Extension Factory Builder
13/02/2013 à 10:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Nigérian John Onaiyekan et le Ghanéen Peter Turkson sont des papabili crédibles. Le Nigérian John Onaiyekan et le Ghanéen Peter Turkson sont des papabili crédibles. © Reuters/DR

Le renoncement de Benoît XVI à son pontificat ouvre la délicate séquence de sa succession à la tête du Vatican. Avec à la clé un débat qui n'est pas nouveau : le futur pape sera-t-il italien, comme la plupart dans l'histoire ? Européen comme les deux derniers ? Ou non occidental, voire africain, comme la majorité des fidèles dans le monde ?

Un pape venu d’Afrique. Ce ne serait pas une première (il y a déjà eu dans l'Antiquité les trois saints Victor 1er, Miltiade et Gélase 1er, d'origine berbère) mais un pape noir, si. À notre époque, ce serait peut-être un juste retour des choses. Et pour cause : c’est en Afrique qu’on recense environ 15% (environ 160 millions) du 1,2 milliard de catholiques dans le monde. Une communauté de fidèles qui va toujours croissant. Mieux, le pourcentage de catholiques – par rapport à d’autres religions - y est en constante progression. Bref, si elle n'est pas la première en terme de nombre de fidèles (l'Amérique latine en compte 42%, l'Europe 25%), l'Afrique constitue « la » terre d'avenir pour l'expansion de la religion catholique.

Alors sur le continent, deux noms sont sur toutes les lèvres pour la succession à Benoît XVI, qui a prévu de renoncer à son pontificat le 28 février : ceux du Ghanéen Peter Turkson et du Nigérian John Onaiyekan. On pourrait rajouter à la liste un autre Nigérian, Francis Arinze, dont le nom avait été évoqué en 2005 au moment de désigner un successeur à Jean-Paul II. Mais aujourd’hui son âge est un handicap : il est octogénaire.

Même si la probabilité est faible de voir un subsaharien devenir évêque de Rome, de nombreuses voix s’élèvent pour pousser en ce sens. « Je pense qu'avec la représentation de la communauté noire dans la grande communauté catholique, il est légitime qu'on en arrive à un pape noir », estime René Legré Hokou, président de la Ligue ivoirienne des droits de l'Homme.

Selon Pat Utomi, l'Afrique est représentative, à plusieurs niveaux, des problèmes auxquels l'Église catholique est confrontée.

Vitalité

« Un pape africain, ça pourrait donner plus de vitalité à l'Église catholique dans le monde noir, cela dénoterait du caractère universel de cette religion », ajoute-t-il. Au nombre des partisans pour un Africain au Saint Siège, on compte également l'économiste nigérian Pat Utomi. Cet ancien candidat à la présidentielle dans son pays et figure de la communauté catholique ne bouderait pas son plaisir de voir un fils du continent siéger au Vatican. Mais s’empresse-t-il de dire, « il faut mettre cela de côté ». Pour lui, l’essentiel est ailleurs.

« Je pense que ce qui compte, c'est que ce soit la bonne personne, avec une vision qui corresponde à l'époque », explique-t-il. Or selon lui, l'Afrique est représentative, à plusieurs niveaux, des problèmes auxquels l'Église catholique est confrontée.

« Jean-Paul II était une réponse à l'Union Soviétique », pense Utomi. « D'une certaine façon, le défi de l'Église est de réussir à trouver (...) un terrain d'entente avec l'islam et avec le mouvement pentecôtiste ». Car si le catholicisme est en expansion en Afrique, il est fortement concurrencé par les églises évangélistes. Les jugeant plus proches d’eux et répondant à leurs soucis quotidiens, de nombreux Africains y ont adhéré.

Les défis sont immenses. Aussi, dans des pays comme le Nigeria, partagé entre un nord majoritairement musulman et un sud à dominante chrétienne, les tensions ethniques et religieuses ont entraîné des accès de violence. L'archevêque d'Abuja John Onaiyekan, nommé cardinal en octobre, n'a d’ailleurs pas ménagé ses efforts pour rassembler les chrétiens et les musulmans de son pays.

Dirigeant habile

« Il nous faut un dirigeant habile - de la même façon que Jean Paul II a réussi à dialoguer avec l'église d'Orient, avec les orthodoxes de l'Est », ajoute Utomi. Les appels du pied des Africains feront-ils pencher le vote du Conclave romain en faveur d’un pape noir ? Rien n’est moins sûr. D’autant plus que les candidats africains ne seront pas seuls dans la course. Le futur pape pourrait aussi bien être originaire d'Amérique Latine ou d'Asie, relèvent déjà les observateurs.

Mais selon certains, un autre critère sera déterminant : l’âge. Benoît XVI pourrait prodiguer ses conseils pour que le choix d’un nouveau pape se porte sur une personnalité plus jeune. Car c’est à cause, entre autres, de son âge très avancé (85ans) que Benoît XVI a renoncé à sa mission.

Alors va-t-on vraiment assister à l’élection d’un pape noir ? Le scepticisme règne, malgré l'engagement du Vatican auprès du continent.

Alors va-t-on vraiment assister à l’élection d’un pape noir ? Le scepticisme règne, malgré l'engagement du Vatican auprès du continent. « Je doute que nous ayons un pape africain », a déclaré le paroissien Zeb Renardo de l'église San Antonio da Polana, à Maputo, capitale du Mozambique, peu après l'annonce de Benoît XVI, ajoutant que « le moment n'est pas encore venu ».

Comme lui, d’autres se font une raison et se félicitent des progrès accomplis. Pendant son pontificat, Benoît XIV a foulé par deux fois la terre africaine. Au Bénin, en 2011, et en Angola et au Cameroun en 2009. Suffisant, aux yeux de l'archevêque de Lagos, Alfred Adewale Martins. « Je pense que nous devons remercier Dieu pour cet homme (...), pour la sollicitude dont il a fait preuve pour l'Église, en particulier en Afrique ».

À défaut d’un pape africain, un pape non européen serait-il une solution ? C’est l’avis qu’on en a dans le plus important sanctuaire chrétien d'Afrique, la basilique Notre-Dame de la Paix de Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire, consacrée par Jean Paul II en 1990. « Le monde est actuellement multicolore », rappelle son recteur, le père polonais Stanislaw Skuza, qui conclut songeur : « pourquoi pas un prêtre non-occidental ? »

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers