Extension Factory Builder
05/02/2013 à 11:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manuel Valls, le 8 décembre 2012 à Paris. Manuel Valls, le 8 décembre 2012 à Paris. © AFP

Deux Français de 27 et 37 ans, un Franco-Algérien de 27 ans et un Malien de 23 ans ont été interpellés dans la matinée du mardi 5 février, a-t-on indiqué de source judiciaire, en région parisienne, dans le cadre d'une enquête sur une filière acheminant des jihadistes vers le Sahel. D'après le ministre français de l'Intérieur Manuel Valls, une "poignée" de Français ou de résidents en France sont actuellement dans la région.

Mis à jour le 06 février 2013 à 10:00

Ces arrestations sur le sol français, mardi, de jihadistes présumés, sont consécutives à l'interpellation en août à Niamey (Niger) d'un Français, Cédric Lobo, par les autorités nigériennes, alors qu'il espérait rejoindre Tombouctou, au Mali.

Expulsé vers la France, il avait été mis en examen à la fin août pour « association de malfaiteurs en vue d'une entreprise terroriste », puis placé en détention provisoire dans le cadre d'une enquête sur une filière de jihadistes vers le Sahel, menée par le juge antiterroriste Marc Trévidic.

Cette opération est liée à « l'arrestation d'un individu il y a quelques mois, cet été, sur la frontière entre le Mali et le Niger », a confirmé le ministre de l'Intérieur Manuel Valls sur BFMTV et RMC.

À Niamey, M. Lobo avait expliqué vouloir rallier des groupes jihadistes dans le nord du Mali, selon la source judiciaire, mais il s'est montré plus prudent dans ses propos en France.

Les personnes interpellées sont présumées proches de lui. Le lien « important » entre elles serait en particulier une mosquée de L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) où habitait le jeune homme avant son départ pour le Sahel, a-t-on ajouté.

Initialement cinq cibles étaient visées par la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), qui a conduit les interpellations, selon une source policière

Des perquisitions ont été réalisées, a-t-on ajouté de source judiciaire, en appelant à la prudence sur ces arrestations.

Combattre au Sahel

Engagée militairement contre les groupes islamistes armés au Mali, la France surveille de près d'éventuelles menaces terroristes.

« Plusieurs dizaines de Français ou de résidents en France se sont déjà rendus en Syrie, souvent dans des groupes contrôlés par Al-Qaïda » et « il y a aussi quelques individus qui veulent se rendre au Sahel », dont une « poignée » qui y sont « probablement ». « Deux ont été arrêtés au cours de ces derniers mois », alors qu'ils voulaient se rendre au Sahel pour combattre : celui qui a conduit à l'opération de mardi « et un autre au Mali ». « Cela fait plusieurs mois que cette filière est suivie », a ajouté Manuel Valls.

S'il n'y a pas eu « de menace directe » d'attentat depuis le début du conflit au Mali, « la police française, les services de renseignement sont sur le qui-vive », a-t-il dit. Il a rappelé le démantèlement fin 2011 de la cellule de Cannes/Torcy, soupçonnée d'avoir voulu organiser une filière de jihadistes et d'avoir commis l'attentat contre un commerce juif de Sarcelles en septembre.

"Ennemi intérieur"

« Il faut continuer ce travail de démantèlement de ces réseaux qui veulent soit agir sur notre territoire, soit exfiltrer des individus pour faire le jihad », a poursuivi Manuel Valls. « Nous combattons un terrorisme à l'extérieur, mais nous combattons aussi un ennemi intérieur puisqu'il y a ces Français qui rentrent dans ce processus de radicalisation. Il faut combattre avec la plus grande détermination cet ennemi ».

Lundi soir, devant 100 imams au Mémorial de la Shoah de Drancy, Manuel Valls a de nouveau mis en garde contre l'islamisme radical, estimant que  « dans un certain nombre de quartiers où la misère, le chômage et l'échec scolaire se sont imposés », les autorités avaient « laissé progressivement s'installer un autre ordre que celui de la République ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

AUTRES

Zimbabwe : Dis-Grace & Bob-la-rallonge... Mugabe(s) forever ?

Zimbabwe : Dis-Grace & Bob-la-rallonge... Mugabe(s) forever ?

Jusqu’où ira la tentation oligarchique au sommet de l’état zimbabwéen ? Alors que Robert Mugabe, qui multiplie les mandats à rallonge, montre de plus en plus de signes de faiblesse, sa[...]

Ebola : la mobilisation internationale suscite l'espoir en Afrique de l'Ouest

Les pays ouest-africains les plus touchés par Ebola espèrent un tournant grâce à l'aide militaire promise mardi par les États-Unis. Autre motif d'espoir : l'examen, ce jeudi, par le Conseil de[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et barom[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé mercr[...]

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

L'attaque d'un campus de Kano, dans le nord du Nigeria, mercredi par des éléments présumés de Boko Hram a fait au moins 13 morts et 34 blessés.[...]

Côte d'Ivoire : Bédié annonce son ralliement à Ouattara pour la présidentielle de 2015

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) Henri Konan Bédié a annoncé ce mercredi lors d’un meeting tenu dans son fief à Daoukro le ralliement de sa formation &agr[...]

Ebola : la Banque mondiale craint "les conséquences économiques catastrophiques de la peur"

Pour la banque mondiale, plus que le coût direct de l'épidémie (mortalité, morbidité, soins de santé, pertes des jours de travail), le véritable danger réside dans la "r&[...]

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus dans la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex