Extension Factory Builder
06/02/2013 à 09:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Chokri Belaïd avait 48 ans. Chokri Belaïd avait 48 ans. © DR

Chokri Belaïd, le secrétaire général du Parti des patriotes démocrates, formation de l'extrême gauche tunisienne, a été assassiné mercredi 6 février au matin. Il a été touché par plusieurs balles alors qu'il sortait de son domicile à Tunis.  

Mis à jour à 20h12.

Chokri Belaïd, secrétaire général du Parti des patriotes démocrates, savait qu’il était la cible des milices qui pullulent en Tunisie - dont celles des Ligues de protection de la révolution (déjà responsables de la mort de Lotfi Naghd, militant du parti Nidaa Tounès, dans une manifestation à Tatouine, en octobre 2012). Mais les menaces semblaient ne pas avoir de prise sur cet homme de convictions, éternel défenseur des valeurs démocratiques. Il paye vraisemblablement de sa vie son franc-parler et ses prises de positions : il a été abattu mercredi matin à 7h30 par des hommes armés postés à bord d’une voiture, devant son domicile, dans le quartier résidentiel d’El Menzah VI à Tunis.

Son frère accuse

« Mon frère a été assassiné, je suis plus que désespéré et déprimé », a dit Abdelmajid Belaïd. « J'emmerde tout le mouvement Ennahdha et j'accuse Rached Ghannouchi d'avoir fait assassiner mon frère », a-t-il affirmé. Selon l'épouse de l'opposant, s'exprimant sur radio Mosaïque, Chokri Belaïd a été touché par deux balles alors qu'il sortait de son domicile. Zied Lakhdher, membre du Parti des patriotes démocrates, a lui déclaré que le secrétaire général du parti avait été atteint par trois balles. Transporté dans un état critique à la clinique de la cité Ennasr, il aurait succombé à ses blessures lors de son transfert.

Âgé de 48 ans, cet avocat de profession avait participé à la mise en place de la transition démocratique en tant que membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution. Après l’échec de sa formation aux élections, il avait pris une position d’opposant qui s’élevait contre la mainmise des islamistes sur les structures de l’État et dénonçait les dysfonctionnements et les dérives de la justice. Il avait aussi alerté l’opinion sur les dangers de la violence politique.

Précédents

Ses positions étaient toutes à l’opposé du projet politique et sociétal des islamistes ; de plus en plus populaire, il devenait l’homme à abattre pour les radicaux. Plus d’une fois, durant les derniers mois, il avait été confronté personnellement à des agressions physiques et verbales tandis que les réunions de son parti étaient souvent chahutées ou empêchées par des salafistes ou des milices. Son parti avait rejoint le Front populaire, alliance de gauche qui avait le vent en poupe dans le milieu ouvrier et les régions démunies.

À Tunis, l’émotion est grande. Tous les partis politiques ont battu le rappel de leurs bureaux exécutifs et se fendent de déclarations. Si le crime n’a pas été revendiqué, les soupçons se portent automatiquement sur les milices soutenues par les islamistes. Certains, dramatiques, estiment que le pays entre dans un scénario à l’algérienne et affirment : « ils nous élimineront tous ». D’autres se demandent, fatalistes : « à qui le tour ? ».

________

Par Frida Dahmani, à Tunis, avec Benjamin Roger (@benja_roger)

Que mijote Ennahdha ?

Rached Ghannouchi, chef charismatique d'Ennahdha.Le conseil consultatif (Majliss el-Choura) d'Ennahdha, le parti islamiste au pouvoir, a établi à la mi-janvier sa feuille de route pour les cinq ans à venir. Une source interne confirme que sa priorité est de faire nommer certains de ses membres à des postes de direction au sein des entreprises publiques et de l'administration. S'agissant des élections législatives et présidentielle, il va tout faire pour qu'elles aient lieu au début de 2014, et non en 2013 comme annoncé par la présidence de l'Assemblée constituante. Cela permettrait d'adopter préalablement le budget 2014. Et de lier les mains du Parlement nouvellement élu pendant un an.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers