Extension Factory Builder
13/02/2013 à 19:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Intervention de Abdelilah Benkirane lors de la cérémonie d’inauguration de la synagogue. Intervention de Abdelilah Benkirane lors de la cérémonie d’inauguration de la synagogue. © MAP

Une cérémonie officielle a été organisée, mercredi 13 février, pour marquer la fin de la restauration de la synagogue Slat Alfassiyine dans le centre de Fès. Le chef du gouvernement islamiste Abdelilah Benkirane y a exalté, dans un message lu au nom du roi Mohammed VI, "la richesse et la diversité des composantes spirituelles" du Maroc .

La cérémonie s'est déroulée dans la médina de la ville, classée au patrimoine de l'Unesco, en présence de 200 personnes parmi lesquelles des membres de la communauté juive marocaine, mais aussi le président du Bundestag (Parlement fédéral allemand), Norbert Lammert, dont le pays a contribué à la rénovation de cet édifice datant du XVIIe siècle.

La synagogue « Slat Alfassiyine » est située dans le célèbre quartier El Mellah, haut lieu de la culture juive dans la médina de Fès. Sa restauration complète, qui aura réclamé plus de deux années d'efforts, « est le témoignage éloquent de la richesse et de la diversité des composantes spirituelles du royaume du Maroc et de son patrimoine authentique », a déclaré le chef du gouvernement, l'islamiste Abdelilah Benkirane, lisant un message du roi Mohammed VI.

« Les traditions séculaires de la civilisation marocaine puisent leur essence dans le fait que les Marocains sont profondément imprégnés des valeurs de coexistence, de tolérance et de concorde entre les différentes composantes de la nation », a-t-il poursuivi.

Restaurer "tous les temples juifs"

Dans son message lu par le Premier ministre, Mohammed VI a appelé « à la restauration de tous les temples juifs » du royaume. D'après lui, la nouvelle Constitution, adoptée en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, consacre la « particularité hébraïque » du Maroc comme « l'un des affluents séculaires » de son « identité nationale ». De son côté, Abdelilah Benkirane a jugé que cette inauguration était « une leçon adressée par le Maroc au 21e siècle et au reste du monde ».

De hauts responsables de la communauté juive marocaine, dont l'ancien ministre Serge Berdugo, ont également pris la parole lors de cette cérémonie organisée par la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain (FPCJM). Le conseiller de Mohammed VI, André Azoulay, le ministre de l'Intérieur, Mohand Laenser, et le ministre de la Culture, Mohammed Amine Sbihi, étaient par ailleurs présents.

Le Maroc, où vivaient près de 250 000 juifs durant la première moitié du XXe siècle, compte toujours la plus importante communauté juive d'Afrique du Nord. Selon différentes études, ils ne seraient plus que 3 000 environ.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers