Extension Factory Builder
08/02/2013 à 10:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les débris de la moto de l'homme qui s'est fait exploser en visant des militaires maliens, le 8 fé Les débris de la moto de l'homme qui s'est fait exploser en visant des militaires maliens, le 8 fé © Pascal Guyot/AFP

Un kamikaze s'est fait exploser vendredi à Gao (nord-est du Mali) et est mort sur le coup près de soldats maliens dont l'un a été légèrement blessé, a indiqué à l'AFP un adjudant de l'armée malienne. Le Mujao revendique l'attaque.

Mis à jour à 14h41.

L'attentat a eu lieu à la sortie nord de Gao, vendredi matin. L'homme « est arrivé à notre niveau à moto, c'était un Tamashek (Touareg), et le temps de l'approcher, il a fait exploser sa ceinture », a déclaré l'adjudant Mamadou Keita, ajoutant : « il est mort sur le coup et chez nous, il y a un blessé léger ».

« Nous revendiquons l'attentat d'aujourd'hui contre les militaires maliens qui ont choisi le camp des mécréants, des ennemis de l'islam », a déclaré Abou Walid Sahraoui, porte-parole du Mouvement pour l'unicité du jihad en afrique de l'Ouest (Mujao), menaçant de mener d'autres actions du même type.

Cette action suicide survient au lendemain d'une déclaration du même Abu Walid Sahraoui, qui a revendiqué la pose de mines, mais aussi des attaques de convois militaires et l'utilisation « de kamikazes » dans la région du Nord-Mali.

Le corps de l'homme, à l'origine d'un attentat suicide le 8 février 2013, à Gao.

© Pascal Guyot/AFP

Uniforme de gendarme

Un journaliste de l'AFP qui s'est rendu sur le lieu de l’attentat et a pu voir le corps déchiqueté du kamikaze. Celui-ci avait revêtu un uniforme de la gendarmerie malienne transportait sur sa moto, en plus de sa ceinture d'explosifs, un obus qui n'a heureusement pas explosé.

« Le Mujao est derrière l'explosion de deux voitures de l'armée malienne entre Gao et Hombori » (nord), a affirmé ce porte-parole, Abu Walid Sahraoui, affirmant que son groupe avait « réussi à créer une nouvelle zone de conflit, à organiser des attaques de convois et organiser des kamikazes ».

Groupes "résiduels"

Gao, la plus grande ville du nord du Mali, avait été reprise le 26 janvier par les armées française et malienne aux groupes islamistes armés, dont le Mujao, qui l'avaient occupée pendant des mois, multipliant les exactions.

Des soldats nigériens ont depuis rejoint les armées malienne et française à Gao et dans sa région où, selon le ministère français de la Défense, des groupes islamistes « résiduels » sont toujours présents.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers