Extension Factory Builder
22/02/2013 à 16:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Francis Collomp, enlevé le jour de son 63e anniversaire. Francis Collomp, enlevé le jour de son 63e anniversaire. © Capture d'écran/TF1

Les sept membres de la famille Moulin-Fournier, enlevée mardi matin par un groupe d’hommes armés dans le nord-est du Cameroun, ne sont pas les seuls Français détenus en otages au Nigeria. Depuis 65 jours, Francis Collomp est entre les mains de l’organisation jihadiste nigériane Ansaru.

À la fin du mois de novembre 2012, Francis Collomp, ingénieur à la retraite qui a travaillé dans de nombreux pays africains (Tchad, Niger, Congo…), reprend du service pour Vergnet, une entreprise avec laquelle il a collaboré durant sa carrière professionnelle. La société française spécialisée dans les énergies renouvelables construit un champ éolien à Rimi, près de Katsina, dans l’extrême nord du Nigeria. En cette fin d’année, les deux salariés en charge du projet s’apprêtent à rentrer auprès de leur famille en France pour les fêtes. Francis Collomp est donc appelé en renfort pour assurer l’intérim.

Dans la nuit du 19 décembre, jour de son 63e anniversaire, il dort dans la résidence des employés de Vergnet, dans le bourg de Rimi. Il est le seul Français dans le bâtiment. Comme d’habitude, l’endroit est surveillé : deux gardes nigérians sont postés sur le palier. Soudain, une trentaine d’individus en armes déboulent devant la maison. Ils exécutent les deux agents de sécurité avant de faire exploser la porte d’entrée blindée. Les assaillants pénètrent à l’intérieur, embarquent Francis Collomp, et prennent rapidement la fuite. Ils ne laisseront aucune trace.

"Aucune nouvelle"

Quatre jours plus tard, le 23 décembre, le groupe islamiste Ansaru, dissidence de la secte Boko Haram, revendique l’enlèvement de l’ingénieur, le justifiant notamment par « le rôle majeur de la France » dans la préparation d’une intervention militaire internationale au nord du Mali.

« Depuis, nous n’avons plus aucune nouvelle, déplore Gilda Marbois, belle-sœur de l’otage. Plus de deux mois après son enlèvement, le Quai d’Orsay nous dit qu’il n’a toujours pas été localisé. » Le 31 décembre, elle diffuse une vidéo sur internet pour interpeller les ravisseurs.  Elle leur demande de libérer le mari de sa sœur, Anne-Marie Collomp, rappelant qu’il est atteint d’une maladie cardiaque pour laquelle il a besoin d’un traitement régulier. Son appel est, sans grande surprise, resté sans réponse.

Gilda Marbois s'adresse aux ravisseurs de Francis Collomp enlevé au Nigéria :

Au Port, sur l’île de la Réunion, où Francis et son épouse sont installés depuis six ans, la mobilisation s’organise. Les deux sœurs ont créé le « Collectif pour la libération de Francis Collomp ». Elles ont organisé une marche de soutien et fait circuler une pétition. Le document sera remis à Didier Le Bret, directeur du Centre de crise du ministère des Affaires étrangères, attendu lundi 25 février à la préfecture de Saint-Denis pour une réunion avec la famille Collomp.

« Ma sœur est dévastée. Elle attend beaucoup de cette rencontre, confie Gilda Marbois. On espère que M. Le Bret arrivera avec de bonnes nouvelles, ou au moins plus d’informations sur le sort de mon beau-frère. » Et d’ajouter, un brin remontée, que sur cette affaire comme pour le reste, les Réunionnais sont « les oubliés de la France ».

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Ebola : ONU et OMS promettent des moyens sans précédent contre une épidémie 'exceptionnelle'

Ebola : ONU et OMS promettent des moyens sans précédent contre une épidémie "exceptionnelle"

L'ONU et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont promis samedi des moyens "sans précédent" au Liberia pour faire face à la propagation foudroyante du virus Ebola, qui menace les acquis[...]

Centrafrique : 25 morts dans l'effondrement d'une mine d'or

Au moins vingt-cinq personnes sont mortes dans l'effondrement d'une mine d'or dans la région de Bambari, dans le centre de la Centrafrique, a-t-on appris samedi de sources concordantes.[...]

Centrafrique : à peine nommé, le gouvernement déjà contesté

A peine nommé, le nouveau gouvernement de transition centrafricain était déjà contesté samedi, en particulier par l'ex-rébellion Séléka qui affirme ne pas y avoir de[...]

RDC : la fièvre hémorragique d'origine indéterminée "sous contrôle"

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi, a annoncé vendredi que la fièvre hémorragique d'origine indéterminée qui a fait treize morts depuis le 11 août[...]

Centrafrique : nomination d'un nouveau gouvernement de large ouverture

Le Premier ministre centrafricain Mahamat Kamoun a annoncé vendredi la formation d'un nouveau gouvernement de large ouverture, comptant une trentaine de ministres, dont des représentants des groupes armés et[...]

Ebola : stopper la progression de l'épidémie "prendra 6 à 9 mois", selon l'OMS

L'épidémie d'Ebola a atteint une telle vitesse de propagation qu'il faudra de six à neuf mois pour l'arrêter, a prévenu vendredi un haut responsable de l'Organisation mondiale de la santé[...]

Newton Ahmed Barry, journaliste burkinabè : "Je crains pour ma vie"

Les tensions politiques au Burkina Faso se traduisent par une insécurité de plus en plus grande pour les journalistes. Newton Ahmed Barry, le rédacteur en chef du bimensuel[...]

Gabon : Jean Ping et Ali Bongo Ondimba, duel de phrases assassines

À deux ans de l'élection présidentielle, la guerre des mots est déclarée entre le président gabonais Ali Bongo Ondimba et celui qui se voit déjà comme son principal[...]

Centrafrique : Mahamat Kamoun a formé son gouvernement

Quelques heures après le discours à la nation de la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, au cours duquel elle a confirmé Mahamat Kamoun au poste de Premier ministre,[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers