Extension Factory Builder
02/02/2013 à 10:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'entraîneur des Aigles du Mali, Patrice Carteron. L'entraîneur des Aigles du Mali, Patrice Carteron. © AFP

Après s’être sorti d’un groupe difficile, le Mali, troisième en 2012, affronte l’Afrique du Sud samedi 2 février à Durban en quart de finale, pour la deuxième confrontation entre les deux pays (*). Patrice Carteron (42 ans), le sélectionneur des Aigles, évacue la pression sur le pays organisateur, mais ne cache pas ses ambitions.

Jeune Afrique : Quel bilan faites-vous du premier tour, qui a vu votre équipe se qualifier pour les quarts de finale en devançant la RDC et le Niger ?

Patrice Carteron : L’équipe est peu à peu montée en puissance, même si nous avons connu un match compliqué face au Ghana (0-1) lors de la deuxième journée. J’ai aimé notre animation défensive. Par contre, je pense que nous avons encore une certaine marge offensivement, où nous n’avons pas tout montré notre potentiel.

Le Mali est arrivé à cette CAN entouré d’incertitudes : Sissoko ou Maïga n’ont pas beaucoup joué avec le Paris-SG et West Ham depuis le début de la saison, et le championnat chinois, où évolue Seydou Keita, s’est arrêté début novembre…

Les joueurs que vous citez ont été très pros. Ils ont beaucoup travaillé physiquement. Keita s’était préparé à Barcelone, son ancien club, avant notre stage. Avec Sissoko, il y a avait un travail important à faire. Maïga, lui, a été victime d’une crise de paludisme avant le premier match. Mais il revient bien.

Robert Nouzaret, avant votre match contre la RDC, nous avait confié qu’il trouvait le Mali moins riche en individualités, mais plus fort collectivement…

Il a raison. Notre objectif pour cette CAN, c’était de bâtir un collectif solide, sans lequel il est difficile d’exister dans une compétition de haut niveau. Par le passé, le Mali a eu de grosses équipes, mais sans toujours avoir les résultats espérés. Ce que je constate – mais je ne suis en poste que depuis le mois de juillet dernier -, c’est qu’il règne vraiment un excellent état d’esprit au sein du groupe.

L’Afrique du Sud s’est qualifiée sans vraiment donner l’impression de maîtriser son sujet, hormis face à l’Angola (2-0)…

(Il coupe) Pour moi, c’est l’équipe la mieux préparée physiquement et mentalement. C’est plus un collectif qu’une somme d’individualités, mais les joueurs se connaissent bien et leur sélectionneur (Gordon Igesund) connaît très bien le championnat local, dont est issue la majorité de ses internationaux. Jouer l’Afrique du Sud chez elle, dans un contexte qui nous sera forcément défavorable et hostile, c’est un beau challenge. La pression sera sur elle.  Même si nous avons nos chances, car les deux équipes se valent.

Comment vos joueurs vivent-ils la situation qui touche leur pays ?

Ils sont plutôt rassurés depuis l’intervention française. Ils en parlent régulièrement, je pense que les appels vers le Mali sont fréquents… Nous avons conscience que notre parcours en Afrique du Sud est suivi de très près au pays, que même si ce n’est que du football, cela apporte beaucoup de joie à nos supporteurs.
________

*Les deux équipes s’étaient affrontées en quart de finale de la CAN 2002 organisée au Mali. Le 3 février à Kayes, les Aigles s’étaient imposés 2-0 grâce à des buts de B. Touré et D. Coulibaly.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Vol AH 5017 : une 'chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes'

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers