Extension Factory Builder
07/02/2013 à 16:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La délégation du M23 aux négociations de paix à Kampala en Ouganda, le 11 décembre 2012. La délégation du M23 aux négociations de paix à Kampala en Ouganda, le 11 décembre 2012. © Isaac Kasamani/AFP

Deux mois après le début des pourparlers de Kampala entre le gouvernement de RDC et les rebelles du M23, un compromis a (enfin) été trouvé sur le premier point inscrit à l’ordre du jour : l’évaluation de l’accord du 23 mars 2009. Mais les deux parties sont loin de partager la même interprétation du document qu’elles ont signé…

À Kampala, les négociations entre le gouvernement congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) progressent très lentement, sans que les deux protagonistes aient la même lecture de leurs (minces) avancées. Mercredi 6 février, ils ont adopté un texte sur l’évaluation de l’accord du 23 mars 2009, signé à l’époque entre la RDC et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), accord dont le M23 réclamait l’application effective.

Le document adopté indique que sur les 35 clauses dudit accord, « 23 dispositions ont été pleinement (15) ou partiellement (8) mises en œuvre, 12 dispositions ont été exécutées de manière inadéquate ou n’ont pas été exécutées du tout ». S’ils sont d’accord sur ce constat, chaque camp essaye de tirer la couverture à lui. Pour la délégation du M23, ce rapport « valide la légitimité de [ses] revendications ». Bertrand Bisimwa, le porte-parole de la rébellion, parle même d’une « victoire de la réalité sur l’apologie du mensonge » du gouvernement congolais.

S’ils sont d’accord sur ce constat de désaccord, chaque camp essaye de tirer la couverture à lui.

« Nous pensons que cet accord va bannir l’expression de "forces négatives" dans le vocabulaire de Kinshasa pour nous qualifier car, on ne passe pas d’accord avec des forces négatives ou des groupes criminels à moins d’être soi-même un groupe criminel », commente-t-il. Pas sûr que les autorités congolaises l’entendent de cette oreille.

« Ce n’est pas le fait qu’un malfrat est entendu devant les juges qui l’exonère de ses crimes », répond Lambert Mende. Le porte-parole du gouvernement congolais considère que l’évaluation de l’accord du 23 mars a démontré plutôt « la bonne foi » de Kinshasa, parce qu’il ne restait plus que 12 dispositions à mettre en œuvre, notamment le retour des réfugiés et la création d’une police de proximité. « Une question de temps et de moyens », explique Lambert Mende, qui souligne que « toutes ces raisons ne peuvent justifier la rébellion du M23 ».

Menaces de reprise du conflit

Quoi qu’il en soit, l’accord n’éloigne pas vraiment la menace d’une reprise du conflit. « La situation sur le terrain est très délicate, affirme Bertrand Bisimwa. La zone tampon de 6 kilomètres que nous avions demandée n’est toujours pas en place. Il suffirait d’une étincelle, d’un acte isolé pour que les combats reprennent. Malheureusement, aujourd’hui, tout est possible. » Et ce même si l’heure reste aux pourparlers.

Après le compromis sur le premier point à l’ordre du jour, la route vers une paix durable est encore longue. Les protagonistes doivent désormais aborder les autres points inscrits à l'ordre du jour du dialogue, et s’atteler notamment aux questions sécuritaires, politiques, économiques et sociales, mais en « comités techniques restreints ». Car selon des sources proches de la délégation congolaise à Kampala, le nombre de délégués de chaque composante a été « sensiblement » réduit pour des « raisons budgétaires ».

Le gouvernement congolais qui prend en change ces assises (frais d’hébergement, per diem d’au moins 150 dollars par délégué…) aurait déjà accumulé 17 jours de retard dans le paiement de frais de séjour aux participants. Des problèmes financiers qui risquent de court-circuiter ces négociations interminables dans la capitale ougandaise.

________

Par Trésor Kibangula (@Trésor_K) et Pierre Boisselet (@PierreBoisselet)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

RDC : à quoi joue Léon Kengo wa Dondo ?

En évoquant une possible révision de la Constitution, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a jeté le trouble. A priori, il est exclu de toucher à la limitation du nom[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Interrogations après la mort en RDC du chef rebelle "Morgan"

Paul Sadala alias "Morgan", chef rebelle congolais, a été tué lundi par l'armée congolaise lors de son transfèrement vers Bunia dans le nord-est de la RDC.[...]

Football : Carteron sélectionneur de la RDC ? Katumbi ne dit pas non

À la recherche d’un sélectionneur, la RDC étudie plusieurs pistes. Dont celle menant à Patrice Carteron, l’entraîneur français du TP Mazembe, qui cumulerait les deux[...]

RDC : où sont passés les centaines d'otages des ADF dans le Nord-Kivu ?

Enfants, médecin, prêtres, membres de MSF… Entre 2010 et 2013, des centaines de personnes ont été enlevées par les ADF dans l'est de la RDC. Au moment où la traque contre ces[...]

RDC : comment va Étienne Tshisekedi ?

Au moment où des rumeurs folles circulent à Kinshasa sur l'état de santé d'Étienne Tshisekedi, ses proches tentent de rassurer. Selon eux, l'opposant historique congolais va mieux mais a encore[...]

RD Congo : Carlo Lekea, développeur-pionnier

Carlo Lekea est le développeur de la première application mobile réalisée en RD Congo. À 22 ans, ce jeune homme ambitieux entend bien en développer de nombreuses autres, en dépit de[...]

RDC : In Koli Jean Bofane, le satyricongolais

Présent au festival Étonnants Voyageurs de Rabat, l'auteur de "Mathématiques congolaises" a évoqué son nouveau livre, "Congo Inc." Un maelström d'humour et[...]

RDC - Patricia Diomi : "Pour Kabila, mon mari est la bête noire à abattre"

Après la condamnation, le 26 mars, de l'opposant congolais Diomi Ndongala à dix ans de prison, son épouse Patricia s'est confiée à "Jeune Afrique". Elle dénonce notamment la[...]

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers