Extension Factory Builder
18/02/2013 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Maâloul : 'Il faut bouger les choses, secouer les habitudes.' Nabil Maâloul : "Il faut bouger les choses, secouer les habitudes." © DR

À peine nommé sélectionneur de la Tunisie, vendredi 15 février, Nabil Maâloul s’est mis au travail, à un mois de la venue de la Sierra Leone à Radès, le 24 mars, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014. Au programme : motivation, discipline et... sollicitation des joueurs Karim Haggui et Saphir Taïder.

Jeune Afrique : vous revenez dans la fédération en tant que sélectionneur. Cela aurait-il pu intervenir plus tôt ?

Nabil Maâloul : C’est un retour aux sources. Quand Roger Lemerre, dont j’avais été l’adjoint, est parti en 2008, je pensais qu’on ferait appel à moi. Cela n’a pas été le cas, mais pendant ces quatre années, j’ai pu m’aguerrir, et notamment en entraînant l’Espérance de Tunis, avec laquelle j’ai gagné plusieurs titres, dont la Ligue des Champions en 2011. Je suis très heureux d’avoir été choisi.

Le ministre des Sports, Tarak Dhiab, aurait tenté d’imposer un proche, Khaled Ben Yahia…

Oui, en effet. Le ministère alloue un budget à l’équipe nationale, mais il ne doit pas pour autant imposer ses choix. Heureusement que le bureau fédéral, qui m’a désigné très largement, est resté souverain.

Depuis votre départ de l’Espérance en janvier et les difficultés rencontrées par la sélection en Afrique du Sud, votre nom revenait avec insistance…

Je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection.

D’abord, et je tiens à le préciser, je n’ai pas démissionné de l’Espérance. J’ai été viré. Là-bas, cela devenait compliqué, avec certaines personnes, notamment Hamdi Meded, le propriétaire du club. Quant à la sélection, je n’ai pas postulé tant que Sami Trabelsi en était le sélectionneur. Quand celui-ci a démissionné, la Fédération m’a contacté, il y a eu des discussions, j’ai été nommé, car la FTF voulait un coach qui connaît bien les joueurs et le championnat tunisien, et maintenant, il faut se mettre au travail.

Quelles seront les grands axes de vos premières semaines de sélectionneur ?

Je vais rencontrer les joueurs, les contacter, aller en voir à l’étranger. D’après ce que je sais, l’ambiance n’était pas très bonne au sein du groupe. Il y a avait beaucoup d’indiscipline. C’est un problème tunisien, mais je peux vous garantir que je vais faire en sorte que la discipline règne. En Afrique du Sud, cela ne s’est pas bien passé, l’équipe n’a pas bien joué. Il faut bouger les choses, secouer les habitudes…

Allez-vous travailler avec un groupe proche de celui utilisé par votre prédécesseur ?

Oui, à 70 %. Je n’ai pas le temps, ni la volonté de tout changer. Mais je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection [le défenseur d’Hanovre, ex capitaine des Aigles, avait annoncé sa retraite internationale après la CAN 2012, NDLR]. Je vais aussi parler avec Yassine Ikari (Sochaux)…

Il y a aussi le cas de Saphir Taïder (Bologne). Il est né en France [il a joué pour les Bleus dans les catégories de jeunes, NDLR], il peut jouer soit pour elle, soit pour l’Algérie car sa mère est algérienne, soit pour la Tunisie, le pays d’origine de son père. Son frère Nabil est international tunisien. J’ai bon espoir de le convaincre. Et je vais également constituer d’ici à la fin de la semaine mon staff technique.

La prochaine échéance est fixée le 24 mars à Radès contre la Sierra Leone…

(Il coupe) J’ai signé un contrat de deux ans. Mais je partirai si on ne se qualifie pas pour la Coupe du Monde 2014…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex