Extension Factory Builder
19/02/2013 à 14:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tanguy Moulin-Fournier était installé à Yaoundé depuis septembre 2011. Tanguy Moulin-Fournier était installé à Yaoundé depuis septembre 2011. © Capture écran Linkedin/J.A

La famille française enlevée mardi 19 février au petit matin par un groupe d'hommes armés dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, est celle d'un salarié de GDF-Suez basé à Yaoundé. Il était accompagné de sa femme, de ses quatre fils, et d'un autre homme, qui serait son frère. Les otages ont été emmenés au Nigeria par leurs ravisseurs.

Mis à jour le 20/02 à 08h30.

La famille française enlevée mardi matin près de Dabanga, dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, est celle de Tanguy Moulin-Fournier. Cet homme d’une quarantaine d’années, salarié de GDF-Suez basé à Yaoundé depuis septembre 2011, travaillait sur un projet de liquéfaction de gaz naturel sur le site industriel de Kribi, sur la côte camerounaise. Il était en vacances dans le nord du pays avec sa femme, leurs quatre fils - âgés de 5, 8, 10 et 12 ans - et un autre homme, qui serait probablement son frère.

« Ils se sont enregistrés lundi au campement touristique du parc naturel de Waza sous le nom de ‘famille Moulin’ », nous a indiqué une source locale bien informée. D’après elle, la famille a quitté le campement vers 6h30, mardi matin, pour aller visiter un autre parc naturel de la région, celui de Kalamaloué. Environ une heure plus tard, leur véhicule a été attaqué par un groupe d’hommes armés circulant à moto au nord de la localité de Dabanga, sur la route nationale 1, à moins de dix kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Les ravisseurs ont ensuite filé vers le Nigeria. D'après notre source et plusieurs témoins, ils ont été aperçus pour la dernière fois lors d'un ravitaillement à Kalabalde, petit village nigérian tout proche de la frontière avec le Cameroun.

La famille divisée ?

Le transfert des otages vers le Nigeria a été confirmé dans la soirée par les autorités camerounaises. « Les ravisseurs ont traversé la frontière du Nigeria avec leurs otages », a affirmé le ministère des Affaires étrangères camerounais dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'État, la Cameroun Radio Télévision. La télévision camerounaise a par ailleurs affirmé que la famille avait été divisée. Les preneurs d'otages auraient séparé les quatre enfants de leurs parents. Le troisième adulte serait, lui, maintenu avec les deux parents.

Pour l'instant, le rapt de la famille française n'a toujours pas été revendiqué. De fortes suspicions pèsent néanmoins sur la secte islamiste nigériane Boko Haram, dont le fief de Maiduguri est situé à moins de 200 km de la frontière camerounaise. En déplacement officiel à Athènes, le président français François Hollande a confirmé cette piste. Il a ajouté que la France ferait tout pour éviter que les otages soient retenus au Nigeria.

Un autre groupe islamiste nigerian, Ansaru, dissidence de Boko Haram créé en juin 2012, pourrait également être derrière ce nouvel enlèvement. En décembre 2012, il avait capturé l'ingénieur français Francis Collomp dans le nord du Nigeria. Le week-end dernier, il avait récidivé en enlevant sept employés étrangers d'une société libanaise de construction.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentie[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Cameroun : la "short list" de Paul Biya pour le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel va-t-il enfin se concrétiser au Cameroun ? Et qui Paul Biya va-t-il nommer en son sein ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers