Extension Factory Builder
07/02/2013 à 07:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le mausolée soufi incendié à Sidi Bou Saïd, le 12 janvier 2013. Le mausolée soufi incendié à Sidi Bou Saïd, le 12 janvier 2013. © AFP

Aux quatre coins du pays, les salafistes, profitant du laxisme des autorités, attaquent les mausolées les uns après les autres. D’après l’Union des confréries soufies de Tunisie, quarante édifices ont été détruits ou incendiés depuis le mois de mars 2012.

Le ton est solennel, la voix parfois tremblotante. Ce mercredi 6 février, le président de la république tunisienne Moncef Marzouki est à la tribune du Parlement européen à Strasbourg. Quelques heures plus tôt, il a appris l’assassinat de l’opposant de gauche Chokri Belaïd, tué par balle alors qu’il sortait de son domicile à Tunis. « Nous avons beaucoup d’ennemis qui sont décidés à faire échouer notre révolution pacifique, pointe le chef de l’État tunisien. Une violence verbale orchestrée, des marabouts brûlés pour dresser les musulmans contre les musulmans et, aujourd’hui, cet odieux assassinat d’un leader politique  que je connais bien et qui a été pour moi un ami de longue date, Chokri Belaïd… »

Que Moncef Marzouki évoque la destruction des mausolées, dans de telles circonstances – le meurtre de Chokri Belaïd a déclenché une crise politique et une colère populaire sans précédent depuis la révolution de 2011 -, est révélateur de l’ampleur de la menace qui pèse actuellement contre l’islam soufi tunisien. Pratiqué en Tunisie et au Maghreb depuis des centaines d’années, le soufisme est une doctrine mystique islamique qui repose en partie sur le culte des marabouts (hommes pieux). Pour les salafistes, adeptes de l’islam radical wahhabite, ce dogme est une hérésie contraire au principe sacré de l’unicité de Dieu. Depuis plusieurs mois, ils détruisent ou incendient méthodiquement les mausolées érigés sur tout le territoire en l’honneur des marabouts locaux.

Destructions à répétition

D’après l’Union des confréries soufies de Tunisie, quarante mausolées - sur environ 2000 - ont ainsi été saccagés depuis le mois de mars 2012. Une véritable catastrophe pour le patrimoine culturel et religieux du pays. Plusieurs sites célèbres, comme le mausolée de Sidi Bou Saïd, au nord de Tunis, ont été vandalisés ou sont partis en fumée. Les dernières attaques remontent au weekend dernier, durant lequel deux mausolées, situés à Jamel (gouvernorat de Monsatir) et Aouled Chamkh (gouvernorat de Mahdia), ont été incendiés.

Face à ces destructions à répétition, Mohamed Al Hani, secrétaire général de l’Union des confréries soufies, se montre très inquiet. « Le ministère de l’Intérieur fait preuve d’un laxisme flagrant, enrage-t-il. Les forces de l’ordre n’ont rien fait pour stopper ces agressions : sur quarante attaques, il n’y a eu qu’une seule arrestation, après l’incendie du mausolée Aïcha Manoubia à La Manouba (le 16 octobre2012, ndlr)». D’après le responsable soufi, un autre péril, plus insidieux, guette l’islam soufi de Tunisie. « Comme il l’ont fait avec beaucoup de mosquées, des extrémistes cherchent à mettre la main sur les zaouïas, explique Mohamed Al Hani. L’objectif est de les transformer en associations coraniques, dont on sait très bien qu’elles servent souvent à relayer l’idéologie salafiste. » En septembre 2012, des islamistes radicaux ont forcé la zaouïa Kadiria à Menzel Bouzelfa, dans le gouvernorat de Nabeul, à fermer ses portes. Ils chercheraient depuis à  y créer leur association coranique.
___

Benjamin Roger (@benja_roger)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Tunisie : l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali démissionne d'Ennahdha

C'est un petit tremblement de terre au sein d'Ennahdha. L'un de ses fondateurs, l'ancien Premier ministre Hamadi Jebali, a annoncé jeudi sa démission du parti islamiste.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers