Extension Factory Builder
08/02/2013 à 17:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des manifestants à l'ouverture du procès de 24 sahraouis le 1er février. Des manifestants à l'ouverture du procès de 24 sahraouis le 1er février. © AFP

Le procès de 24 sahraouis accusés d'assassinat de onze membres des forces de l'ordre marocaines, en 2010, a repris vendredi 8 février. Un feuilleton judiciaire largement commenté sur internet.

Pour la deuxième semaine de suite, Rabat vit au rythme du procès de vingt-quatre sahraouis poursuivis pour assassinat de onze membres des forces de l'ordre, lors du démantèlement, en novembre 2010, du camp de Gdim Izik, au Sahara. Le procès, qui a repris vendredi 8 février, se tient sous haute surveillance policière, pour éviter des débordements. Depuis des mois, les représentants des victimes et des accusés réclament un procès qui se fait attendre depuis plus de deux ans. En octobre, l'ouverture du procès avait été reportée sans raison avancée. Les chefs d'accusation sont lourds pour les 24 prévenus qui doivent répondre de « constitution de bandes criminelles, violences sur les forces de l'ordre ayant entraîné la mort avec préméditation et mutilation de cadavres ». Les plus graves de ces crimes sont passibles de la peine de mort, au Maroc.

Face-à-face

La première séance s'est déroulée, le 1er février, devant le tribunal militaire de Rabat, qui a compétence nationale pour juger des crimes contre des militaires ou assimilés. Ce jour-là, le tribunal et ses alentours ont été littéralement pris d'assaut par des dizaines de manifestants, de journalistes et d'observateurs, venus assister à la première audience du procès de Gdim Izik. L'ouverture du procès a été l'occasion pour la défense de demander l'audition de Taïb Cherkaoui, le ministre de l'Intérieur marocain au moment des faits. Demande acceptée par le président du tribunal, qui a ajourné les débats après cinq heures d'audience. Le face-à-face s'est ensuite déplacé sur le terrain médiatique.

Après quelques heures d'hésitations, les sites web d'information marocains ont commencé à répercuter les manifestations des ayants droit des victimes tuées à Gdim Izik, qui s'étaient rassemblés devant le tribunal. En face, des militants indépendantistes et des proches des prévenus, dont la plupart ont déménagé à Salé pour se rapprocher de la prison, ont tenu un sit-in.

Cyberguerre médiatique

Sur le web, de nombreux sites internet défendent, de manières diamétralement opposées, les positions marocaine et sahraouie sur ce qui s'est passé à Gdim Izik. Côté marocain, on insiste sur le lourd bilan humain subi par les forces de l'ordre, le 8 novembre 2010. Beaucoup de sites reprennent la vidéo reconstituée par les autorités marocaines, à partir de prises de vue des hélicoptères, de caméras au sol et même des images récupérées sur un téléphone portable attestant de graves exactions commises par des séparatistes armés, lors du démantèlement du campement.

Côté sahraoui, on insiste sur le fait qu'une juridiction militaire juge des civils et sur la longue période que ces derniers ont passée en détention préventive. Les détenus ont également fait état de mauvais traitements et de tortures, depuis leur arrestation. Après avoir longtemps parié sur le fait que le procès ne se tiendrait pas, les militants pro-Polisario ont paru surpris par l'ouverture du procès.

Aujourd'hui, leur message est légèrement différent : le jugement sera de toute façon injuste. Le conflit au Sahara occidental est propice aux exagérations et à la manipulation. Surtout en temps de crise, toute information disponible sur la Toile peut être rangée dans une de ces deux cases : propagande ou contre-propagande.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex