Extension Factory Builder
22/02/2013 à 12:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Laarayedh reste populaire en Tunisie. Ali Laarayedh reste populaire en Tunisie. © AFP

Le ministre de l’Intérieur sortant, Ali Laarayedh, a été désigné par son parti, Ennahdha, pour prendre la relève de Hamadi Jebali à la tête du gouvernement. Il a été officiellement nommé à ce poste vendredi 22 février à la mi-journée.

Ancien prisonnier politique, Ali Laarayedh a conduit dans l’ex-gouvernement de Hamadi Jebali le ministère où il avait été torturé de manière abjecte et gardé au secret en 1990. Cet ingénieur de la marine marchande, originaire de Médenine (sud), avait été secrétaire général du mouvement islamiste d’Ennahdha avant d’écoper de 15 ans d’emprisonnement dont 10 en isolement.

Une fois entré au gouvernement à la suite des élections du 23 octobre 2011, l’homme a semblé un moment dépassé par les événements et avait du mal à tenir son ministère, l’un des plus sensibles et les plus corrompus en Tunisie en raison de la dictature de Ben Ali. Mais nul n’a jamais mis en doute la sincérité d’Ali Laarayedh quand il appelle au respect de la loi et à son application.

Bilan douloureux

Il semble cependant avoir ménagé les salafistes, tout en ayant adopté une position plus controversée avec les laïcs et « progressistes ». La lourde répression de la manifestation du 9 avril 2011, l’attaque de l’ambassade américaine, le 14 septembre suivant, puis les tirs de la police sur les manifestants de Siliana, à la fin de novembre, et l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février de cette année, sont autant d’affaires douloureuses qui entachent sa gestion d’un portefeuille sensible.

À 56 ans, ce défenseur des droits de l’homme reste quand même populaire. Il a hérité d’une situation confuse, a réussi à instaurer un retour partiel de la sécurité, certes sans avoir pu réformer complètement une machinerie aussi complexe et secrète que celle du ministère de l’Intérieur.

Mission délicate

Certains imputent les dysfonctionnements à l’existence d’une officine interne gérant des milices, d’autres estiment que le tandem formé par les ministères de la Justice et de l’Intérieur n’a pas fonctionné.

Dans tous les cas, la nouvelle mission de Ali Laarayedh est délicate. Il doit affronter une crise de confiance sans précédent, lancer rapidement des signaux forts permettant la relance économique et veiller à ce que le pays aille vers des élections dans la plus grande transparence. Sa seule volonté ne suffira pas. Il lui faudra aussi se détacher de l’influence de son parti et se garder de toute attitude ou décision qui serait jugée trop partisane.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielles tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes - [...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Tunisie : le bilan de Mehdi Jomâa en six mois de lutte anti-jihadiste #2

Laurent Touchard* revient sur les événements qui ont jalonné les six derniers mois de lutte anti-terroriste en Tunisie depuis l'arrivée de Mehdi Jomâa à la tête du gouvernement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers