Extension Factory Builder
03/02/2013 à 15:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Eperviers du Togo se sont qualifiés en tenant en échec la Tunisie (1-1). Les Eperviers du Togo se sont qualifiés en tenant en échec la Tunisie (1-1). © AFP

Seul quart de finale 100 % francophone, le match Burkina Faso-Togo expédiera au tour suivant de la CAN en Afrique du Sud une sélection qu’on n’attendait pas forcément. Rabah Sâadane, l’ancien sélectionneur de l’Algérie, estime que les Éperviers sont les mieux armés pour réussir. Réponse dimanche 3 février au soir à Nelspruit.

Les puristes avaient imaginé un Nigeria-Tunisie ou un Zambie-Algérie. Ce ne sera « que » Burkina Faso-Togo, un duel souvent répété depuis quarante-deux ans. Les Étalons, coutumiers des phases finales de la CAN, disputent pour la seconde fois de leur histoire un quart de finale, quinze ans après celui du 21 février 1998 face à la Tunisie, à Ouagadougou (1-1, 8-7 aux t.a.b), alors que les Togolais ne s’étaient jamais aventurés au-delà du premier tour en six participations.

Rabah Sâadane, ancien sélectionneur d’une Algérie victime de la vague togolaise (0-2, le 26 janvier), a fait des Éperviers son favori d'un quart de finale a priori assez équilibré. « Je ne suis pas vraiment surpris par la présence de cette équipe à ce niveau. J’avais vu sa victoire au Maroc en match amical le 14 novembre (1-0), et elle m’avait séduit. Sa préparation a été perturbée par quelques problèmes, mais en Afrique, c’est quelque chose de courant, et cela a même parfois tendance à resserrer les liens entre le staff technique et les joueurs. »

Virage tactique

Le technicien algérien a vu Didier Six, le sélectionneur du Togo, effectuer un virage tactique à 90° après la défaite inaugurale face à la Côte d’Ivoire (1-2, le 22 janvier). « Ce jour-là, les Togolais ne méritaient pas de perdre et ils avaient joué avec leurs valeurs. Mais contre l’Algérie, Six a demandé à son équipe d’évoluer de manière plus prudente, et cela a payé. Même chose face à la Tunisie (1-1, le 30 janvier), lors du dernier match décisif. Et puis, même s’il sait se montrer discret, Emmanuel Adebayor est toujours capable d’être déterminant. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Burundi : Mbonimpa, Rufykiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Burundi : Mbonimpa, Rufykiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

Burkina Faso : les civils au garde-à-vous ?

Depuis le départ de Blaise Compaoré, le pays, en pleine transition, s'est doté d'un exécutif bicéphale. À la présidence, Michel Kafando le diplomate ; à la primature,[...]

La Tunisie à la pointe de la chirurgie modifiant la couleur des yeux

Changer la couleur de ses yeux, ce serait aussi simple qu'un coup de bistouri ? C'est ce que vante BrightOcular, une méthode américaine dont la Tunisie est devenu un eldorado alors qu'elle reste interdite aux &Eac[...]

France : Nicolas Sarkozy dérape sur les origines de Rachida Dati

Alors qu'il s'apprête à être réélu à la présidence de l'UMP ce week-end, Nicolas Sarkozy n'a semble-t-il rien perdu de sa capacité à créer la polémique. [...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple congolais&q[...]

Burkina : 24 morts et 625 blessés dans l'insurrection populaire contre Blaise Compaoré

Selon un comité d'experts désigné par le Premier ministre Zida, 24 personnes sont mortes et 625 ont été blessées à travers le pays entre fin octobre et début novembre, duran[...]

Indice "Happy Planet" : souriez, vous êtes classés !

À l’"indice de développement humain" du Programme des Nations-unies (Pnud), la New Economics Foundation oppose l’"indice de la planète heureuse". L’Afrique est-elle mieu[...]

Robert Johnson en BD : black, blanc, blues...

Une bande dessinée retraçant la vie du bluesman Robert Johnson, un manifeste d'époque sur l'affaire des Scottsboro Boys et un disque venu tout droit du Mississippi restituent l'atmosphère de l'A[...]

Nigeria : la Banque centrale dévalue le naira

La Banque centrale du Nigeria a modifié la parité du naira avec le dollar américain. Cette dévaluation intervient alors que le pays subit de plein fouet l'impact de la baisse des cours du pétr[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Burkina : Moustapha Chafi, un nomade à découvert

Moustapha Chafi ne se mêlait pas de politique intérieure, mais ce conseiller de l'ombre a perdu, le 31 octobre, son principal protecteur en la personne de Blaise Compaoré.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers