Extension Factory Builder
04/02/2013 à 14:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats en état d'alerte le 3 février 2013 à Benghazi. Des soldats en état d'alerte le 3 février 2013 à Benghazi. © Abdullah Doma/AFP

Deux ans après le début de la révolte qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi, les nouvelles autorités libyennes peinent à satisfaire les besoins d’une population en colère. Des appels au soulèvement trouvent un certain écho et inquiètent Tripoli.

Les Libyens sont en colère. Des milliers d’entre eux prévoient de manifester leur exaspération le 15 février prochain, à l’occasion du deuxième anniversaire du soulèvement populaire qui a emporté le régime de Mouammar Kadhafi.

Les protestataires accusent les nouvelles autorités d’inertie dans la mise en œuvre des réformes promises. Les revendications foisonnent : bannissement des responsables de l’ancien régime, démantèlement des milices armées ou réformes de l’enseignement supérieur...

Aux origines de la grogne populaire, la cherté de la vie et le chômage endémique chez les jeunes. Autre explication : les revendications insatisfaites portant sur le « fédéralisme et la contestation des décisions et des choix de l'Assemblée et du gouvernement, explique Mohamed al-Mufti ancien prisonnier politique. Les appels à manifester sont justifiés par une accumulation de problèmes ».

Protestations pacifiques ?

Pour Zahia Attia, militante politique, « il s'agira de sit-in et de marches de protestation pacifiques pour dénoncer l'échec de l'Assemblée nationale à réaliser des avancées dans des dossiers tels que la réconciliation nationale, la répartition des ressources, (...) et la rédaction d'une Constitution ».

Mais en plus des appels à manifester, les appels à une seconde révolution se multiplient aussi. Un tract circulant à Tripoli appelle ainsi à un « soulèvement populaire » et à la « désobéissance civile », pour « faire tomber le régime », encourageant les Libyens à faire des réserves de nourriture et de carburant, en prévision d'une paralysie du pays à partir du 15 février. Des appels relayés sur les réseaux sociaux et dans certains médias.

Hantés par les violences qui ont émaillé le deuxième anniversaire de la révolution égyptienne du 25 janvier, les nouvelles autorités de Tripoli ont pris la menace très au sérieux et placé les forces de sécurité en état d’alerte.

Le ministre de l'Intérieur libyen, Ashour Shwayel, a exprimé ses « craintes de voir les mouvements de protestation du 15 février perdre leur caractère pacifique », tout en soulignant « le droit de chaque citoyen (...) à exprimer son opinion politique ».

Désordre et instabilité

La société civile libyenne, elle, souhaite des manifestations pacifiques. « Les revendications doivent porter sur la correction du processus de la révolution et non sur la contestation ni de l'Assemblée nationale, ni du gouvernement, qui sont des institutions légitimes », a déclaré Amor Bouchada, un membre de la coordination de la société civile libyenne.

Des responsables et plusieurs organisations, dont des groupes islamistes, accusent des fidèles de l'ancien régime d'être derrière ces appels à manifester destinés, selon eux, « à semer le désordre et à perpétuer l'instabilité dans le pays ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

Libye : violents combats à Benghazi, l'aéroport touché

De violents entre les forces du général rebelle Khalifa Haftar et des miliciens islamistes ont fait samedi au moins dix morts à Benghazi, la grande ville de l'est de la Libye. L'aéroport a ét&eac[...]

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Libye : démission du gouvernement provisoire

Le premier ministre libyen Abdallah al-Theni a présenté la démission de son gouvernement, en place depuis le mois de mars, au Parlement élu, selon un communiqué publié jeudi soir.[...]

Libye : François Hollande demande un "soutien exceptionnel" de l'ONU pour rétablir l'État

Le président français François Hollande a appelé jeudi à un soutien exceptionnel de l'ONU en Libye, pour rétablir l'État. Sous peine, selon lui, de voir le terrorisme se[...]

Libye : Washington accuse les Émirats arabes unis d'avoir mené des raids contre les islamistes

Washington a accusé lundi les Émirats arabes unis et l’Égypte d’avoir secrètement lancé des frappes aériennes contre des miliciens islamistes en Libye.[...]

Égypte : le Caire dément une quelconque implication militaire en Libye

L’Égypte a une nouvelle fois démenti toute implication directe dans les récents bombardements de positions de milices islamistes en Libye. Le pays répondait aux accusations formulées,[...]

1966 - 1979 : Kadhafi et Habré prennent le pouvoir en Libye et au Tchad

Ce billet est le premier d'une série en trois volets consacrée aux rapports belliqueux de la Libye et du Tchad. Laurent Touchard commence par faire le point sur les circonstances de l'arrivée au pouvoir de[...]

Libye : fallait-il renverser Kadhafi ?

La déliquescence de l'État libyen et la dissémination du terrorisme dans la région relancent le débat sur l'opportunité de l'intervention de l'Otan contre l'ex-"Guide" de[...]

Libye : 170 migrants retrouvés morts sur une plage

Les corps de 170 migrants africains dont l’embarcation s’est retournée vendredi au large de la Libye ont été retrouvés près de la localité d’Al-Qarabole, à 60 kms[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex