Extension Factory Builder
22/02/2013 à 12:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Laarayedh reste populaire en Tunisie. Ali Laarayedh reste populaire en Tunisie. © AFP

Le ministre de l’Intérieur sortant, Ali Laarayedh, a été désigné par son parti, Ennahdha, pour prendre la relève de Hamadi Jebali à la tête du gouvernement. Il a été officiellement nommé à ce poste vendredi 22 février à la mi-journée.

Ancien prisonnier politique, Ali Laarayedh a conduit dans l’ex-gouvernement de Hamadi Jebali le ministère où il avait été torturé de manière abjecte et gardé au secret en 1990. Cet ingénieur de la marine marchande, originaire de Médenine (sud), avait été secrétaire général du mouvement islamiste d’Ennahdha avant d’écoper de 15 ans d’emprisonnement dont 10 en isolement.

Une fois entré au gouvernement à la suite des élections du 23 octobre 2011, l’homme a semblé un moment dépassé par les événements et avait du mal à tenir son ministère, l’un des plus sensibles et les plus corrompus en Tunisie en raison de la dictature de Ben Ali. Mais nul n’a jamais mis en doute la sincérité d’Ali Laarayedh quand il appelle au respect de la loi et à son application.

Bilan douloureux

Il semble cependant avoir ménagé les salafistes, tout en ayant adopté une position plus controversée avec les laïcs et « progressistes ». La lourde répression de la manifestation du 9 avril 2011, l’attaque de l’ambassade américaine, le 14 septembre suivant, puis les tirs de la police sur les manifestants de Siliana, à la fin de novembre, et l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février de cette année, sont autant d’affaires douloureuses qui entachent sa gestion d’un portefeuille sensible.

À 56 ans, ce défenseur des droits de l’homme reste quand même populaire. Il a hérité d’une situation confuse, a réussi à instaurer un retour partiel de la sécurité, certes sans avoir pu réformer complètement une machinerie aussi complexe et secrète que celle du ministère de l’Intérieur.

Mission délicate

Certains imputent les dysfonctionnements à l’existence d’une officine interne gérant des milices, d’autres estiment que le tandem formé par les ministères de la Justice et de l’Intérieur n’a pas fonctionné.

Dans tous les cas, la nouvelle mission de Ali Laarayedh est délicate. Il doit affronter une crise de confiance sans précédent, lancer rapidement des signaux forts permettant la relance économique et veiller à ce que le pays aille vers des élections dans la plus grande transparence. Sa seule volonté ne suffira pas. Il lui faudra aussi se détacher de l’influence de son parti et se garder de toute attitude ou décision qui serait jugée trop partisane.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président [...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Tunisie : 90 migrants clandestins interceptés au large de Zarzis

Quatre-vingt-dix migrants africains, partis des côtes libyennes pour rallier clandestinement l'île italienne de Lampedusa, ont été interceptés samedi en mer au large de Zarzis, une ville dans le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers