Extension Factory Builder
06/02/2013 à 17:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Tunisiens rassemblés devant le ministère de l'Intérieur, jeudi 6 février, à Tunis. Des Tunisiens rassemblés devant le ministère de l'Intérieur, jeudi 6 février, à Tunis. © Fethi Belaid:AFP

L'émotion est vive en Tunisie après l'assassinat par balles, devant chez lui, de l'opposant d'extrême gauche Chokri Belaïd, jeudi 6 février. Des barricades ont été érigées à Tunis et l'opposition a annoncé qu'elle suspendait tous ses travaux à l'Assemblée nationale constituante.

L’assassinat, mercredi 6 février au matin, du secrétaire général du Parti unifié des patriotes démocrates (PUPD), Chokri Belaïd, émeut l’opinion internationale. Le Parlement européen, auquel rendait visite le président tunisien Moncef Marzouki, a observé une minute de silence en hommage à l’opposant et défenseur des libertés tunisien. Certains députés, comme Daniel Conh-Bendit, ont même fini en pleurs après le discours de Marzouki...

Et même s’ils n’étaient pas du même bord politique que l'avocat de 48 ans, ses compatriotes sont en deuil. Sur l’avenue Bourguiba, un cortège de près de 6 000 manifestants fortement éprouvés et parfois en larmes demandaient la démission du gouvernement et reprenaient le fameux « dégage » de la révolution du 14 janvier.

>> Suivre l'évolution en direct des événements sur Jeune Afrique

À l’opposé de la liesse révolutionnaire, ce 6 février est d’une terrible tristesse et pose la question des grands équilibres du pays. Désormais le gouvernement issu du premier scrutin libre de Tunisie, le 23 octobre 2011, se trouve directement confronté à la colère d'une partie de ceux qui l’ont élu. Alors que la dépouille de Chokri Belaïd empruntait l’avenue Bourguiba pour un hommage populaire, les forces de l’ordre n’ont pas hésité à employer des gaz lacrymogène contre la foule qui défilait pacifiquement, même si elle arborait des slogans hostiles au pouvoir.

Grève générale

« Ils n’ont même pas de respect pour les morts », hurlait une jeune manifestante tandis qu’un de ses compagnons à terre était frappé à coups de casque par les policiers déployés partout au centre de la capitale. Les partis politiques de l’opposition, réunis en urgence, ont décidé d’une grève générale, exigé des obsèques nationales et demandé la démission du gouvernement. Ils se sont aussi accordés pour suspendre la participation de leurs élus à l’Assemblée nationale constituante (ANC).

Partout ailleurs dans le pays, le retour au calme se faisait attendre en fin d’après-midi. Si beaucoup font endosser à Ennahdha la responsabilité – au moins morale - de l’assassinat, certains appellent à la prudence. La responsabilité du gouvernement est certes engagée pour n’avoir pas protégé Chokri Belaïd en tant qu’homme politique ; celle d’Ennahdha, aussi, pour avoir souvent désigné Chokri Belaïd comme fomentateur de l’agitation sociale que connaît le pays… Mais le drame ne sert en rien leur cause, bien au contraire. La situation politique du pays est si fragile qu’elle pourrait à tout moment basculer dans une violence civile incontrôlable.

__________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Madagascar : sur le modèle russe ?

Article précédent :
Le nerf de la guerre

Réagir à cet article

Tunisie

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

Depuis sa légalisation, en 2011, Ennahdha invoque le référentiel turc à l'envi. Comme pour lisser un peu plus son image.[...]

Vivants !

Dimanche 14 septembre, 14 h 30, aéroport de Tunis-Carthage. Massées dans le hall, des centaines de personnes attendent le retour après trois ans d'exil parisien de Mondher Zenaïdi, ancien[...]

Tunisie : le président Marzouki candidat à sa réélection

Le chef de l'État tunisien Moncef Marzouki a déposé samedi sa candidature à l'élection présidentielle du 23 novembre, un scrutin crucial pour la Tunisie près de quatre ans[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex