Extension Factory Builder
18/02/2013 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
André Brink, un des auteurs sud-africains les plus critiques à l'égard de Jacob Zuma. André Brink, un des auteurs sud-africains les plus critiques à l'égard de Jacob Zuma. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Lors d'une table ronde entre écrivains sud-africains, au festival Étonnants voyageurs qui s'est tenu à Brazzaville du 13 au 17 février, le président de la nation Arc-en-ciel, Jacob Zuma, en a pris pour son grade. Florilège.

Les hommes politiques le savent : il faut toujours se méfier des écrivains – surtout de ceux que leur niveau de célébrité a rendus presque intouchables. Bien entendu, le président sud-africain Jacob Zuma n'était pas à Brazzaville (Congo) entre le 13 et le 17 février pour participer au Festival Étonnants Voyageurs. Mais où qu'il soit, ses oreilles ont dû siffler.

Lors d'une table ronde réunissant trois écrivains sud-africains – et non des moindres – il a en effet été la cible de critiques violentes et unanimes. Longtemps engagé dans la lutte contre l'apartheid, auteur mondialement connu, André Brink a dégainé le premier. Et tiré à bout portant. « Les promesses de 1994 ne sont pas au rendez-vous, a-t-il dit. Les années Mandela n'ont rien à voir avec les années Zuma, qui est en train de démanteler l'héritage de Madiba. En très peu de temps, il a en effet réussi à changer les rêves de l'Afrique du Sud, les rêves de la population noire comme ceux de la population blanche. »

Nouvelle génération

Niq Mhlongo, jeune auteur de 39 ans, est allé dans le même sens. « Il existe désormais une nouvelle génération en âge de voter, les « born free », qui ne savent pas ce que c'était de vivre sous l'apartheid. Et cette génération n'a pas peur de s'exprimer contre la dégénérescence morale du milieu politique de mon pays. Je reste néanmoins optimiste sur le plan littéraire, puisque cette génération est déterminée à s'emparer de tous les sujets. »

Mark Behr, dont le livre L'odeur des pommes, paru en 1995, est devenu aujourd'hui un classique national, souligne de ce point de vue l'importance d'une critique transcendant les frontières raciales. « Ce sont aujourd'hui la jeunesse noire et la société civile noire qui s'emparent de la critique politique, et il est important de le signaler parce qu'en raison de notre histoire, la critique n'a pas la même portée quand elle vient des Blancs, pour les raisons que l'on sait. »

L'obscénité de la splendeur du complexe de Nkandla me rappelle les délires du Roi Soleil et des monarques européens de l'époque.

André Brink, Écrivain sud-africain

À ce stade, on aurait pu penser qu'André Brink en avait fini avec le président Jacob Zuma. Mais non ! Évoquant le scandale lié à la rénovation de la demeure présidentielle, l'auteur d'Une saison blanche et sèche se lançait dans une longue tirade digne d'un meeting politique. « L'obscénité de la splendeur du complexe de Nkandla me rappelle les délires du Roi Soleil et des monarques européens de l'époque, s'est-il exclamé. Cela montre bien les changements économiques que l'Afrique du Sud est en train de subir et j'espère que l'on arrivera un jour à se servir de nos richesses de manière plus égalitaire et plus efficaces. »

Aussitôt, le jeune Mhlongo surenchérissait : « Nkandla est la chose la plus dégoûtante à laquelle l'Afrique du Sud fait face aujourd'hui. Jacob Zuma se fait bâtir un bunker à l'intérieur de son palais sans aucune raison valable. Bien entendu, Nelson Mandela a laissé un formidable héritage, mais cela fait mal de voir ce que l'on en fait aujourd'hui. Notamment quand on remarque que le vice-président de l'ANC a des liens très étroits avec l'exploitation minière... »

Moment charnière

L'exercice de « Zuma bashing » terminé, les trois auteurs ont fini par se retrouver sur des propos plus optimistes, louant longuement la Constitution sud-africaine. « Cette Loi fondamentale est une protection contre les abus raciaux, sociaux, économiques, sexuels, et nous pouvons compter dessus », a souligné André Brink. Et de fait, à titre d'exemple, la liberté garantie à chacun en matière d'orientation sexuelle reste un modèle du genre, inimaginable dans de nombreux pays. Où va donc l'Afrique du Sud ? À défaut de pouvoir répondre à cette question, les écrivains réunis à Brazzaville sont tombés d'accord pour dire qu'elle se trouve à un moment charnière de son histoire.

« On en a fini, malheureusement et heureusement, avec les espoirs outrés qui ont suivi l'arrivée de Mandela au pouvoir, souligne Brink. On a connu le meilleur, et le pire. Il faut désormais recommencer à nous inventer et à nous définir, comme un peintre face à un tableau blanc. Il faut recréer toutes les possibilités de ce pays de merveilles et de magie. »

________

Par Nicolas Michel, envoyé spécial à Brazzaville.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le Maghreb rachète l'Europe

Article précédent :
Téléréalité

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss Dé[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Afrique centrale : la Cemac malade de la Centrafrique

Alors qu'elle fête son vingtième anniversaire, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), relocalisée de Bangui à Libreville, au Gabon, subit de plein[...]

Congo-Brazzaville : pour Le Roy, le calendrier de la CAF "manque totalement de cohérence"

Alors que le Congo-Brazaville va affronter la Libye mercredi en match amical à Tunis, Claude Le Roy, le sélectionneur des Diables rouges, s’étonne que la Confédération africaine de[...]

L'Afrique Centrale à l'heure des partenariats gagnant-gagnant

Le professeur Gaston Mandata N'Guérékata est ancien minsitre de la Recherche scientifique et Technique et porte-parole du président André Kolingba, doyen associé de la "Morgan State[...]

Vidéo : dans "Nkembo", Fredy Massamba met en scène une battle de sapeurs congolais

Dans le clip "Nkembo" de son nouvel album "Makasi", l'artiste musicien congolais Fredy Massamba rend hommage à la sape sur un ring de boxe. Avec des battles des sapeurs qui exhibent les marques de leurs[...]

Centrafrique : avec 19 tués depuis décembre, la Misca paie un lourd tribut sur le terrain

La force africaine en Centrafrique, la Misca, a perdu dix-neuf de ses soldats depuis décembre. Un bilan qui n'empêche pas la population de se méfier de ses diverses composantes.[...]

Congo : bons souvenirs du protocole de Brazzaville

Chefs d'État, Prix Nobel, anciens espions... Il y avait du beau monde à Brazzaville à l'occasion de l'anniversaire du protocole historique de Brazzaville qui permit, il y a vingt-cinq ans, de ramener[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers