Extension Factory Builder
20/02/2013 à 17:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tunisien Moncef Marzouki arrive à ses bureaux, le 19 février 2013 à Tunis. Le président tunisien Moncef Marzouki arrive à ses bureaux, le 19 février 2013 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Les négociations entre Rached Ghannouchi et Moncef Marzouki ont repris de plus belle en Tunisie, au lendemain de la démission du Premier ministre, Hamadi Jebali. Objectif : sortir la Tunisie d'une crise gouvernementale qui dure depuis huit mois.

Après la démission de Hamadi Jebali, le 19 février, les consultations entre le président Moncef Marzouki et le parti islamiste Ennahdha n’ont pas encore abouti à la nomination d’un nouveau Premier ministre, ou à la reconduction du sortant.

Car si les noms de plusieurs candidats potentiels ont été évoqués dans la presse, comme celui du ministre de la Santé, Abdelatif Mekki, le retour de Jebali n’est pas exclu. Le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, a admis être « en pourparlers » avec celui-ci. Mais « pour l'instant, on n'a pas de nom », a-t-il déclaré à l'issue d'une entrevue Marzouki.

Adnène Mancer, le porte-parole de la présidence, a assuré que « l'affaire est entre les mains » des islamistes d’Ennahdha, qui ont torpillé la solution d’un gouvernement de technocrates sans appartenance politique, présenté par Jebali. Il a également dit « espérer » qu'un nom sera connu « d'ici demain ». Ghannouchi compte quant à lui trouver une solution avant la fin de la semaine.

Compromis

La solution de compromis serait un gouvernement restreint mêlant politiques et technocrates que dirigerait Jebali, qui a acquis une stature d’homme d’État grâce à sa gestion responsable de la crise provoquée par l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaïd. Le dirigeant d'Al Massar, Samir Bettaïeb, a notamment déclaré avoir « confiance » en lui tandis que Issam Chebbi, du Parti républicain affirmait : « Nous le soutenons car il a acquis de la crédibilité ».

Qui plus est, une bonne partie de la presse tunisienne saluait aussi le Premier ministre sortant qui aura gouverné la Tunisie pendant 14 mois, le quotidien Le Temps notant « sa cohérence et son attachement à l'intérêt suprême de la nation ». Paris, Berlin et Bruxelles ont également tenu à lui exprimer leur « respect ». La chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, a loué en particulier le « grand sens de l'État » de Jebali.

"Tiraillements politiques"

Mais l'intéressé a déjà posé ses conditions. Mardi, dans son discours de démission, il a déclaré qu’il ne s'inscrirait « dans aucune initiative qui ne fixe pas la date des prochaines élections » et « ne soit pas à l'abri des tiraillements politiques ».

Quel qu’il soit, le futur Premier ministre aura quinze jours à compter de sa nomination pour former son équipe qui devra obtenir la confiance de l'ANC. Avec 89 députés, Ennahda peut construire assez facilement une coalition de 109 élus sur 217 pour faire approuver le cabinet mais les islamistes ont promis d'essayer de bâtir le consensus le plus large possible.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr, a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste[...]

"Notre pays est plus fort que vous !" : quand le peuple tunisien dit "non au terrorisme"

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche dans les rues de Tunis "contre le terrorisme", après l'attentat qui a touché le musée du Bardo, le 18 mars. Parmi elles, des[...]

Tunisie : grande marche "contre le terrorisme" à Tunis

Une importante foule rejointe par des dirigeants étrangers a défilé dimanche à Tunis "contre le terrorisme" en réaction à l'attentat sanglant du musée du Bardo, juste[...]

François Hollande : nous allons "marcher pour les valeurs que la Tunisie représente"

Après avoir voté pour le second tour des départementales, le président français s'est envolé dimanche matin pour Tunis, où il participera à la marche contre le terrorisme.[...]

Tunisie : neuf hommes du principal groupe jihadiste tunisien tués

Neuf hommes armés appartenant au principal groupe jihadiste tunisien, la brigade Okba Ibn Nafaa accusée par les autorités de l'attentat du musée du Bardo, ont été tués par les[...]

Tunisie : marche contre le terrorisme avec des responsables étrangers

La Tunisie organise dimanche une marche contre le terrorisme à laquelle des dizaines de milliers de personnes et des personnalités étrangères, dont le président français François[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220175239 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220175239 from 172.16.0.100