Extension Factory Builder
01/02/2013 à 20:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. © Capture d'écran/Youtube

En pleine crise gouvernementale, le ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre, Lofti Zitoun, démissione du gouvernement. Une manoeuvre vouée à fragiliser Hamadi Jebali, et qui est aussi révélatrice d'une profonde fracture au sein d'Ennahdha.

Après de longues tractations, le remaniement du gouvernement tunisien, attendu depuis juillet 2012, est dans l’impasse. Aucun des trois partis aux commandes du pays n’accepte de faire de concessions ; Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) exigent que les portefeuilles de la Justice et des Affaires étrangères ne soient plus gérés par Ennahdha qui refuse de lâcher du lest. Pourtant la sortie de crise est urgente pour la stabilité de la Tunisie.

Coup de théâtre dans cette situation complexe et inédite qui provoque une crise gouvernementale sans précédent : Lotfi Zitoun, ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre Hamadi Jebali, et homme de confiance de Rached Ghannouchi, puissant président d’Ennahdha, claque la porte du gouvernement.

Campagne contre Jebali

L’agressivité de celui qui relayait les directives Ghannouchi a fini par indisposer l’opinion publique et sa propre famille politique. Il n’a recueilli que 17 voix lors des élections du bureau exécutif d’Ennahdha, lors de son 9e Congrès, et a adopté depuis une position de repli, tout en continuant à planifier et animer l’apparente agitation des jeunes islamistes.

Sa démission n’est pas un coup de tête, elle marque le coup d’envoi d’une campagne contre le chef du gouvernement au sein d'une frange d'Ennahdha. Lotfi Zitoun assure dans sa lettre de démission ne plus avoir confiance en Hamadi Jebali, lui reproche de ne pas avoir tenu compte des conseils avisés et de ses propositions, et estime qu’il porte gravement atteinte au parti islamiste.

Certains murmuraient depuis quelques mois que le blocage politique était un signe de scission au sein d’Ennahdha. Aujourd’hui, la formation islamiste envoie ses premiers fantassins à l’attaque pour déboulonner le chef de l’exécutif. Son tort est d’avoir reconnu le manque de compétence de ses ministres et d'avoir adopté une position peu partisane pour tenter de réunir un nouvelle équipe gouvernementale autour de lui.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Libye : 172 Tunisiens pris en otages par une milice islamiste du groupe Fajr Libya

Les autorités tunisiennes ont annoncé lundi l’existence de négociations en vue de la libération de 172 ressortissants détenus en Libye par un groupe de la coalition de milices islamistes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers