Extension Factory Builder
20/02/2013 à 10:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président tchadien Idriss Déby Itno à Paris le 6 décembre 2012. Le président tchadien Idriss Déby Itno à Paris le 6 décembre 2012. © AFP

Après avoir limogé deux ministres en charge de la sécurité, le Premier ministre tchadien, Joseph Djimrangar Dadnadji, a remanié mardi son gouvernement avec quatre nouveaux départ.

La vie politique tchadienne n’est pas un long fleuve tranquille. Formé le 25 janvier dernier, le gouvernement de Joseph Djimrangar Dadnadji a été investi le 11 février par le Parlement. Au bout de trois jours seulement, il connaît sa première crise. Deux de ses membres, responsables à différents niveaux de la police sont débarqués suite à une colère d’Idriss Déby, qui a provoqué un contrôle général de la police. De graves irrégularités ont été découvertes et imputées à Ahmat Bâchir en tant que ministre de la Sécurité publique et Bachar Ali Souleymane, ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, précédemment directeur général de la police.

Les ministères qu’ils dirigeaient sont regroupés et confiés à Ali Mahamat Zène Ali Fadel, sous le titre de ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Une partie des attributions de son ministère, la Décentralisation est confiée à Yokabdjim Mandigui, un professeur de droit, ancien ministre de l’Éducation réputé proche du nouveau Premier ministre.

Départs inexpliqués

Mahamat Béchir Okormi, mis en cause dans l’affaire des recrutements clientélistes dans la police nationale est aussi débarqué du ministère de l’environnement et des ressources halieutiques. Les départs de Mahamat Ali Abdallah, ministre de l’Hydraulique urbaine et rurale, un général proche du chef de l’État et de Nodjitolabaye Kouladoumadji, ministre des mines et de la géologie restent inexpliqués. Ils sont remplacés par Ali Mahamat Abdoulaye et Oumar Adoum Sini.

Enfin, Bedoumra Kordja, ministre du Plan et ancien vice-président de la BAD devient secrétaire général de la présidence de la République. Il est remplacé par Issa Ali Taher qui dirigeait l’Agence nationale des investissements et des exportations. Le nombre de portefeuilles (33 ministères et 9 secrétariat d’État) n’a pas changé. Mais le nombre de femmes passe de 5 à 6 dans la nouvelle équipe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tchad

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la Centr[...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers