Extension Factory Builder
09/02/2013 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le burkinabé Charles Kaboré. Le burkinabé Charles Kaboré. © AFP

Dimanche 10 février à Johannesburg, le Nigeria et le Burkina Faso se retrouvent en finale de la CAN 2013, trois semaines après leur match nul du premier tour (1-1, le 21 janvier). Les Super Eagles visent un troisième sacre continental, les Étalons leur premier… À vos pronostics !

Un pays francophone contre un pays anglophone en finale de la CAN, c’est un classique. Et bien sûr, comme la tradition l’exige, le jeu consiste à désigner le favori de la rencontre, 100% ouest-africaine cette fois. Les meilleurs pronostiqueurs, ou supposés tels, s’empressent d’offrir la coupe au Nigeria. « Sauf que cette année, comme en 2012, les faits ont prouvé que l’ordre établi n’existe pas », s’amuse Alain Giresse, le sélectionneur du Sénégal.

Le poids de l’histoire

« Faire du Nigeria le favori est logique. C’est sans doute l’équipe qui, grâce à son enthousiasme, sa qualité technique, sa vivacité, a fait la meilleure impression depuis la CAN », poursuit-il. Une analyse qui semble confortée par le poids de l’histoire. Avec ses deux victoires (1980, 1994), ses quatre finales (1984, 1988, 1990 et 2000) et sa participation à quatre Coupe du monde (1994, 1998, 2002 et 2010), les Super Eagles appartiennent au gotha africain.

« Pourtant, Stephen Keshi a tenté un pari, en ne sélectionnant par certains cadres (Odemwingie, Taiwo, Martins…), mais cela a fonctionné », note Giresse. Les Nigérians ont éliminé les favoris ivoiriens puis le Mali, mais pour inscrire leur nom pour la troisième fois au palmarès de la CAN, ils devront écarter l’outsider burkinabè, le finaliste peut-être le plus inattendu depuis l’Ouganda en 1978.

Giresse : "Ils peuvent la gagner"

« Les Étalons ont montré des choses très intéressantes. C’est une équipe bien organisée, solide derrière et qui a de vrais atouts offensifs. » Les Burkinabè, entraînés par un belge taciturne, Paul Put, dont la réputation n’avait jamais franchi les frontières de son pays - hormis lors de son séjour en Gambie (2008-2011) -, passent rarement le cap du premier tour.

La première fois, c’était en 1998, chez eux, et Philippe Troussier les avait emmenés à la quatrième place. « Ils ont déjà réussi leur CAN en atteignant la finale. Et ils peuvent la gagner », assure Giresse. Sans Alain Traoré, blessé. Mais avec Jonathan Pitroipa, dont la suspension a été levée vendredi après son expulsion injustifiée mercredi dernier face au Ghana (1-1, 3-2 aux t.a.b). Le genre de détail qui aura son importance.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex