Extension Factory Builder
18/02/2013 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Maâloul : 'Il faut bouger les choses, secouer les habitudes.' Nabil Maâloul : "Il faut bouger les choses, secouer les habitudes." © DR

À peine nommé sélectionneur de la Tunisie, vendredi 15 février, Nabil Maâloul s’est mis au travail, à un mois de la venue de la Sierra Leone à Radès, le 24 mars, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014. Au programme : motivation, discipline et... sollicitation des joueurs Karim Haggui et Saphir Taïder.

Jeune Afrique : vous revenez dans la fédération en tant que sélectionneur. Cela aurait-il pu intervenir plus tôt ?

Nabil Maâloul : C’est un retour aux sources. Quand Roger Lemerre, dont j’avais été l’adjoint, est parti en 2008, je pensais qu’on ferait appel à moi. Cela n’a pas été le cas, mais pendant ces quatre années, j’ai pu m’aguerrir, et notamment en entraînant l’Espérance de Tunis, avec laquelle j’ai gagné plusieurs titres, dont la Ligue des Champions en 2011. Je suis très heureux d’avoir été choisi.

Le ministre des Sports, Tarak Dhiab, aurait tenté d’imposer un proche, Khaled Ben Yahia…

Oui, en effet. Le ministère alloue un budget à l’équipe nationale, mais il ne doit pas pour autant imposer ses choix. Heureusement que le bureau fédéral, qui m’a désigné très largement, est resté souverain.

Depuis votre départ de l’Espérance en janvier et les difficultés rencontrées par la sélection en Afrique du Sud, votre nom revenait avec insistance…

Je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection.

D’abord, et je tiens à le préciser, je n’ai pas démissionné de l’Espérance. J’ai été viré. Là-bas, cela devenait compliqué, avec certaines personnes, notamment Hamdi Meded, le propriétaire du club. Quant à la sélection, je n’ai pas postulé tant que Sami Trabelsi en était le sélectionneur. Quand celui-ci a démissionné, la Fédération m’a contacté, il y a eu des discussions, j’ai été nommé, car la FTF voulait un coach qui connaît bien les joueurs et le championnat tunisien, et maintenant, il faut se mettre au travail.

Quelles seront les grands axes de vos premières semaines de sélectionneur ?

Je vais rencontrer les joueurs, les contacter, aller en voir à l’étranger. D’après ce que je sais, l’ambiance n’était pas très bonne au sein du groupe. Il y a avait beaucoup d’indiscipline. C’est un problème tunisien, mais je peux vous garantir que je vais faire en sorte que la discipline règne. En Afrique du Sud, cela ne s’est pas bien passé, l’équipe n’a pas bien joué. Il faut bouger les choses, secouer les habitudes…

Allez-vous travailler avec un groupe proche de celui utilisé par votre prédécesseur ?

Oui, à 70 %. Je n’ai pas le temps, ni la volonté de tout changer. Mais je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection [le défenseur d’Hanovre, ex capitaine des Aigles, avait annoncé sa retraite internationale après la CAN 2012, NDLR]. Je vais aussi parler avec Yassine Ikari (Sochaux)…

Il y a aussi le cas de Saphir Taïder (Bologne). Il est né en France [il a joué pour les Bleus dans les catégories de jeunes, NDLR], il peut jouer soit pour elle, soit pour l’Algérie car sa mère est algérienne, soit pour la Tunisie, le pays d’origine de son père. Son frère Nabil est international tunisien. J’ai bon espoir de le convaincre. Et je vais également constituer d’ici à la fin de la semaine mon staff technique.

La prochaine échéance est fixée le 24 mars à Radès contre la Sierra Leone…

(Il coupe) J’ai signé un contrat de deux ans. Mais je partirai si on ne se qualifie pas pour la Coupe du Monde 2014…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130218124719 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130218124719 from 172.16.0.100