Extension Factory Builder
21/02/2013 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La semaine antiraciste et anticoloniale, du 16 février au 3 mars, à Paris. La semaine antiraciste et anticoloniale, du 16 février au 3 mars, à Paris. © Jeune Afrique

Dans le cadre de la semaine anticoloniale et antiraciste, les associations ont mobilisé des historiens pour offrir un tour de la capitale française hors des sentiers battus : à travers les hauts lieux de l’esclavage et du colonialisme. Visite guidée.

Il avait revêtu, pour l’occasion, l’attirail du parfait colon. Casque colonial beige, sifflet autour du cou : voilà Louis-Georges Tin, président du Conseil Représentatif des Associations Noires de France (Cran) paré pour  jouer, avec les historiens Pascal Blanchard, Catherine-Vidrovitch, Giles Manceron et Marcel Dorigny, le guide d’un jour, lors du premier « Colonial  tour » de Paris. Autrement dit, de la visite des  lieux de la capitale française ayant un lien, incontestable mais souvent méconnu du grand public, avec l’esclavage et la colonisation. L’évènement était essentiellement réservé aux journalistes, qui se sont d’ailleurs déplacés en nombre, malgré le froid de cette matinée du 14 février.

Rendez-vous était pris, à 9H00, Place des Victoires (1er et 2e arrondissements de Paris).  C’est là, que se trouvait jusqu’au milieu du 19è siècle, l’Hôtel de Massiac, où se réunissait un lobby de propriétaires d’esclaves de Saint-Domingue. 

Paris Colonial from Elise Colette on Vimeo.

Le maire du 2ème arrondissement, Jacques Boultault (Europe écologie-Les verts), présent lui aussi, a tenu à défendre le concept du « colonial tour », qu’il assimile à « un coup de projecteur » participant à la « décolonisation de l’imaginaire des Français ». « C’est un combat à mener quotidiennement, pour que nous n’oublions pas tout cela. » L’occasion aussi pour l’eurodéputé écolo, Jean-Jacob Bicep, d’annoncer son intention de proposer au Parlement européen la mise en place d’une semaine de sensibilisation à l’esclavage et à la colonisation. « Il faut faire en sorte que les pays dans lesquels nous vivons passent vraiment dans l’ère postcoloniale », a-t-il déclaré.

En à peine un quart d’heure, les mains et visages sont déjà gelés. Les membres du Cran et de Sortir du Colonialisme, qui ont tout prévu, sortent de leurs gros sacs des thermos remplis de chocolat chaud Banania. « Il fallait bien ça pour nous réchauffer dans cet hiver prussien !», lance Louis-Georges Tin, qui dans la foulée, présente la marque de chocolat en poudre et son célèbre « Ya bon » né en 1915,  célèbre  référence publicitaire aux « gentils » tirailleurs sénégalais…

Après la politique - et la communication -, place enfin, à l’histoire… Ambiance bonne élève, avec cahier et stylos, la joyeuse troupe embarque  dans le bus vert des années 1930, loué à la RATP pour l’occasion. 

Direction rue de Vivienne, où se trouve le siège de l’ancienne Compagnie des Indes, fondée par Colbert au 17e siècle et haut-lieu du commerce triangulaire jusqu’à la fin du 18e siècle.  Puis, l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde (8e arrondissement). Le bâtiment a été  très longtemps le secrétariat d’État à la Marine et aux Colonies. Là, où était « géré le système colonial », souligne Marcel Dorigny, maître de conférences à l'université Paris 8.

"Rendez les 21 milliards !"

Devant la Caisse des dépôts et consignations située dans l’étroite rue de Lille (7e arrondissement), l’escale sera plus longue. Aujourd’hui considérée comme le « bras financier de l’État» français, l’institution est depuis longtemps dans le collimateur du Cran. C’est elle, qui a encaissé pendant 125 ans, les paiements d’Haïti (150 millions de francs or de 1825, 21 milliards de dollars aujourd’hui), pour « dédommager » les colons suite à son indépendance en 1804.  « Rendez les 21 milliards!», crie Patrick Farbiaz, président de l’association Sortir du colonialisme. Un chauffeur de poids-lourd coincé par l’attroupement lance des encouragements, les vigiles de la Caisse des dépôts se font, eux, de plus en plus méfiants… Face à une audience soudainement plus agitée, le président du Cran, distribue des biscuits Choco BN, fabriqués par la Biscuiterie nantaise, qui aurait pendant de longues années prospéré sur des capitaux issus du commerce triangulaire.

Vient ensuite, l’esplanade des  Invalides et son Musée abritant le tombeau de Napoléon 1er. Ce dernier a rétabli l’esclavage en 1802, abolit par la Révolution, quelques années plus tôt. Dans le bus, Pascal Blanchard, historien et président de l’Association pour la connaissance de l'histoire de l'Afrique contemporaine (Achac) fait un point rapide mais enflammé sur les zoos humains et les expositions coloniales. Ces dernières  étaient organisées, non loin de là, à Vincennes, où le bus, faute de temps, ne se rendra pas. Le Jardin des plantes, où fut exhibée au début du 19è siècle la Vénus Hottentote, ou encore le théâtre du Châtelet (1er arrondissement) où furent jouées de nombreuses pièces glorifiant les conquêtes coloniales françaises, seront-elles aussi sacrifiées à la ponctualité et à la pluie devenue battante.

Tant de lieux, de bribes d’une histoire française, qui « n’est pas celle des autres, selon Pascal Blanchard. C’est la nôtre, celle si difficile, encore, à regarder pour de nombreux Français.»

________

Élise Colette

  

Haby Niakate

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220172838 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220172838 from 172.16.0.100