Extension Factory Builder
21/02/2013 à 10:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une vue du parc de Waza, au nord du Cameroun, où une famille française a été enlevée. Une vue du parc de Waza, au nord du Cameroun, où une famille française a été enlevée. © Marc Preel/AFP

Les infiltrations de la secte islamiste nigériane Boko Haram et de sa branche dissidente Ansaru ne sont pas nouvelles au Cameroun. Le nord du pays sert de zone de repli à ces groupes armés pourchassés au Nigeria.

Mis à jour le 21 février à 10:13

Soupçonnée de l’enlèvement d’une famille française le 19 février, libérée jeudi 21 février - la secte islamiste Boko Haram, basée au Nigeria, n’en est pas à son coup d’essai au nord du Cameroun. Entre octobre 2012 et janvier 2013, elle a frappé au moins à trois reprises dans cette région, sur la ligne frontalière située entre Dabanga, Fotokol et Kousseri (voir carte ci-dessous).

Au cours de la première incursion près de Fotokol, à 105 kilomètres au sud de Kousseri, ville camerounaise frontalière avec la capitale tchadienne Ndjamena, les islamistes nigérians ont emporté des équipements militaires, des armes de guerre et des munitions. En réaction, les forces de sécurité locales ont interpellé des suspects nigérians qui ont aussitôt été remis aux autorités d’Abuja.

La contre-réaction des islamistes s’est soldée par la décapitation, en octobre 2012, d’Abba Djidda Alhadji, maire-adjoint de Makary près de Fotokol. Puis, par l’assassinat d’un commerçant nigérian dans la ville de Kousseri, le 19 janvier 2013.

Voir la carte des actions de Boko Haram au nord du Cameroun (en rouge, tandis que les capitales nationales sont en jaune, et les capitales régionales en bleu) :


Afficher Violences dans le nord du Cameroun sur une carte plus grande

Déni officiel

Malgré la précision des menaces, et la multiplication des frappes de Boko Haram, le gouvernement a constamment refusé de reconnaître la présence effective de la secte nigériane au Cameroun. « En reconnaissant officiellement la présence de Boko Haram au Cameroun, notre pays court le risque d’être considéré comme une base arrière des islamistes par notre voisin, le Nigeria », estime un député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir.

Un enseignant à l’École normale supérieure de Maroua, capitale de l’extrême-nord, affirme que Boko Haram est visible dans la région. « Ils ne sont pas seuls. Ansaru est également ici. Vous voyez des barbus nigérians partout en ville. Il y a des ONG saoudiennes, turques et iraniennes qui distribuent argent et nourriture dans les mosquées. Les discours extrémistes sont prononcés ouvertement dans plusieurs mosquées, de Kousseri à Maroua », explique-t-il.

Petit Sahel camerounais

Pourchassés dans tout le nord du Nigeria par la Joint Task Force mise en place par le gouvernement de Goodluck Jonathan, Boko Haram et Ansaru cherchent des refuges. De plus, depuis que la situation sécuritaire s’est dégradée au Nigeria, les touristes occidentaux se font rares. Et les étrangers sont obligés de fuir. Les terroristes ont vite trouvé une solution de rechange, à un jet de pierre, de l'autre côté de la frontière camerounaise. Une zone qui leur offre de nombreux avantages.

« La région du nord du Cameroun ressemble parfaitement à la zone sahélienne, de par sa difficulté d’accès, les nombreuses cachettes disponibles. Par ailleurs, la frontière n’est pas matérialisée, les familles vivent de part et d’autre des deux frontières. Tous les deux peuples étant de religion musulmane, on ne peut pas distinguer qui est étranger ou non », explique le politologue Aboya Manasse Endong, enseignant à l’université de Douala. Qui relève en outre que la montée en puissance de Boko Haram dans le grand nord est d’autant plus inquiétante que le Cameroun ne dispose pas de moyens adéquats pour faire face à ce genre de défi sécuritaire.

________

Par Armelle Nya, à Douala

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une majori[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220145847 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130220145847 from 172.16.0.100