Extension Factory Builder
02/02/2013 à 10:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur des Aigles du Mali, Patrice Carteron. L'entraîneur des Aigles du Mali, Patrice Carteron. © AFP

Après s’être sorti d’un groupe difficile, le Mali, troisième en 2012, affronte l’Afrique du Sud samedi 2 février à Durban en quart de finale, pour la deuxième confrontation entre les deux pays (*). Patrice Carteron (42 ans), le sélectionneur des Aigles, évacue la pression sur le pays organisateur, mais ne cache pas ses ambitions.

Jeune Afrique : Quel bilan faites-vous du premier tour, qui a vu votre équipe se qualifier pour les quarts de finale en devançant la RDC et le Niger ?

Patrice Carteron : L’équipe est peu à peu montée en puissance, même si nous avons connu un match compliqué face au Ghana (0-1) lors de la deuxième journée. J’ai aimé notre animation défensive. Par contre, je pense que nous avons encore une certaine marge offensivement, où nous n’avons pas tout montré notre potentiel.

Le Mali est arrivé à cette CAN entouré d’incertitudes : Sissoko ou Maïga n’ont pas beaucoup joué avec le Paris-SG et West Ham depuis le début de la saison, et le championnat chinois, où évolue Seydou Keita, s’est arrêté début novembre…

Les joueurs que vous citez ont été très pros. Ils ont beaucoup travaillé physiquement. Keita s’était préparé à Barcelone, son ancien club, avant notre stage. Avec Sissoko, il y a avait un travail important à faire. Maïga, lui, a été victime d’une crise de paludisme avant le premier match. Mais il revient bien.

Robert Nouzaret, avant votre match contre la RDC, nous avait confié qu’il trouvait le Mali moins riche en individualités, mais plus fort collectivement…

Il a raison. Notre objectif pour cette CAN, c’était de bâtir un collectif solide, sans lequel il est difficile d’exister dans une compétition de haut niveau. Par le passé, le Mali a eu de grosses équipes, mais sans toujours avoir les résultats espérés. Ce que je constate – mais je ne suis en poste que depuis le mois de juillet dernier -, c’est qu’il règne vraiment un excellent état d’esprit au sein du groupe.

L’Afrique du Sud s’est qualifiée sans vraiment donner l’impression de maîtriser son sujet, hormis face à l’Angola (2-0)…

(Il coupe) Pour moi, c’est l’équipe la mieux préparée physiquement et mentalement. C’est plus un collectif qu’une somme d’individualités, mais les joueurs se connaissent bien et leur sélectionneur (Gordon Igesund) connaît très bien le championnat local, dont est issue la majorité de ses internationaux. Jouer l’Afrique du Sud chez elle, dans un contexte qui nous sera forcément défavorable et hostile, c’est un beau challenge. La pression sera sur elle.  Même si nous avons nos chances, car les deux équipes se valent.

Comment vos joueurs vivent-ils la situation qui touche leur pays ?

Ils sont plutôt rassurés depuis l’intervention française. Ils en parlent régulièrement, je pense que les appels vers le Mali sont fréquents… Nous avons conscience que notre parcours en Afrique du Sud est suivi de très près au pays, que même si ce n’est que du football, cela apporte beaucoup de joie à nos supporteurs.
________

*Les deux équipes s’étaient affrontées en quart de finale de la CAN 2002 organisée au Mali. Le 3 février à Kayes, les Aigles s’étaient imposés 2-0 grâce à des buts de B. Touré et D. Coulibaly.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers