Extension Factory Builder
21/02/2013 à 11:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des policiers camerounais à proximité du véhicule de la famille française, le 19 février 2013.. Des policiers camerounais à proximité du véhicule de la famille française, le 19 février 2013.. © AFP

Des informations contradictoires circulent depuis jeudi matin sur la possible libération de la famille française enlevée au nord du Cameroun, le 19 février. Pour l'instant, aucune source officielle ne confirme un heureux dénouement.

Mis à jour à 12H00.

La confusion règne sur le sort de la famille française enlevée mardi matin dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria. Jeudi 21 février, vers 10 heures du matin, une source militaire camerounaise, citée par l'AFP, a annoncé la libération des sept otages français. D'après elle, le collaborateur de GDF-Suez, Tanguy Moulin-Fournier, sa femme, ses quatre fils et un autre homme qui serait son frère auraient été retrouvés par les autorités nigérianes dans la localité de Dikwa, dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria.

« Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes (...) ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa, à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger », a ainsi affirmé à l'AFP un officier supérieur de l'armée camerounaise. Mercredi soir, des sources concordantes de l'armée et des services de sécurité camerounais avaient indiqué que les otages avaient été localisés dans cette petite ville, située aux confins du Nigeria, du Cameroun et du Niger.

Volte-face de Kader Arif

Une vingtaine de minutes après cette annonce, Kader Arif, le ministre délégué aux anciens combattants, confirmait à l'Assemblée nationale la libération des sept Français, sans toutefois apporter plus de précisions. Il est ensuite revenu très rapidement ses propos. « Il s'agissait d'informations transmises par voie de presse, il n'y a pour le moment pas de confirmation officielle », a-t-il déclaré aux députés, après avoir de nouveau demandé à prendre la parole dans l'hémicycle.

À Paris, ni l'Élysée ni le Quai d'Orsay n'ont confirmé une éventuelle libération de la famille française. « S'il y a une annonce à faire, ça viendra de l'Élysée », nous a indiqué une source diplomatique française.

"Folle rumeur"

Au Cameroun, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, a évoqué « une folle rumeur ». Même son de cloche au Nigeria, où l'armée a démenti la libération des otages. « Ce n'est pas vrai », a brièvement réagi Sagir Musa, porte-parole d'une unité spéciale de l'État de Borno.

Tanguy Moulin-Fournier et sa famille, dont quatre enfants âgés de 5 à 12 ans, avaient été enlevés mardi matin près du parc naturel de Waza. Leur voiture avait été interceptée par des hommes armés à moto, qui les avaient ensuite emmenés au Nigeria voisin. Mercredi, des gendarmes français étaient arrivés au Cameroun pour participer à l'enquête.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

'La trinité bantoue' : Max Lobe chez les Helvètes

"La trinité bantoue" : Max Lobe chez les Helvètes

En suivant les tribulations d'un sympathique antihéros, le jeune auteur camerounais Max Lobe ausculte avec empathie la société suisse... et son propre pays d'origine.[...]

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers