Extension Factory Builder
07/02/2013 à 17:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jonathan Pitroipa après avoir reçu son carton rouge, le 6 février 2013 à Nelspruit. Jonathan Pitroipa après avoir reçu son carton rouge, le 6 février 2013 à Nelspruit. © Issouf Sanogo/AFP

Expulsé en demi-finale de la CAN 2013 pour "simulation" sur une action qui aurait pu lui valoir un penalty, l’attaquant burkinabè Jonathan Pitroipa a reçu le soutien de nombreux fans pour que sa sanction soitlevée. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit de sa participation à la finale, dimanche soir à Johannesburg, où les Étalons affrontent les Super Eagles du Nigeria. Verdict de la CAF ce vendredi.

#Finalforpitroipa, #lafinalepourpitroipa, #AmnestyForPitroipa… Les mots-clés (ou hashtags) et les pétitions sur la twittosphère et autres réseaux sociaux se multiplient depuis le carton rouge asséné mercredi soir par l’arbitre tunisien Slim Jeddidi au numéro onze du collectif burkinabè, à la 117e minute de jeu. La pénalité, plus que discutable, prive le dispositif de Paul Put d’un joueur essentiel après une demi-finale épique, remportée contre le Ghana sur la pelouse de Nelspruit, et qui a propulsé les Étalons en finale de la CAN.

Si le joueur a déjà gagné la bataille de l’opinion et de la sympathie, à en juger par la mobilisation qu’il suscite, la seule voie légale qui s’offre à lui est le recours devant la Confédération africaine de football (CAF). Chose aussitôt faite par la fédération burkinabè de football (FBF), dans les deux heures qui ont suivi la fin du match.

« Conformément aux textes de la CAF, nous avons introduit un recours auprès du comité d’organisation pour réclamer l’annulation du deuxième carton jaune de Jonathan Pitroipa [cumulé à un premier jaune, il lui a valu le rouge, NDLR] », précise le colonel Sita Sangaré, le président de la FBF, présent en Afrique du Sud. Confiant, il assure que l’instance faîtière du football africain est habilitée à statuer sur les cas litigieux, contrairement à certaines rumeurs contredisant cette aptitude.

Précédents similaires

« Nous n’avons pas de doutes, nous sommes sereins et confiants quant à la suite qui sera donnée à notre demande, ajoute-t-il. Il y a déjà eu un précédent similaire pendant la CAN de 1986 concernant l’Égyptien Mahmoud El Khatib ». Et le colonel de citer le cas plus récent encore du joueur togolais Serge Akakpo, titulaire en quart de finale de la CAN en Afrique du Sud contre la sélection burkinabè, malgré un carton jaune disqualifiant, finalement annulé par la commission de de discipline de la CAF.

La CAF ne peut annuler la décision de l'arbitre que si celui-ci reconnaît son erreur dans son rapport.

« C’est aussi ça le sport, l’arbitre peut se tromper, se désole le président de la FBF. La CAF nous a fait savoir qu’elle statuera sur la requête demain [vendredi, NDLR] dans la journée. »

Lors d’une conférence de presse, jeudi 7 février, Hicham El Amrani, le secrétaire général de la CAF, a indiqué que le comité d’organisation ne pouvait changer la décision de Slim Jeddidi que si celui-ci reconnaissait dans son rapport qu’il avait commis une erreur. Pour l’heure, l’arbitre tunisien a déjà été suspendu par la CAF pour ses décisions erratiques tout au long de la rencontre. « Nous savons qu'ils peuvent faire des erreurs, mais nous nous attendions à un meilleur niveau d'arbitrage », a expliqué El Amrani.

________

Par Abdel Pitroipa (@AbdelPit)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina : les balais fleurissent la tombe de Sankara

Burkina : les balais fleurissent la tombe de Sankara

À l'appel du "Balai citoyen", quelque 300 personnes ont déposé dimanche des balais sur la tombe de Thomas Sankara pour commémorer le 65e anniversaire de sa naissance. Ce geste symbolique vis[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers