Extension Factory Builder
05/02/2013 à 19:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les attaquants vedettes Jonathan Pitroipa (Burkina) et Asamoah Gyan (Ghana). Les attaquants vedettes Jonathan Pitroipa (Burkina) et Asamoah Gyan (Ghana). © AFP/Reuters

Sur le papier, le Ghana est l’un des favoris de la CAN 2013 et a hérité du demi-finaliste le plus abordable à jouer. Mais les Étalons du Burkina Faso, qui n’avaient pas mis les pieds à ce niveau de la compétition depuis 1998, ont un collectif capable de piéger les Black Stars. Seront-ils à la hauteur du défi ? Réponse mercredi 6 février au soir, à Nelspruit.

Le Ghana et le Burkina Faso ont déjà deux points communs : ils ont terminé chacun premier de leur groupe, évitant l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire en quarts de finale, et ils ont obtenu leur qualification pour les demi-finales sans briller outre-mesure, face au Cap Vert pour les Blacks Stars (2-0, le 2 février), et face au Togo (1-0 après prolongation) pour les Étalons.

« Le Burkina a joué vingt-quatre heures plus tard, avec trente minutes de plus dans les jambes », note Robert Nouzaret, l’ancien sélectionneur de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et de la RDC. « Et à ce niveau de compétition, cela compte. » Quand Pierre Lechantre fait du Nigeria son favori pour le sacre du Soccer City de Johannesburg, dimanche 11 février, Nouzaret admet avoir un faible pour l’autre cador anglophone encore en vie.

Justifier son rang

« Le Ghana, de tous les favoris, est le seul à justifier son rang. Il gagne, parfois sans vraiment convaincre, mais il gagne. C’est loin d’être parfait, la défense est parfois mise en danger, mais il a un effectif de qualité, et les absences des frères Ayew (Jordan et André), que le sélectionneur n’a pas retenus, ne sont finalement pas si préjudiciables. »

Celle d’Alain Traoré, qui s’est blessé lors du premier tour et qui est définitivement forfait pour la suite du tournoi, n’a pas non plus empêché les Étalons de battre le Togo (1-0) dimanche, à l’issue d’une rencontre très médiocre. « Le Burkina peut-être la surprise du tournoi », prévient Nouzaret. «  Il a bien surmonté jusqu’à maintenant l’absence d’Alain Traoré, son meilleur joueur. Paul Put, le sélectionneur belge, fait du bon travail. L’équipe n’est pas très spectaculaire, mais elle est bien organisée. Et elle peut contrarier le Ghana… »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
kissino - 06/02/2013 à 02h:02

c"est la coupe CEDEAO puisque les 4 equipes sont tous de west africa.[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Burkina Faso

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient 'Timbuktu' en compétition officielle

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre burkinab&eg[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Burkina - Michel Kafando : "La rue est toujours pressée"

Pour la première fois depuis sa nomination au poste de président de la transition, Michel Kafando s'est confié à "Jeune Afrique". Un entretien exclusif à retrouver dans le n°2823,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130205184750 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130205184750 from 172.16.0.100