Extension Factory Builder
08/02/2013 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jonathan Pitroipa après avoir reçu son carton rouge, le 6 février 2013 à Nelspruit. Jonathan Pitroipa après avoir reçu son carton rouge, le 6 février 2013 à Nelspruit. © Issouf Sanogo/AFP

Prenant acte de l’erreur d’arbitrage commise à l’encontre de l’attaquant burkinabè Jonathan Pitroipa, la commission de discipline de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé d’annuler le carton rouge adressé au joueur. Il pourra jouer la finale, première de l’histoire pour son équipe.

Tout est bien qui finit bien. Selon nos sources, la Confédération africaine de football (CAF) a annulé, vendredi 8 février, le carton rouge de Jonathan Pitroipa, élément clé des Étalons du Burkina Faso, au grand soulagement des supporteurs.

Expulsé du terrain lors la demi-finale de la CAN 2013 contre le Ghana, le 6 février, pour « simulation » sur une action qui aurait pu lui valoir un penalty, le numéro 11 du collectif burkinabè avait aussitôt reçu le soutien de nombreux fans pour que sa sanction soit levée. La toile s’était enflammée et une requête en annulation avait été déposée dans la foulée par la Fédération burkinabè de football (FBF).

Mais une telle révocation n’était possible qu’à la condition que l’arbitre, le tunisien Slim Jeddidi, reconnaisse son erreur, avait expliqué Hicham El Amrani, le secrétaire général de la CAF, lors d’une conférence de presse tenue le 7 février. « Nous savons qu'ils peuvent faire des erreurs, mais nous nous attendions à un meilleur niveau d'arbitrage », s’était-il désolé en annonçant la suspension de Jeddidi jusqu’à nouvel ordre.

L'arbitre s'est "trompé"

Vendredi matin, c’est Issa Hayatou lui-même qui déclarait lors d’un petit déjeuner de presse que l’arbitre avait reconnu sa défaillance. « On m’a informé qu’il avait fait une lettre pour dire qu’il s’était trompé, a déclaré le président de la CAF lors d’un petit déjeuner de presse. Tout le monde s’est rendu compte que cet arbitre n’a pas bien dirigé. »

Le Camerounais avait aussi indiqué que l’affaire avait été transmise par le comité exécutif de la CAF à la commission de discipline enfin habilitée à statuer sur le cas du joueur. Elle a fait le choix de la réparation. La finale sera donc possible pour Jonathan et pourquoi pas, la victoire.

________

Par Abdel Pitroipa (@AbdelPit)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers