Extension Factory Builder
15/02/2013 à 14:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelfattah Mourou réclame le départ de Rached Ghannouchi de la tête d'Ennahdha. Abdelfattah Mourou réclame le départ de Rached Ghannouchi de la tête d'Ennahdha. © Nicolas Fauqué/J.A

Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire français Marianne, le vice-président d’Ennahdha, Abdelfattah Mourou, réclame le départ du chef du parti, Rached Ghannouchi. Et soutient l'initiative de Hamadi Jebali, qui a proposé la formation d'un gouvernement de technocrates apolitique pour sortir le pays de la crise.

Les mots sont durs, à la hauteur des divisions qui minent Ennahdha. Dans une interview accordée à Marianne, le vice président du parti, Abdelfattah Mourou, ne ménage pas « son » président, Rached Ghannouchi. Le « cheikh » Mourou accuse ouvertement le leader de la formation islamiste d'avoir mené le parti et la Tunisie au « désastre ».

« Je demande à ce que soit convoqué un congrès extraordinaire d’Ennahdha pour en changer la direction, qui mène le parti et la Tunisie au désastre, accuse Abdelfattah Mourou. Rached Ghannouchi et sa direction sont en train de faire de notre parti une affaire familiale. Qu’il soit contrôlé par des gens qui ne s’ouvrent pas à la réalité et à la modernité est une catastrophe ».

Gouvernement apolitique

Depuis l'assassinat de l'opposant de gauche Chokri Belaïd, tué par balles le 6 février devant son domicile à Tunis, le pays est plongé dans une grave crise politique. Pointé du doigt par de nombreux Tunisiens, Ennahdha est loin d'être épargné. Le soir du meurtre, le premier ministre Hamadi Jebali annonçait, contre la volonté de la direction de son parti, qu'il souhaitait nommer un gouvernement apolitique composé de technocrates. Une guerre fratricide l'oppose depuis à Rached Ghannouchi et aux radicaux d'Ennahdha, qui refusent catégoriquement la mise en place d'un tel gouvernement. Loin d'abandonner son idée, le Premier ministre a mené des tractations et des négociations toute la semaine. Il a déclaré qu'il annoncerait demain (samedi) le succès ou l'échec - et dans ce cas, sa démission - de sa proposition de remaniement gouvernemental.

Dans cet entretien, Abdelfattah Mourou affirme qu'il soutient totalement l'initiative de Hamadi Jebali. Et déclare même que c'est lui qui a « soufflé l'idée d'un gouvernement de technocrates apolitiques » au Premier ministre.

Après avoir dénoncé le « laxisme » d'Ennahdha face aux salafistes, le « cheikh Mourou » prédit que le parti islamiste quittera le pouvoir d'ici quelques mois. « La place d’Ennahdha est dans l’opposition et elle y restera pendant 20 ans, conclut Abdelfattah Mourou. C’est ce que je prédis, moi son fondateur et son vice-président. Le peuple tunisien ne veut plus d’Ennahdha ».

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex