Extension Factory Builder
05/02/2013 à 19:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les attaquants vedettes Jonathan Pitroipa (Burkina) et Asamoah Gyan (Ghana). Les attaquants vedettes Jonathan Pitroipa (Burkina) et Asamoah Gyan (Ghana). © AFP/Reuters

Sur le papier, le Ghana est l’un des favoris de la CAN 2013 et a hérité du demi-finaliste le plus abordable à jouer. Mais les Étalons du Burkina Faso, qui n’avaient pas mis les pieds à ce niveau de la compétition depuis 1998, ont un collectif capable de piéger les Black Stars. Seront-ils à la hauteur du défi ? Réponse mercredi 6 février au soir, à Nelspruit.

Le Ghana et le Burkina Faso ont déjà deux points communs : ils ont terminé chacun premier de leur groupe, évitant l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire en quarts de finale, et ils ont obtenu leur qualification pour les demi-finales sans briller outre-mesure, face au Cap Vert pour les Blacks Stars (2-0, le 2 février), et face au Togo (1-0 après prolongation) pour les Étalons.

« Le Burkina a joué vingt-quatre heures plus tard, avec trente minutes de plus dans les jambes », note Robert Nouzaret, l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et de la RDC. « Et à ce niveau de compétition, cela compte. » Quand Pierre Lechantre fait du Nigeria son favori pour le sacre du Soccer City de Johannesburg, dimanche 11 février, Nouzaret admet avoir un faible pour l’autre cador anglophone encore en vie.

Justifier son rang

« Le Ghana, de tous les favoris, est le seul à justifier son rang. Il gagne, parfois sans vraiment convaincre, mais il gagne. C’est loin d’être parfait, la défense est parfois mise en danger, mais il a un effectif de qualité, et les absences des frères Ayew (Jordan et André), que le sélectionneur n’a pas retenus, ne sont finalement pas si préjudiciables. »

Celle d’Alain Traoré, qui s’est blessé lors du premier tour et qui est définitivement forfait pour la suite du tournoi, n’a pas non plus empêché les Étalons de battre le Togo (1-0) dimanche, à l’issue d’une rencontre très médiocre. « Le Burkina peut-être la surprise du tournoi », prévient Nouzaret. «  Il a bien surmonté jusqu’à maintenant l’absence d’Alain Traoré, son meilleur joueur. Paul Put, le sélectionneur belge, fait du bon travail. L’équipe n’est pas très spectaculaire, mais elle est bien organisée. Et elle peut contrarier le Ghana… »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
kissino - 06/02/2013 à 02h:02

c"est la coupe CEDEAO puisque les 4 equipes sont tous de west africa.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Burkina Faso

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Burkina : Zida nationalise une entreprise du clan Compaoré

Le Premier ministre burkinabè Isaac Zida a annoncé samedi la nationalisation d'une entreprise appartenant au clan de l'ex-président Blaise Compaoré, affichant la volonté des autorités[...]

Burkina : manifestation pour Norbert Zongo, 16 ans après sa mort

Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Ouagadougou en hommage à Norbert Zongo, un journaliste burkinabè assassiné il y a seize ans, le 13 décembre 1998 sous la présidence[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers