Extension Factory Builder
07/02/2013 à 16:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La délégation du M23 aux négociations de paix à Kampala en Ouganda, le 11 décembre 2012. La délégation du M23 aux négociations de paix à Kampala en Ouganda, le 11 décembre 2012. © Isaac Kasamani/AFP

Deux mois après le début des pourparlers de Kampala entre le gouvernement de RDC et les rebelles du M23, un compromis a (enfin) été trouvé sur le premier point inscrit à l’ordre du jour : l’évaluation de l’accord du 23 mars 2009. Mais les deux parties sont loin de partager la même interprétation du document qu’elles ont signé…

À Kampala, les négociations entre le gouvernement congolais et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) progressent très lentement, sans que les deux protagonistes aient la même lecture de leurs (minces) avancées. Mercredi 6 février, ils ont adopté un texte sur l’évaluation de l’accord du 23 mars 2009, signé à l’époque entre la RDC et le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), accord dont le M23 réclamait l’application effective.

Le document adopté indique que sur les 35 clauses dudit accord, « 23 dispositions ont été pleinement (15) ou partiellement (8) mises en œuvre, 12 dispositions ont été exécutées de manière inadéquate ou n’ont pas été exécutées du tout ». S’ils sont d’accord sur ce constat, chaque camp essaye de tirer la couverture à lui. Pour la délégation du M23, ce rapport « valide la légitimité de [ses] revendications ». Bertrand Bisimwa, le porte-parole de la rébellion, parle même d’une « victoire de la réalité sur l’apologie du mensonge » du gouvernement congolais.

S’ils sont d’accord sur ce constat de désaccord, chaque camp essaye de tirer la couverture à lui.

« Nous pensons que cet accord va bannir l’expression de "forces négatives" dans le vocabulaire de Kinshasa pour nous qualifier car, on ne passe pas d’accord avec des forces négatives ou des groupes criminels à moins d’être soi-même un groupe criminel », commente-t-il. Pas sûr que les autorités congolaises l’entendent de cette oreille.

« Ce n’est pas le fait qu’un malfrat est entendu devant les juges qui l’exonère de ses crimes », répond Lambert Mende. Le porte-parole du gouvernement congolais considère que l’évaluation de l’accord du 23 mars a démontré plutôt « la bonne foi » de Kinshasa, parce qu’il ne restait plus que 12 dispositions à mettre en œuvre, notamment le retour des réfugiés et la création d’une police de proximité. « Une question de temps et de moyens », explique Lambert Mende, qui souligne que « toutes ces raisons ne peuvent justifier la rébellion du M23 ».

Menaces de reprise du conflit

Quoi qu’il en soit, l’accord n’éloigne pas vraiment la menace d’une reprise du conflit. « La situation sur le terrain est très délicate, affirme Bertrand Bisimwa. La zone tampon de 6 kilomètres que nous avions demandée n’est toujours pas en place. Il suffirait d’une étincelle, d’un acte isolé pour que les combats reprennent. Malheureusement, aujourd’hui, tout est possible. » Et ce même si l’heure reste aux pourparlers.

Après le compromis sur le premier point à l’ordre du jour, la route vers une paix durable est encore longue. Les protagonistes doivent désormais aborder les autres points inscrits à l'ordre du jour du dialogue, et s’atteler notamment aux questions sécuritaires, politiques, économiques et sociales, mais en « comités techniques restreints ». Car selon des sources proches de la délégation congolaise à Kampala, le nombre de délégués de chaque composante a été « sensiblement » réduit pour des « raisons budgétaires ».

Le gouvernement congolais qui prend en change ces assises (frais d’hébergement, per diem d’au moins 150 dollars par délégué…) aurait déjà accumulé 17 jours de retard dans le paiement de frais de séjour aux participants. Des problèmes financiers qui risquent de court-circuiter ces négociations interminables dans la capitale ougandaise.

________

Par Trésor Kibangula (@Trésor_K) et Pierre Boisselet (@PierreBoisselet)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

RDC : mauvaise nouvelle pour Congo News

Lundi 1er septembre, la Chambre du conseil de RDC a placé Mike Mukebayi en détention préventive. L’éditeur du journal Congo News est poursuivi pour diffamation. Auparavant, ministre de la Commun[...]

Sindika Dokolo, l'homme qui collectionne les pièces... d'art contemporain

Businessman congolais et époux d'Isabel dos Santos, la fille du président angolais, Sindika Dokolo est surtout connu pour sa passion pour les créateurs africains.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex