Extension Factory Builder
21/02/2013 à 14:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers camerounais à proximité du véhicule de la famille française, le 19 février 2013. Des policiers camerounais à proximité du véhicule de la famille française, le 19 février 2013. © AFP

Après plusieurs heures de confusion autour du sort des sept otages français enlevés mardi au Cameroun, le ministère français des Affaires étrangères a officiellement démenti, jeudi 21 février, à la mi-journée, les informations faisant état de leur libération au Nigeria.

Après la confusion générale, le démenti officiel. Jeudi, à la mi-journée, le ministère français des Affaires étrangères a formellement démenti la libération de la famille française enlevée mardi dans le nord du Cameroun, annoncée dans la matinée par une source militaire camerounaise.

« Le Quai d'Orsay dément l'information selon laquelle les otages français seraient libérés », a indiqué le ministère dans un communiqué. Auparavant, le porte-parole adjoint du Quai d'Orsay, Vincent Floreani, avait mis en garde contre toute information prématurée. « Au Nigeria, le porte-parole de la Défense, Mohammed Yerima, a lui aussi démenti toute libération. C'est faux. Nous ne savons même pas où ils sont », a-t-il déclaré.

Jeudi, peu avant 10 heures du matin, un officier supérieur de l'armée camerounaise avait annoncé que les sept otages, tous membres d'une même famille, avaient été libérés et étaient « sains et saufs aux mains des autorités nigérianes ». « Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa, à une centaine de kilomètres de la frontière camerounaise », avait-il affirmé.

"Folle rumeur"

Le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, avait alors rapidement démenti la libération de la famille, qualifiant l'information de « folle rumeur ». De son côté, le ministre délégué français aux Anciens combattants, Kader Arif, avait même confirmé la libération des otages lors d'une intervention à l'Assemblée nationale, avant de se rétracter.

Tanguy Moulin-Fournier, un salarié de GDF-Suez basé à Yaoundé, son épouse, ses quatre fils - âgés de 5 à 12 ans -, et un autre homme qui pourrait être son frère, étaient en vacances dans le nord du Cameroun lorsqu'ils ont été enlevés, mardi matin, par des hommes à moto, qui les ont ensuite emmenés vers le Nigeria voisin.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Cameroun - Yves Michel Fotso : "Tout est fait pour me détruire"

Détenu depuis quatre ans au secrétariat d'État à la Défense, à Yaoundé, l'ancien patron de Cameroon Airlines et héritier du financier Victor Fotso clame son[...]

France : Dieudonné condamné à deux mois de prison avec sursis

L’humoriste franco-camerounais Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis pour son message posté sur Facebook après les[...]

Montres, fortune et préjugés : quand Samuel Eto'o fustige le racisme ordinaire

Samuel Eto'o, présent à Londres jeudi pour recevoir la médaille européenne de la tolérance pour son action contre le racisme, a évoqué dans une interview à "CNN"[...]

Cameroun - Iric : quand un concours pour futurs diplomates vire au psychodrame national

Le concours d’entrée à l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) a été l'objet d'un sérieux couac après que des étudiants reçus ont[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Mbvoumin : "Le nouveau règlement Fifa va entraîner l'explosion du nombre de faux agents en Afrique"

L’association Foot Solidaire, présidée par l’ancien international camerounais Jean-Claude Mbvoumin, publie "Le passeport Foot Solidaire 2015-2016". Objectif : lutter contre le trafic de jeunes[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130221135903 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130221135903 from 172.16.0.100