Extension Factory Builder
19/02/2013 à 14:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tanguy Moulin-Fournier était installé à Yaoundé depuis septembre 2011. Tanguy Moulin-Fournier était installé à Yaoundé depuis septembre 2011. © Capture écran Linkedin/J.A

La famille française enlevée mardi 19 février au petit matin par un groupe d'hommes armés dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, est celle d'un salarié de GDF-Suez basé à Yaoundé. Il était accompagné de sa femme, de ses quatre fils, et d'un autre homme, qui serait son frère. Les otages ont été emmenés au Nigeria par leurs ravisseurs.

Mis à jour le 20/02 à 08h30.

La famille française enlevée mardi matin près de Dabanga, dans le nord du Cameroun, près de la frontière avec le Nigeria, est celle de Tanguy Moulin-Fournier. Cet homme d’une quarantaine d’années, salarié de GDF-Suez basé à Yaoundé depuis septembre 2011, travaillait sur un projet de liquéfaction de gaz naturel sur le site industriel de Kribi, sur la côte camerounaise. Il était en vacances dans le nord du pays avec sa femme, leurs quatre fils - âgés de 5, 8, 10 et 12 ans - et un autre homme, qui serait probablement son frère.

« Ils se sont enregistrés lundi au campement touristique du parc naturel de Waza sous le nom de ‘famille Moulin’ », nous a indiqué une source locale bien informée. D’après elle, la famille a quitté le campement vers 6h30, mardi matin, pour aller visiter un autre parc naturel de la région, celui de Kalamaloué. Environ une heure plus tard, leur véhicule a été attaqué par un groupe d’hommes armés circulant à moto au nord de la localité de Dabanga, sur la route nationale 1, à moins de dix kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Les ravisseurs ont ensuite filé vers le Nigeria. D'après notre source et plusieurs témoins, ils ont été aperçus pour la dernière fois lors d'un ravitaillement à Kalabalde, petit village nigérian tout proche de la frontière avec le Cameroun.

La famille divisée ?

Le transfert des otages vers le Nigeria a été confirmé dans la soirée par les autorités camerounaises. « Les ravisseurs ont traversé la frontière du Nigeria avec leurs otages », a affirmé le ministère des Affaires étrangères camerounais dans un communiqué lu sur les antennes de la radio d'État, la Cameroun Radio Télévision. La télévision camerounaise a par ailleurs affirmé que la famille avait été divisée. Les preneurs d'otages auraient séparé les quatre enfants de leurs parents. Le troisième adulte serait, lui, maintenu avec les deux parents.

Pour l'instant, le rapt de la famille française n'a toujours pas été revendiqué. De fortes suspicions pèsent néanmoins sur la secte islamiste nigériane Boko Haram, dont le fief de Maiduguri est situé à moins de 200 km de la frontière camerounaise. En déplacement officiel à Athènes, le président français François Hollande a confirmé cette piste. Il a ajouté que la France ferait tout pour éviter que les otages soient retenus au Nigeria.

Un autre groupe islamiste nigerian, Ansaru, dissidence de Boko Haram créé en juin 2012, pourrait également être derrière ce nouvel enlèvement. En décembre 2012, il avait capturé l'ingénieur français Francis Collomp dans le nord du Nigeria. Le week-end dernier, il avait récidivé en enlevant sept employés étrangers d'une société libanaise de construction.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans ça marche[...]

Un Boeing d'Air France évite de justesse une collision avec le mont Cameroun

Le crash d'un avion d'Air France a été évité de justesse au Cameroun, au début du mois de mai. C'est une alarme d'urgence qui a incité les pilotes à redresser l'appareil. Le Bureau[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers