Extension Factory Builder
17/02/2013 à 17:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Le Bris (à g) et Alain Mabanckou lors de l'ouverture du festival, le 14 février. Michel Le Bris (à g) et Alain Mabanckou lors de l'ouverture du festival, le 14 février. © Guy Gervais-Kitina/AFP

Le festival de littérature Étonnants Voyageurs s'est tenu à Brazzaville, au Congo, du 13 au 17 février, réunissant quelque 80 écrivains venus du monde entier et surtout d'Afrique. Un bouillonnement d'univers littéraires à la rencontre du public... et des écrivains en herbe.

L'Afrique qui vient... C'est ainsi que les organisateurs du festival de littérature Étonnants voyageurs qui s'est tenu à Brazzaville (Congo) pendant quatre jours ont décidé d'intituler leur manifestation. Sans doute fallait-il trouver un titre, alors va pour celui-là. Mais tout aussi bien aurait-on pu dire « Les Afriques en devenir », tant il est vrai que les quelque 80 écrivains venus à la rencontre des lecteurs – mais aussi des non-lecteurs – congolais représentent une somme de diversités impossible à dénombrer.

Nourris d'influences venues des quatre coins du monde, habitant ici ou là, nomades ou sédentaires, ils sont autant d'individualités uniques qu'il serait vain de vouloir entasser dans un même panier. Pour Alain Mabanckou, l'enfant du pays passé par la France et aujourd'hui installé aux Etats-Unis, « La fratrie congolaise a épousé la littérature monde dans son éclatement. C'est ici que sont nés les écrivains de l'Afrique centrale et il y avait une exigence à ramener le monde au Congo. »

Chacun cherche sa voix

Il y avait donc du monde, et du beau monde, pour discuter avec les étudiants ou les curieux venus assister aux conférences, débats et cafés littéraires organisés entre le Palais des Congrès, le Centre culturel français, les lycées et les différents quartiers de la ville. Constamment invoqués, les morts sont là dans les paroles de leurs héritiers : Tchicaya U'Tamsi, Sony Labou Tansi, Ahmadou Kourouma. Les anciens sont là aussi, mémoires vives d'une histoire récente ou moins récente : le Sud-Africain André Brink, le Sénégalais Souleymane Bachir Diagne, les Congolais Henri Lopes et Tchichellé Tchivela...

Et puis les plus jeunes : la sensation belge David Van Reybrouck, le Sénégalais Felwinn Sarr, le Sud-Africain Niq Mhlongo, le Congolais Fiston Nasser Mwanza. Mais dans ce rassemblement hors du commun, il serait difficile de distinguer des écoles ou des tendances. Chez les écrivains comme ailleurs, l'individu reste aujourd'hui premier, chacun cherchant sa propre voix. L'ambassadeur de la République du Congo en France, Henri Lopes, déclare ainsi : « En football, on porte les couleurs d'une nation. En littérature et en art, non. »

Transmission et émotion

Le jeune américain d'origine nigériane Teju Cole, lui, explique ainsi son désir d'écriture : « Si je suis inspiré, c'est parce qu'il existe ce miracle qui consiste à transmettre par des mots mon état d'esprit à quelqu'un qui n'est pas là et l'émouvoir. »

S'il fallait néanmoins tenter de tirer une conclusion de ce bouillonnement créatif agitant pour quelques jours le Congo, la vitalité des littératures africaines anglophones mériterait d'être soulignée. De jeunes auteurs nigérians ou d'origine nigériane comme Teju Cole, Helon Habila, Noo Saro-Wiwa ou comme le Sud-Africain Niq Mhlongo portent haut les couleurs de la langue de... Ah, Shakespeare ? Chaucer ? Hemingway ? Faulkner ? Non vraiment, ces expressions ne peuvent plus avoir cours : pour dire le réel, il y a autant de langues que d'écrivains.

________

Par Nicolas Michel, envoyé spécial à Brazzaville

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans répons[...]

Congo : la fausse une de J.A. qui affole le web

Une fausse une de "Jeune Afrique" circule depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Une manipulation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Lutte contre Boko Haram : Sassou et Obiang en mission en Afrique de l'Ouest

Après le Ghana et le Nigeria mardi, les présidents congolais et équato-guinéen, Denis Sassou Nguesso et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, se sont rendus au Tchad mercredi. But de ces trois visites de[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

TV 

Le Congolais Vérone Mankou est l'invité du magazine Réussite

Retrouvez le sommaire et la bande-annonce de l'émission Réussite, diffusée sur Canal + Ouest et Centre le 20 février. Une émission qui vous emmène du Tchad au Nigeria.[...]

L'Afrique centrale apporte son soutien à la lutte régionale contre Boko Haram

Les chefs d’État de la CEEAC se sont réunis lundi à Yaoundé, au Cameroun, pour élaborer une stratégie commune destinée à "éradiquer" Boko Haram. Ils[...]

Classement 2015 de RSF : Congo et Libye en baisse, Côte d'Ivoire et Tunisie en hausse

La liberté de la presse a connu une “régression brutale” en 2014 selon Reporters sans frontières (RSF) qui a publié jeudi son classement annuel 2015. La zone "Afrique du Nord -[...]

Théâtre : Sony Congo, pièce pour un mort bien vivant

Dans sa dernière création, le metteur en scène Hassane Kassi Kouyaté donne à réentendre un illustre méconnu, le Congolais Sony Labou Tansi.[...]

Standard & Poor's dégrade la note du Congo-Brazzaville

Standard & Poor’s a abaissé d'un cran la note de la République du Congo à "B", en raison de la chute des cours du pétrole dont les effets sur l’économie du pays[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130217164051 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130217164051 from 172.16.0.100