Extension Factory Builder
21/02/2013 à 13:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats français à Gao, au Mali, le 10 février 2013 Des soldats français à Gao, au Mali, le 10 février 2013 © AFP

Deux villes au nord du Mali ont été les cibles d'attaques des jihadistes : des tirs à l’arme lourde ont été entendus dans la nuit du 20 au 21 février à Gao alors qu’à Kidal, un véhicule piégé a explosé près du camp où sont stationnés les soldats français et tchadiens.

Des tirs à l'arme lourde ont été entendus dans la nuit du 21 février à Gao, la plus grande ville du nord du Mali, selon des sources concordantes rapportées par l’AFP. « Nous avons entendu dans la nuit de mercredi à jeudi matin des tirs à l'arme lourde d'origine indéterminée, à au moins deux entrées de Gao. Nous cherchons des précisions », a confirmé un sous-officier de l'armée malienne, interrogé par téléphone depuis Bamako. Des tirs ont été également entendus par d'autres témoins.

Selon une source militaire malienne, des combats se poursuivent entre les soldats maliens et une quarantaine d'islamistes venus de villages proches de Gao. Ces affrontements ont lieu aux entrées Nord et Sud de la ville mais aussi près de la mairie et du palais de justice qui serait même en flammes.

La ville de Gao, située à 1 200 km au nord-est de Bamako, reprise aux islamistes armés liés à Al-Qaïda, le 26 janvier, par les soldats français et maliens, a connu déjà deux attentats-suicides, les 8 et 9 février. Ils avaient été commis par deux kamikazes qui s’étaient faits exploser contre un poste de contrôle de l'armée malienne. Au lendemain, de violents combats de rue ont eu lieu au centre-ville de Gao entre des combattants jihadistes et les soldats français et maliens. Ces affrontements ont fait cinq morts et 17 blessés.

Nouvel attentat

Au nord-est du pays, à Kidal, au moins deux civils ont été blessés le 21 février dans l'explosion d'un véhicule apparemment piégé près du camp où sont stationnés des militaires français et tchadiens. Selon un élu de Kidal, le véhicule est arrivé en filant vers le sud-ouest de la ville avant d’exploser à environ 500 mètres du camp occupé par les Français et les Tchadiens. Deux civils ont été blessés, ils sont à l'hôpital. Personne n'a encore approché le véhicule pour savoir si le conducteur vivait toujours.

Pour l’instant, « personne n'a encore approché le véhicule pour savoir si le conducteur était encore en vie », a déclaré à l’AFP un élu de Kidal, information confirmée de source sécuritaire malienne à Bamako. Un fonctionnaire du gouvernorat de Kidal a, de son côté, précisé que l'explosion du véhicule avait eu lieu à moins d'un kilomètre du camp occupé par les Tchadiens et les Français. Selon lui, le conducteur du véhicule était sans doute un kamikaze qui visait le camp. Mais il est allé exploser avec sa voiture noire dans une cour. Il y a eu un grand bruit.

Les forces françaises ont repris dans la nuit du 29 au 30 janvier le contrôle de l'aéroport de Kidal, à 1 500 km au nord-est de Bamako, ancien bastion islamiste, où quelque 1 800 soldats tchadiens sont entrés depuis pour sécuriser la ville.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers