Extension Factory Builder
19/02/2013 à 15:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Sud-Africaine Mamphela Ramphele, le 6 février 2013, au Cap. La Sud-Africaine Mamphela Ramphele, le 6 février 2013, au Cap. © Rodger Bosch/AFP

L’ancienne directrice de la Banque mondiale et militante anti apartheid, Mamphela Ramphele, a annoncé, lundi 18 février, la création du mouvement "Agang". Un parti politique qui entend mettre fin à l’hégémonie de l’ANC, accusée d'avoir déçu les Sud-Africains.

Elle s’était érigée contre le système de l’apartheid, elle s’engage désormais à combattre l’ANC, le parti majoritaire en Afrique du Sud. Mamphela Ramphele, 57 ans, ancienne directrice de la Banque mondiale, a élargi lundi 18 février le front anti-Zuma, avec l’annonce de la création de sa propre formation politique.

« Aujourd'hui, j'annonce que je suis en train de travailler avec un groupe de citoyens pour former un parti, une plate-forme politique qui se fixera comme tâche de raviver l'espoir qu'il est possible de construire le pays de nos rêves », a-t-elle signifié, lors d'une réunion à Johannesburg.

Baptisé « Agang », qui signifie « Construisons » en langue sepedi, le nouveau parti ne cache pas son ambition d’aller à la rencontre de millions de Sud-Africains désabusés par les 19 ans de pouvoir de l’ANC, dont le bilan en matière d'éducation, d'accès au pouvoir économique, ou encore de logement n’est pas à la hauteur des espérances soulevées par la fin de l’apartheid.

"Laissés de côté"

Ramphele affirme que son mouvement répondra « aux aspirations des citoyens qui ont été laissés de côté par manque de formation politique pour les représenter ». Cette médecin de formation ne perd jamais une occasion de tirer à boulet rouge sur l’ANC et ses notables accusés de corruption. « Notre pays est en danger, parce que l'intérêt particulier est devenu le moteur de nombre de (nos dirigeants), qui devraient se concentrer sur le service du public », a-t-elle dénoncé.

« La corruption, le népotisme et le favoritisme sont devenus la norme de conduite de beaucoup de gens dans le service au public », martèle-t-elle. Alors que les mouvements sociaux se multiplient dans les secteurs miniers et agricoles, Mamphela Ramphele propose de reformer ces deux piliers de l’économie sud-africaine, qui « doivent adopter un modèle économique qui investisse dans la formation des ouvriers, qui utilise des technologies innovantes, pour rester compétitives ».

« Le modèle économique du secteur minier, fondé sur le recours au travail de migrants très nombreux, non qualifiés et mal payés, n'est pas viable dans la durée », explique-t-elle. Lors des dernières élections générales de 2009, l'ANC, profitant de son statut historique de parti de la libération, avait recueilli 65,9% des suffrages. L'Alliance Démocratique (DA), premier parti d'opposition, s’était contenté de 16,7%.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Afrique du Sud : faut-il détruire les statues de l'apartheid ?

Les actes de vandalisme contre des statues d'anciens dirigeants blancs se multiplient en Afrique du Sud. Un phénomène qui vise le passé colonial et raciste du pays, mais qui remet aussi en question[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130219150555 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130219150555 from 172.16.0.100