Extension Factory Builder
04/02/2013 à 14:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats en état d'alerte le 3 février 2013 à Benghazi. Des soldats en état d'alerte le 3 février 2013 à Benghazi. © Abdullah Doma/AFP

Deux ans après le début de la révolte qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi, les nouvelles autorités libyennes peinent à satisfaire les besoins d’une population en colère. Des appels au soulèvement trouvent un certain écho et inquiètent Tripoli.

Les Libyens sont en colère. Des milliers d’entre eux prévoient de manifester leur exaspération le 15 février prochain, à l’occasion du deuxième anniversaire du soulèvement populaire qui a emporté le régime de Mouammar Kadhafi.

Les protestataires accusent les nouvelles autorités d’inertie dans la mise en œuvre des réformes promises. Les revendications foisonnent : bannissement des responsables de l’ancien régime, démantèlement des milices armées ou réformes de l’enseignement supérieur...

Aux origines de la grogne populaire, la cherté de la vie et le chômage endémique chez les jeunes. Autre explication : les revendications insatisfaites portant sur le « fédéralisme et la contestation des décisions et des choix de l'Assemblée et du gouvernement, explique Mohamed al-Mufti ancien prisonnier politique. Les appels à manifester sont justifiés par une accumulation de problèmes ».

Protestations pacifiques ?

Pour Zahia Attia, militante politique, « il s'agira de sit-in et de marches de protestation pacifiques pour dénoncer l'échec de l'Assemblée nationale à réaliser des avancées dans des dossiers tels que la réconciliation nationale, la répartition des ressources, (...) et la rédaction d'une Constitution ».

Mais en plus des appels à manifester, les appels à une seconde révolution se multiplient aussi. Un tract circulant à Tripoli appelle ainsi à un « soulèvement populaire » et à la « désobéissance civile », pour « faire tomber le régime », encourageant les Libyens à faire des réserves de nourriture et de carburant, en prévision d'une paralysie du pays à partir du 15 février. Des appels relayés sur les réseaux sociaux et dans certains médias.

Hantés par les violences qui ont émaillé le deuxième anniversaire de la révolution égyptienne du 25 janvier, les nouvelles autorités de Tripoli ont pris la menace très au sérieux et placé les forces de sécurité en état d’alerte.

Le ministre de l'Intérieur libyen, Ashour Shwayel, a exprimé ses « craintes de voir les mouvements de protestation du 15 février perdre leur caractère pacifique », tout en soulignant « le droit de chaque citoyen (...) à exprimer son opinion politique ».

Désordre et instabilité

La société civile libyenne, elle, souhaite des manifestations pacifiques. « Les revendications doivent porter sur la correction du processus de la révolution et non sur la contestation ni de l'Assemblée nationale, ni du gouvernement, qui sont des institutions légitimes », a déclaré Amor Bouchada, un membre de la coordination de la société civile libyenne.

Des responsables et plusieurs organisations, dont des groupes islamistes, accusent des fidèles de l'ancien régime d'être derrière ces appels à manifester destinés, selon eux, « à semer le désordre et à perpétuer l'instabilité dans le pays ».

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Libye : Haftar revendique les raids aériens près de Tripoli

Le général dissident Khalifa Haftar, opposé militairement aux milices islamistes, a revendiqué lundi les deux raids qui ont frappé le sud de Tripoli plus tôt le même jour. Mais des do[...]

Libye : frappes aériennes près de l'aéroport de Tripoli

Deux avions non identifiés ont bombardé lundi avant l’aube des positions de miliciens rivaux qui s’affrontent à l’arme lourde pour le contrôle de l’aéroport international[...]

Libye : le Parlement en faveur d'une intervention étrangère

Le Parlement libyen a voté mercredi une résolution en faveur de l'intervention militaire de la communauté internationale dans le pays pour protéger les civils, alors que les combats entre milices[...]

Libye : le chef de la police de Tripoli assassiné

L'assassinat mardi du chef de la police de Tripoli intervient sur fond d'affrontements meurtriers entre milices rivales pour le contrôle de l'aéroport de la capitale libyenne.[...]

Libye : la première vie de Khalifa Haftar, condottiere des sables

Dans un feuilleton dont ce billet est la première partie, Laurent Touchard* s'attèle à retracer la vie de Khalifa Haftar, qui a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive[...]

Libye : mais que font les voisins ?

Face au chaos libyen, les États frontaliers s'organisent : Le Caire se charge du dossier politique, Alger s'occupe du volet sécuritaire, et Tunis coordonne l'ensemble.[...]

Libye : les 7 erreurs qu'il ne fallait pas commettre

Les incessants accrochages entre milices se sont transformés en une véritable guerre opposant les islamistes aux combattants de Khalifa Haftar. Il faut dire que, depuis la révolution, rien ne s'est[...]

Libye : le Parlement s'installe à Tobrouk malgré le boycott des islamistes

En raison des combats à Tripoli, le nouveau Parlement libyen, issu des élections du 25 juin dernier, s'est installé lundi à Tobrouk. Sans la présence des islamistes, qui ont boycotté la[...]

Cinq à dix mille Égyptiens toujours bloqués à la frontière entre la Tunisie et la Libye

Environ 2 500 Égyptiens bloqués à la frontière avec la Tunisie ont été rapatriés dans leur pays, a annoncé lundi le ministre égyptien des Affaires [...]

Libye : le nouveau Parlement écartelé entre nationalistes et islamistes

La confusion autour de la séance inaugurale du nouveau Parlement, convoquée lundi à Tripoli par les islamistes et à Tobrouk (est) par les nationalistes, est l'expression politique des divisions qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers