Extension Factory Builder
18/02/2013 à 17:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La couverture du J.A. n° 2719. La couverture du J.A. n° 2719. © J.A.

Dans son numéro 2719, en kiosques du 17 au 23 février 2013, Jeune Afrique prend position contre le projet politique de Rached Ghannouchi. Celui, non avoué publiquement, de placer rapidement la Tunisie sous une dictature islamiste.

Le masque est tombé et le doute n’est plus permis. Rached Ghannouchi, chef charismatique du parti Ennahdha, a dévoilé son unique objectif : construire une théocratie autoritaire dans une Tunisie qui pensait avoir rompu définitivement avec la dictature. Un lent cheminement qui éclate désormais au grand jour et que Jeune Afrique reconstitue avec minutie dans son dossier spécial du n° 2719, en kiosques du 17 au 23 février 2013.

La démocratie ? Rached Ghannouchi et son clan au sein d’Ennahdha n'en ont sans doute jamais voulu. Leurs idées absolutistes chevillées au corps, ils ont choisi de noyauter tous les sphères du pouvoir. Ghannouchi ne l’a-t-il affirmé haut et fort lors d’une conversation téléphonique avec des salafistes, il y a quelques mois : « Aujourd’hui, on n’a pas une mosquée, on a le Ministère des Affaires religieuses, on n’a pas une boutique, on a l’État ! Donc il faut patienter, c’est une question de temps (…) Mais pourquoi êtes-vous si pressés ? »

Aveuglement

Aveuglés par leurs succès électoraux, au point de ne pas voir le mur qui se dresse en face d’eux, Rached Ghannouchi et ses partisans au sein d’Ennahdha n’ont pas compris que la Tunisie et les Tunisiens avaient changés. L’assassinat de Chokri Belaïd n’a pas seulement bouleversé l’équilibre fragile d’un attelage gouvernemental un peu contre-nature. Il a été le baromètre de la soif de justice et de démocratie des Tunisiens.

La colère gronde à nouveau. Dans cette Tunisie surchauffée, quelle sera la position de l’armée ? Selon toute vraisemblance, elle soutient l’initiative de Hamadi Jebali de former un gouvernement de technocrates sans appartenance politique. Populaire grâce à son rôle dans la révolution du 14 janvier, celle-ci restera républicaine. Tout comme elle a su habilement se défaire de Ben Ali, elle devrait se maintenir à distance des partis politiques qui jouent la politique du pire.

Les opposants à la chape de plomb liberticide que promet le machiavel d’El-Hamma se recrutent même au sein des militants islamistes. Et non des moindres. Abelfattah Mourou, le vice-président du parti, n’hésite plus à hausser le ton contre ses camarades. Les défections se multiplient. Dernière en date, celle de la députée Fattoumata Attia. « Ennahdha ne veut pas combattre la corruption. Elle doit se retirer et dégager. Le parti a d’autres ambitions que la réalisation des attentes du peuple », assure-t-elle.

Rached Ghannouchi, l'homme qui a trahi la révolution, dans J.A. n° 2719, en kiosques du 17 au 23 février 2013.

.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers