Extension Factory Builder
04/02/2013 à 16:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gérald Tremblay, ex-maire de Montréal. Gérald Tremblay, ex-maire de Montréal. © AFP

Montréal, ville de festivals, de neige et de dédales souterrains ? Plutôt le haut lieu de la corruption au Québec, où les révélations sur l’infiltration de l’économie légale éclaboussent la classe politique.

Croulant sous les allégations de corruption, le maire de Montréal Gérald Tremblay a été forcé de remettre sa démission au dernier trimestre. Le politicien déchu aurait sciemment fermé les yeux devant les preuves et l’étendue de la corruption qui rongeait une partie de son administration. Deux autres maires de la région montréalaise, soupçonnés d’avoir trempé dans des malversations, ont eux aussi préféré se désister de leurs fonctions. La cause de leur embarras : la commission d’enquête publique sur la corruption dans l'industrie de la construction au Québec (CEIC), dont les travaux ont officiellement débuté en septembre, à Montréal.

Au cours des trois dernières années au Québec, il ne s’est pratiquement pas écoulé une seule semaine sans qu’un nouveau chapitre sur la corruption ne soit écrit. Las de ce vaudeville de bas étage, la population n’a eu de cesse d’exiger la création d’une commission d’enquête. Le Premier ministre de l’époque, Jean Charest, a obtempéré en octobre 2011, nommant à sa tête la chevronnée juge de la Cour supérieure du Québec, France Charbonneau.

L’équipe de la magistrate s’attaque à une tâche délicate : faire la lumière, d’ici la fin de l’année en cours, sur la gestion des contrats de travaux publics dans le secteur de la construction. Les audiences télévisées, très suivies depuis le début des travaux de la CEIC, ont permis aux  Québécois de découvrir l’existence d’un système de corruption bien huilé, en marche depuis une quinzaine d’années et ce, sous l’œil bienveillant de fonctionnaires et d’élus peu scrupuleux.

Infiltration

À la mairie de Montréal, ce serait la mafia sicilienne qui sévirait depuis les années 1990. Une poignée d’entrepreneurs liés au crime organisé auraient ainsi formé le « cartel des égouts » pour se répartir entre eux, et avec la complicité d’ingénieurs municipaux, les lucratifs contrats de réfection des voies publiques.  

Mais le scandale toucherait aussi la classe politique de la province et certains grands syndicats. Argent sale dans les caisses de partis, séjours de hauts dirigeants sur le yacht d’un ex-entrepreneur épinglé par le fisc, favoritisme dans les crèches pour les amis du parti au pouvoir ; les scandales se succèdent à un point tel que le magazine canadien Maclean’s a déjà taxé le Québec de province la plus corrompue du pays.

Les travaux de la commission, qui a fait relâche pour la période des fêtes, ont recommencé le 21 janvier, et les démissions fracassantes risquent bien, elles aussi, de s’enchaîner les unes après les autres. De grosses pointures de la classe politique, dont une ancienne ministre de l’Éducation du gouvernement, seraient dans la ligne de mire des procureurs de la CEIC pour une affaire de financement illicite versé par des entrepreneurs mafieux.

Tous les regards seront rivés sur la juge Charbonneau, qui devra non seulement dénouer les ficelles de ce système de corruption mais aussi redonner confiance dans leurs institutions aux Québécois, échaudés par tant d’impunité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglais-anglais", Idris Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à "Paris Match". Face[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces