Extension Factory Builder
20/02/2013 à 14:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Oscar Pistorius au deuxième jour de son audience, qui pourrait durer jusqu'à vendredi. Oscar Pistorius au deuxième jour de son audience, qui pourrait durer jusqu'à vendredi. © Stéphane de Sakutin/AFP

Lors de son deuxième jour d'audience, Oscar Pistorius apparaît de plus en plus en difficulté. Un produit dopant, de la "testostérone", et des seringues ont été retrouvés chez lui, selon la police. Et selon le procureur, un témoin a entendu une dispute à son domicile le soir du drame. De quoi remettre en cause la version du sportif, celle du meurtre par "accident" de sa compagne Reeva Steenkamp.

Accusé du meurtre de Reeva Steenkamp, qui a été incinérée mardi à Port Elizabeth, Oscar Pistorius voit sa situation judiciaire se compliquer. Alors qu’il avance la thèse de l’accident, prétendant avoir confondu la sa compagne de 29 ans avec un voleur, plusieurs éléments accablants viennent s’ajouter à un dossier déjà lourd.

Mercredi 20 février, le procureur Gerrie Nel a tous d’abord affirmé qu’un témoin avait entendu l’athlète se disputer violemment avec Reeva Steenkamp la nuit du drame. Or la veille, à l’ouverture de la première audience – qui vise à statuer sur la demande de libération sous caution formulée par la défense - Pistorius avait déclaré que la soirée s'était bien passée et que le couple s'était endormi après 22H00.

Selon sa version des faits, le sportif ne s'était réveillé que peu de temps avant le meurtre et avait tiré sur la porte des toilettes, craignant qu’un voleur ne se soit introduit pas la lucarne et croyant que sa petite amie était encore au lit. Mais le procureur, qui suit la piste de la préméditation, n’a pas eu de mal a jeter plus que l’ombre d’un doute sur ces affirmations.

>> Lire aussi "Faits divers : ces sportifs africains qui ont défrayé la chronique judiciaire avant Pistorius"

"Victime habillée"

« La victime était habillée au moment des tirs », a-t-il précisé, ce qui cadre assez mal avec le réveil en pleine nuit. « Reeva Steenkamp portait un short blanc et un haut noir et était couverte de serviettes au moment où les secours sont arrivés », a-t-il dit. En outre, l’angle des tirs indique selon lui une intention particulière : celle de nuire à quelqu’un assis sur les toilettes, à une distance d'1,5 mètre.

« Il a tiré directement sur les toilettes, en direction de la cuvette », a-t-il ajouté. Et l'enquêteur Hilton Botha de préciser, après avoir présenté un plan des lieux à la cour : « Quand vous ouvrez la porte, le siège des toilettes se trouve à votre gauche. Il faut donc se tourner un peu et tirer en angle pour toucher les toilettes ». Mais celui-ci n'a encore aucune preuve d'experts de ce qu'il avance.

Selon l'enquêteur, qui est arrivé à 04H15 du matin au domicile de l’athlète, à Pretoria ce jeudi 14 février, jour de la Saint Valentin, il y a eu trois impacts de balle : « à la tête à droite au-dessus de l'oreille, au coude droit - et la balle a cassé le bras - et à la hanche droite. (…) J'ai trouvé la personne décédée sur gisant sur le sol au pied des escaliers au rez-de-chaussée. Elle avait déjà été déclarée décédée par les ambulanciers ». Une version qui cadre avec celle de Pistorius, qui avait affirmé que la jeune-femme était morte dans ses bras.

Les crises de violence incontrôlée peuvent cependant être un effet secondaire des stéroïdes anabolisants, phénomène connu sous le nom de "roid rage".

Le policier a par ailleurs annoncé que l'accusé, féru d’armes à feu, serait également poursuivi pour détention illégale de munitions. « Nous avons trouvé une boîte de calibre .38. Il n'est pas en possession d'une licence pour posséder des .38 », a-t-il déclaré.

Parallèlement, l’hypothèse d’une crise de folie meurtrière du sportif s’est trouvé crédibilisée par la découverte de produits dopants interdits à son domicile. « Nous avons trouvé deux boîtes de testostérone et des seringues dans la chambre de Pistorius », a déclaré un enquêteur devant le tribunal de Pretoria où comparaît l'athlète.

« Il s'agit d'un remède à base de plantes, il a le droit de l'utiliser et il l'a utilisé auparavant », a affirmé au juge l'avocat de Pistorius, Barry Roux. Un porte-parole du Comité paralympique international, Craig Spence, a pour sa part indiqué à l'AFP que le champion avait subi deux contrôles antidopage pendant les Jeux Paralympiques de Londres-2012, et qu’ils s'étaient révélés négatifs. Les crises de violence incontrôlée peuvent être un effet secondaire des stéroïdes anabolisants, phénomène connu sous le nom de « roid rage ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers