Extension Factory Builder
22/02/2013 à 00:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens lors de combats à Gao, le 21 février 2013. Des soldats maliens lors de combats à Gao, le 21 février 2013. © Frederic Lafargue/AFP

Traqués dans leur refuge montagneux de l'Adrar des Ifoghas, les jihadistes du nord du Mali tentent de reprendre la main en contre-attaquant plus au sud dans la ville de Gao. Les assaillants ont été repoussés provisoirement, jeudi 21 février, après avoir occupé la mairie et la résidence du gouverneur. Des combats ont repris vendredi matin.  

Mis à jour le 22/02 à 15h50.

Gao sera-t-il un nouveau Kandahar ? Si les jihadistes du Mujao et d’Aqmi en rêvent, ils en sont encore loin. Mais la guérilla qu’ils mènent au nord du Mali commence à poser de gros problèmes aux armées coalisées. Jeudi 21 février, au moins une « quarantaine d'islamistes », selon une source militaire malienne, ont mené une violente offensive contre la cité des Askia, avant d’être repoussés temporairement. Deux militaires français ont été blessés dans les combats tandis que quatre maliens le seraient également, selon le ministère français de la Défense.

Les combats ont débuté dans la nuit de mercredi à jeudi à la périphérie de Gao, aux entrées nord et sud, impliquant des soldats nigériens, avant que les soldats maliens et français ne repoussent finalement les assaillants du centre-ville. « Il y a eu une offensive d'un groupe de jihadistes qui ont, à un moment donné, occupé la mairie de Gao et la résidence du gouverneur. Les forces maliennes appuyées par des forces françaises ont réagi et cinq jihadistes ont été tués. La situation est redevenue normale », avait annoncé le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en marge d'une réunion ministérielle de l'Otan à Bruxelles.

Mais vendredi matin, les combats ont repris de plus belle. Les soldats maliens ont tiré au lance-roquettes sur la mairie où, selon le colonel malien Mamadou Samaké, il y avait au moins un islamiste armé qui a riposté avant d'être tué. Un militaire malien avait indiqué plus tôt que de nombreux corps de jihadistes portant des ceintures d'explosifs et tenant à la main des grenades dégoupillées, étaient encore dans la mairie et dans le palais de justice proche. Il avait également précisé que des mines avaient été placées dans ce secteur. Selon l'armée française, entre quinze et vingt islamistes ont été tués depuis jeudi.

Un soldat français fouille des habitations après des combats dans la ville malienne de Gao, le 21 février 2013.

© Frederic Lafargue/AFP

"Combat asymétrique"

Les combats s'étaient interrompus jeudi dans l'après-midi, après l’intervention de deux hélicoptères Gazelle, selon une source militaire. Le palais de justice a en partie été incendié lors des combats, de même qu'une une station-service. La plupart des jihadistes s'étaient ensuite fondus dans la population. « Cela montre que nous sommes maintenant dans un combat asymétrique, cela montre que nous sommes dans une vraie guerre, qui a lieu au nord et autour des villes que nous avons libérées », avait ajouté le ministre.

Parallèlement, à 300 km plus au nord, à Kidal, un attentat-suicide a eu lieu, jeudi, ne tuant que ses auteurs. Un « véhicule est arrivé en filant vers le sud-ouest » de la ville et « a explosé à environ 500 mètres du camp occupé par les Français et les Tchadiens. Deux civils ont été blessés, ils sont à l'hôpital », a déclaré un élu de Kidal, une information confirmée de source sécuritaire malienne à Bamako.

"D'autres explosions"

Selon un fonctionnaire de Kidal, l'explosion a eu lieu « à moins d'un kilomètre du camp occupé par les Tchadiens [qui sont quelque 1 800, NDLR] et les Français », précisant que si le « kamikaze » visait probablement le camp, mais qui était « allé exploser avec sa voiture noire dans une cour ». « Le chauffeur du véhicule a été tué sur le coup », a déclaré l'élu. Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), a revendiqué l’attentat.

« Nous sommes arrivés à rentrer sans aucun problème à l'intérieur de Kidal même pour faire exploser comme prévu un véhicule. (...) Nous allons avoir la victoire sur tous les ennemis. D'autres explosions auront lieu sur tout notre territoire » a affirmé le porte-parole du Mujao, Abu Walid Sahraoui.

Mardi, le président français François Hollande avait déclaré que l'opération Serval, lancée le 11 janvier, entrait dans sa « dernière phase ». Il s'agit d'aller « jusqu'au bout, c'est-à-dire l'arrestation des derniers chefs ou groupes terroristes qui demeurent à l'extrême nord du Mali », a-t-il précisé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du minist[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Mali : les illusions perdues de Sirafily Diango

Ancien militant, le dramaturge Sirafily Diango a trouvé une façon de poursuivre la politique par d'autres moyens : l'écriture. Acteur, il sera sur les planches du festival Théâtres des[...]

Mali : des associations portent plainte pour viols et violences sexuelles pendant l'occupation du Nord

Six associations de défense des droits de l’homme ont déposé plainte, mercredi 12 novembre, au nom de 80 victimes de viols et violences sexuelles perpétrés lors de l’occupation des[...]

Mali : deux nouveaux décès causés par Ebola, des dizaines de personnes en quarantaine

Deux personnes - un ressortissant guinéen et un infirmier malien qui l'avait soigné - sont mortes du virus Ebola ces derniers jours dans une clinique de Bamako. Un médecin malien, considéré comme[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers