Extension Factory Builder
07/02/2013 à 11:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président du Bénin, Boni Yayi, le 6 février 2013 à l'Elysée à Paris. Le président du Bénin, Boni Yayi, le 6 février 2013 à l'Elysée à Paris. © Bertrand Langlois/AFP

En visite à Paris du 5 au 8 février, le président béninois Boni Yayi a demandé à la France de continuer à jouer son "rôle de leadership" dans la guerre au Mali, même s’il considère qu’il est "normal" qu’elle réduise "progressivement" son contingent.

Mis à jour à 15h17.

On savait le président béninois Boni Yayi pour une intervention de la France au Mali. On sait désormais qu’il est en faveur d’une certaine continuité de la présence tricolore au Mali. « Une fois que la Misma (Mission internationale de soutien au Mali aura été mise en place avec 6 000 à 8 000 soldats, c'est normal que la France puisse progressivement réduire son contingent », a-t-il déclaré après un entretien avec son homologue François Hollande, à l'Elysée, mercredi 6 février. Mais Paris devra « naturellement continuer à jouer son rôle de leadership », a-t-il ajouté.

Près de 4 000 soldats français sont actuellement déployés au Mali. Une « intervention salutaire », selon Boni Yayi, qui a remercié le président français pour son aide. « C'est tout un continent, le continent africain, qui s'en félicite », avait expliqué sur le perron de l'Élysée celui qui était, jusqu'au 27 janvier, président de l'Union africaine, et qui a souligné la volonté de l'Afrique de « jouer sa partition aux côtés de la France ».

Ratissage du Sahel

« Lorsque la guerre (au Mali) aura été terminée, lorsqu'on aura le sentiment que toute la zone sahélo-saharienne aura été ratissée, la Misma pourra être transformée en une force de paix avec naturellement un mandat sous le chapitre VII de la Charte de l'ONU [qui permet d'imposer des sanctions économiques et diplomatiques à un pays pour le contraindre à se plier à une décision du Conseil et peut autoriser le recours à la force, NDLR] parce que nous voudrions débarrasser définitivement la bande sahélo-saharienne du terrorisme », a encore déclaré Boni Yayi.

Lors d’une conférence qu’il a animée le lendemain, jeudi 7 février, à l’Institut français des relations internationales (IFRI), le président béninois a précisé sa pensée. «  Il faut une autre résolution du Conseil de sécurité de l’ONU afin que les forces françaises puissent intervenir au-delà des limites territoriales du Mali pour ratisser toute la zone sahélo-saharienne. Il faut nous aider à nettoyer cette bande de trafiquants et de terroristes internationaux », a-t-il déclaré.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers