Extension Factory Builder
22/02/2013 à 16:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Francis Collomp, enlevé le jour de son 63e anniversaire. Francis Collomp, enlevé le jour de son 63e anniversaire. © Capture d'écran/TF1

Les sept membres de la famille Moulin-Fournier, enlevée mardi matin par un groupe d’hommes armés dans le nord-est du Cameroun, ne sont pas les seuls Français détenus en otages au Nigeria. Depuis 65 jours, Francis Collomp est entre les mains de l’organisation jihadiste nigériane Ansaru.

À la fin du mois de novembre 2012, Francis Collomp, ingénieur à la retraite qui a travaillé dans de nombreux pays africains (Tchad, Niger, Congo…), reprend du service pour Vergnet, une entreprise avec laquelle il a collaboré durant sa carrière professionnelle. La société française spécialisée dans les énergies renouvelables construit un champ éolien à Rimi, près de Katsina, dans l’extrême nord du Nigeria. En cette fin d’année, les deux salariés en charge du projet s’apprêtent à rentrer auprès de leur famille en France pour les fêtes. Francis Collomp est donc appelé en renfort pour assurer l’intérim.

Dans la nuit du 19 décembre, jour de son 63e anniversaire, il dort dans la résidence des employés de Vergnet, dans le bourg de Rimi. Il est le seul Français dans le bâtiment. Comme d’habitude, l’endroit est surveillé : deux gardes nigérians sont postés sur le palier. Soudain, une trentaine d’individus en armes déboulent devant la maison. Ils exécutent les deux agents de sécurité avant de faire exploser la porte d’entrée blindée. Les assaillants pénètrent à l’intérieur, embarquent Francis Collomp, et prennent rapidement la fuite. Ils ne laisseront aucune trace.

"Aucune nouvelle"

Quatre jours plus tard, le 23 décembre, le groupe islamiste Ansaru, dissidence de la secte Boko Haram, revendique l’enlèvement de l’ingénieur, le justifiant notamment par « le rôle majeur de la France » dans la préparation d’une intervention militaire internationale au nord du Mali.

« Depuis, nous n’avons plus aucune nouvelle, déplore Gilda Marbois, belle-sœur de l’otage. Plus de deux mois après son enlèvement, le Quai d’Orsay nous dit qu’il n’a toujours pas été localisé. » Le 31 décembre, elle diffuse une vidéo sur internet pour interpeller les ravisseurs.  Elle leur demande de libérer le mari de sa sœur, Anne-Marie Collomp, rappelant qu’il est atteint d’une maladie cardiaque pour laquelle il a besoin d’un traitement régulier. Son appel est, sans grande surprise, resté sans réponse.

Gilda Marbois s'adresse aux ravisseurs de Francis Collomp enlevé au Nigéria :

Au Port, sur l’île de la Réunion, où Francis et son épouse sont installés depuis six ans, la mobilisation s’organise. Les deux sœurs ont créé le « Collectif pour la libération de Francis Collomp ». Elles ont organisé une marche de soutien et fait circuler une pétition. Le document sera remis à Didier Le Bret, directeur du Centre de crise du ministère des Affaires étrangères, attendu lundi 25 février à la préfecture de Saint-Denis pour une réunion avec la famille Collomp.

« Ma sœur est dévastée. Elle attend beaucoup de cette rencontre, confie Gilda Marbois. On espère que M. Le Bret arrivera avec de bonnes nouvelles, ou au moins plus d’informations sur le sort de mon beau-frère. » Et d’ajouter, un brin remontée, que sur cette affaire comme pour le reste, les Réunionnais sont « les oubliés de la France ».

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Gouvernance : le président namibien Pohamba remporte le prix de la Fondation Mo Ibrahim

Gouvernance : le président namibien Pohamba remporte le prix de la Fondation Mo Ibrahim

Le président namibien Hifikepunye Pohamba, qui doit céder sa place d'ici la fin du mois à son successeur, a remporté jeudi le prix de la Fondation Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance en Afrique. [...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Casimir Oyé Mba : "Seule solution pour sortir de l'impasse politique au Gabon, le dialogue"

Casimir Oyé Mba, opposant gabonais et ancien Premier ministre d'Omar Bongo Ondimba, appelle une nouvelle fois le chef de l'État au dialogue national.[...]

RDC - R. Tshibanda : "La Monusco a décidé de ne pas lutter contre les FDLR pour des raisons fallacieuses"

La Mission onusienne en RDC (Monusco) a suspendu son appui à l'armée congolaise dans les opérations contre les FDLR. En réponse, Kinshasa a décidé de traquer seul ces rebelles rwandais. De[...]

Législatives au Lesotho : avantage au Premier ministre sortant

Le Premier ministre du Lesotho Thomas Thabane faisait la course en tête dimanche, selon des résultats partiels portant sur le quart des circonscriptions, au lendemain d'élections législatives visant[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

RDC : les rebelles hutus rwandais fuient l'offensive de l'armée dans les Kivus

Les rebelles hutus rwandais des FDLR fuyaient samedi matin l'offensive de l'armée congolaise dans les provinces des Nord et Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, mais des affrontements[...]

Côte d'Ivoire : la candidature unique de Ouattara validée par le PDCI

Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire, principal allié du président sortant Alassane Ouattara au sein de la majorité, a validé samedi la candidature unique du chef de l'État[...]

Robert Mugabe fête ses 91 ans et s'en prend aux réserves animalières des Blancs

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, dont la réforme agraire des années 2000 a été marquée par la violente éviction de milliers de fermiers blancs, a profité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222155728 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130222155728 from 172.16.0.100