Extension Factory Builder
18/02/2013 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nabil Maâloul : 'Il faut bouger les choses, secouer les habitudes.' Nabil Maâloul : "Il faut bouger les choses, secouer les habitudes." © DR

À peine nommé sélectionneur de la Tunisie, vendredi 15 février, Nabil Maâloul s’est mis au travail, à un mois de la venue de la Sierra Leone à Radès, le 24 mars, en qualifications pour la Coupe du Monde 2014. Au programme : motivation, discipline et... sollicitation des joueurs Karim Haggui et Saphir Taïder.

Jeune Afrique : vous revenez dans la fédération en tant que sélectionneur. Cela aurait-il pu intervenir plus tôt ?

Nabil Maâloul : C’est un retour aux sources. Quand Roger Lemerre, dont j’avais été l’adjoint, est parti en 2008, je pensais qu’on ferait appel à moi. Cela n’a pas été le cas, mais pendant ces quatre années, j’ai pu m’aguerrir, et notamment en entraînant l’Espérance de Tunis, avec laquelle j’ai gagné plusieurs titres, dont la Ligue des Champions en 2011. Je suis très heureux d’avoir été choisi.

Le ministre des Sports, Tarak Dhiab, aurait tenté d’imposer un proche, Khaled Ben Yahia…

Oui, en effet. Le ministère alloue un budget à l’équipe nationale, mais il ne doit pas pour autant imposer ses choix. Heureusement que le bureau fédéral, qui m’a désigné très largement, est resté souverain.

Depuis votre départ de l’Espérance en janvier et les difficultés rencontrées par la sélection en Afrique du Sud, votre nom revenait avec insistance…

Je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection.

D’abord, et je tiens à le préciser, je n’ai pas démissionné de l’Espérance. J’ai été viré. Là-bas, cela devenait compliqué, avec certaines personnes, notamment Hamdi Meded, le propriétaire du club. Quant à la sélection, je n’ai pas postulé tant que Sami Trabelsi en était le sélectionneur. Quand celui-ci a démissionné, la Fédération m’a contacté, il y a eu des discussions, j’ai été nommé, car la FTF voulait un coach qui connaît bien les joueurs et le championnat tunisien, et maintenant, il faut se mettre au travail.

Quelles seront les grands axes de vos premières semaines de sélectionneur ?

Je vais rencontrer les joueurs, les contacter, aller en voir à l’étranger. D’après ce que je sais, l’ambiance n’était pas très bonne au sein du groupe. Il y a avait beaucoup d’indiscipline. C’est un problème tunisien, mais je peux vous garantir que je vais faire en sorte que la discipline règne. En Afrique du Sud, cela ne s’est pas bien passé, l’équipe n’a pas bien joué. Il faut bouger les choses, secouer les habitudes…

Allez-vous travailler avec un groupe proche de celui utilisé par votre prédécesseur ?

Oui, à 70 %. Je n’ai pas le temps, ni la volonté de tout changer. Mais je vais essayer de convaincre Karim Haggui de revenir en sélection [le défenseur d’Hanovre, ex capitaine des Aigles, avait annoncé sa retraite internationale après la CAN 2012, NDLR]. Je vais aussi parler avec Yassine Ikari (Sochaux)…

Il y a aussi le cas de Saphir Taïder (Bologne). Il est né en France [il a joué pour les Bleus dans les catégories de jeunes, NDLR], il peut jouer soit pour elle, soit pour l’Algérie car sa mère est algérienne, soit pour la Tunisie, le pays d’origine de son père. Son frère Nabil est international tunisien. J’ai bon espoir de le convaincre. Et je vais également constituer d’ici à la fin de la semaine mon staff technique.

La prochaine échéance est fixée le 24 mars à Radès contre la Sierra Leone…

(Il coupe) J’ai signé un contrat de deux ans. Mais je partirai si on ne se qualifie pas pour la Coupe du Monde 2014…

________

Propos recueillis par Alexis Billebault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, selon des résultats partiels officiels

Tunisie : Béji Caïd Essebsi vainqueur de la présidentielle, selon des résultats partiels officiels

Selon des résultats partiels officiels, Béji Caïd Essebsi remporte l'élection présidentielle tunisienne. Il devance le président sortant Moncef Marzouki avec 55,68 % des suffrages.[...]

Présidentielle en Tunisie : un grand pas pour une démocratie en herbe

Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédés toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Tunisie : Essebsi revendique la victoire à la présidentielle, Marzouki conteste

Béji Caïd Essebsi a revendiqué dimanche soir la "victoire" à l'élection présidentielle tunisienne. Son annonce a été immédiatement contestée par le [...]

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers