Extension Factory Builder
01/02/2013 à 20:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. © Capture d'écran/Youtube

En pleine crise gouvernementale, le ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre, Lofti Zitoun, démissione du gouvernement. Une manoeuvre vouée à fragiliser Hamadi Jebali, et qui est aussi révélatrice d'une profonde fracture au sein d'Ennahdha.

Après de longues tractations, le remaniement du gouvernement tunisien, attendu depuis juillet 2012, est dans l’impasse. Aucun des trois partis aux commandes du pays n’accepte de faire de concessions ; Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) exigent que les portefeuilles de la Justice et des Affaires étrangères ne soient plus gérés par Ennahdha qui refuse de lâcher du lest. Pourtant la sortie de crise est urgente pour la stabilité de la Tunisie.

Coup de théâtre dans cette situation complexe et inédite qui provoque une crise gouvernementale sans précédent : Lotfi Zitoun, ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre Hamadi Jebali, et homme de confiance de Rached Ghannouchi, puissant président d’Ennahdha, claque la porte du gouvernement.

Campagne contre Jebali

L’agressivité de celui qui relayait les directives Ghannouchi a fini par indisposer l’opinion publique et sa propre famille politique. Il n’a recueilli que 17 voix lors des élections du bureau exécutif d’Ennahdha, lors de son 9e Congrès, et a adopté depuis une position de repli, tout en continuant à planifier et animer l’apparente agitation des jeunes islamistes.

Sa démission n’est pas un coup de tête, elle marque le coup d’envoi d’une campagne contre le chef du gouvernement au sein d'une frange d'Ennahdha. Lotfi Zitoun assure dans sa lettre de démission ne plus avoir confiance en Hamadi Jebali, lui reproche de ne pas avoir tenu compte des conseils avisés et de ses propositions, et estime qu’il porte gravement atteinte au parti islamiste.

Certains murmuraient depuis quelques mois que le blocage politique était un signe de scission au sein d’Ennahdha. Aujourd’hui, la formation islamiste envoie ses premiers fantassins à l’attaque pour déboulonner le chef de l’exécutif. Son tort est d’avoir reconnu le manque de compétence de ses ministres et d'avoir adopté une position peu partisane pour tenter de réunir un nouvelle équipe gouvernementale autour de lui.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130201204135 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130201204135 from 172.16.0.100