Ghannouchi, le 22 février 2013 à Tunis. © AFP

L'islamiste Ali Laarayedh, ancien ministre de l'Intérieur, a été nommé Premier ministre vendredi 22 février. Dans son premier discours, il a promis de former un cabinet dans lequel se retrouveront tous les "Tunisiens et les Tunisiennes", insistant notamment sur l'égalité des sexes.

Son nom circulait depuis quelques jours à Tunis. Vendredi, à la mi-journée, le candidat du parti islamiste Ennahdha et ancien ministre de l'Intérieur, Ali Laarayedh, a été officiellement nommé Premier ministre pour succéder à Hamadi Jebali.

« Nous allons entrer dans la phase de composition du nouveau gouvernement qui sera celui de tous les Tunisiens et Tunisiennes compte tenu du fait que hommes et femmes sont égaux en droits et en devoirs », a-t-il dit lors de sa première prise de parole dans son nouveau costume de chef de gouvernement.

Ali Laarayedh, considéré comme un modéré dans son parti, a insisté sur l'égalité des sexes dans ce premier discours alors qu'Ennahdha est régulièrement accusée de vouloir revenir sur les droits des femmes. Le mouvement islamiste avait ainsi tenté de faire inscrire dans la Constitution la notion de complémentarité homme-femme et non l'égalité, une proposition abandonnée par la suite face à une levée de bouclier dans la société.

Se disant conscient de la lourdeur de la charge, Ali Laarayedh a souligné avoir besoin de l'appui de la présidence, de l'Assemblée nationale constituante, des partis politiques, de la société civile, pour arriver à instaurer la démocratie à laquelle tous aspirent.

Crise politique

« J'espère trouver un bon accueil auprès des Tunisiens et des Tunisiennes, des partis politiques, des milieux d'affaires, des médias, du monde de la culture et des hommes de religion », a-t-il ajouté. Ali Laarayedh a indiqué qu'il évoquerait une autre fois les priorités du futur gouvernement, refusant de répondre aux questions des journalistes.

Le nouveau gouvernement aura la lourde tâche de sortir le pays de sa pire crise politique depuis la révolution de janvier 2011. Elle a été provoquée par l'assassinat retentissant d'un opposant anti-islamiste, Chokri Belaïd, le 6 février. Ali Larayedh a 15 jours pour former son équipe.

Première force politique du pays avec 89 députés, Ennahdha peut réunir assez facilement les voix de 109 élus sur 217 nécessaire à l'approbation du gouvernement. Le parti a cependant promis de former un cabinet bénéficiant de la plus large assise possible, même s'il a refusé la proposition d'un gouvernement de technocrates d'Hamadi Jebali qui a démissionné après l'échec de cette initiative.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

CAN 2015 : la Guinée équatoriale élimine la Tunisie dans un parfum de polémique

Menée jusqu'à la 90e minute par la Tunisie, qui se dirigeait vers une victoire logique, la Guinée équatoriale a égalisé dans le temps additionnel sur un penalty inexistant. C'est Javier Ba[...]

CAN 2015 : Les trois atouts de la Guinée équatoriale avant les quarts

La Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015, va tenter de se qualifier pour la première fois pour les demi-finales du tournoi. Le rapport de force face à la Tunisie paraît à son[...]

CAN 2015 : début des quarts, derby congolais et Tunisie-Guinée équatoriale

L'indécis derby entre Congo et RDC ouvre la phase des quarts de finale de la CAN-2015 samedi à Bata avant que la Tunisie ne se présente en favori face à la Guinée équatoriale[...]

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Tunisie : "Si Béji" et les bajboujettes

Le tout nouveau président tunisien, appelé affectueusement Bajbouj, doit aux femmes sa victoire à la présidentielle. Et qu'un électorat féminin porte un candidat à la[...]

Tunisie : Maison de l'image et espace d'expressions

Comment filmer, photographier et dire la Tunisie d'aujourd'hui ? Olfa Feki, architecte, et Wassim Ghozlani, photographe, viennent de créer dans ce but la Maison de l'image.[...]

La Tunisie lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

La Tunisie a obtenu le 27 janvier un milliard de dollars sur les marchés internationaux, davantage que les 750 millions prévus. La demande a atteint 4,3 milliards.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222175057 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222175057 from 172.16.0.100