Extension Factory Builder
13/02/2013 à 19:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Intervention de Abdelilah Benkirane lors de la cérémonie d’inauguration de la synagogue. Intervention de Abdelilah Benkirane lors de la cérémonie d’inauguration de la synagogue. © MAP

Une cérémonie officielle a été organisée, mercredi 13 février, pour marquer la fin de la restauration de la synagogue Slat Alfassiyine dans le centre de Fès. Le chef du gouvernement islamiste Abdelilah Benkirane y a exalté, dans un message lu au nom du roi Mohammed VI, "la richesse et la diversité des composantes spirituelles" du Maroc .

La cérémonie s'est déroulée dans la médina de la ville, classée au patrimoine de l'Unesco, en présence de 200 personnes parmi lesquelles des membres de la communauté juive marocaine, mais aussi le président du Bundestag (Parlement fédéral allemand), Norbert Lammert, dont le pays a contribué à la rénovation de cet édifice datant du XVIIe siècle.

La synagogue « Slat Alfassiyine » est située dans le célèbre quartier El Mellah, haut lieu de la culture juive dans la médina de Fès. Sa restauration complète, qui aura réclamé plus de deux années d'efforts, « est le témoignage éloquent de la richesse et de la diversité des composantes spirituelles du royaume du Maroc et de son patrimoine authentique », a déclaré le chef du gouvernement, l'islamiste Abdelilah Benkirane, lisant un message du roi Mohammed VI.

« Les traditions séculaires de la civilisation marocaine puisent leur essence dans le fait que les Marocains sont profondément imprégnés des valeurs de coexistence, de tolérance et de concorde entre les différentes composantes de la nation », a-t-il poursuivi.

Restaurer "tous les temples juifs"

Dans son message lu par le Premier ministre, Mohammed VI a appelé « à la restauration de tous les temples juifs » du royaume. D'après lui, la nouvelle Constitution, adoptée en 2011 dans le contexte du Printemps arabe, consacre la « particularité hébraïque » du Maroc comme « l'un des affluents séculaires » de son « identité nationale ». De son côté, Abdelilah Benkirane a jugé que cette inauguration était « une leçon adressée par le Maroc au 21e siècle et au reste du monde ».

De hauts responsables de la communauté juive marocaine, dont l'ancien ministre Serge Berdugo, ont également pris la parole lors de cette cérémonie organisée par la Fondation du patrimoine culturel judéo-marocain (FPCJM). Le conseiller de Mohammed VI, André Azoulay, le ministre de l'Intérieur, Mohand Laenser, et le ministre de la Culture, Mohammed Amine Sbihi, étaient par ailleurs présents.

Le Maroc, où vivaient près de 250 000 juifs durant la première moitié du XXe siècle, compte toujours la plus importante communauté juive d'Afrique du Nord. Selon différentes études, ils ne seraient plus que 3 000 environ.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex