Extension Factory Builder
01/02/2013 à 20:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. Lofti Zitoun mène une fronde contre le Premier ministre Hamadi Jebali. © Capture d'écran/Youtube

En pleine crise gouvernementale, le ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre, Lofti Zitoun, démissione du gouvernement. Une manoeuvre vouée à fragiliser Hamadi Jebali, et qui est aussi révélatrice d'une profonde fracture au sein d'Ennahdha.

Après de longues tractations, le remaniement du gouvernement tunisien, attendu depuis juillet 2012, est dans l’impasse. Aucun des trois partis aux commandes du pays n’accepte de faire de concessions ; Ettakatol et le Congrès pour la République (CPR) exigent que les portefeuilles de la Justice et des Affaires étrangères ne soient plus gérés par Ennahdha qui refuse de lâcher du lest. Pourtant la sortie de crise est urgente pour la stabilité de la Tunisie.

Coup de théâtre dans cette situation complexe et inédite qui provoque une crise gouvernementale sans précédent : Lotfi Zitoun, ministre conseiller en charge des Affaires politiques auprès du Premier ministre Hamadi Jebali, et homme de confiance de Rached Ghannouchi, puissant président d’Ennahdha, claque la porte du gouvernement.

Campagne contre Jebali

L’agressivité de celui qui relayait les directives Ghannouchi a fini par indisposer l’opinion publique et sa propre famille politique. Il n’a recueilli que 17 voix lors des élections du bureau exécutif d’Ennahdha, lors de son 9e Congrès, et a adopté depuis une position de repli, tout en continuant à planifier et animer l’apparente agitation des jeunes islamistes.

Sa démission n’est pas un coup de tête, elle marque le coup d’envoi d’une campagne contre le chef du gouvernement au sein d'une frange d'Ennahdha. Lotfi Zitoun assure dans sa lettre de démission ne plus avoir confiance en Hamadi Jebali, lui reproche de ne pas avoir tenu compte des conseils avisés et de ses propositions, et estime qu’il porte gravement atteinte au parti islamiste.

Certains murmuraient depuis quelques mois que le blocage politique était un signe de scission au sein d’Ennahdha. Aujourd’hui, la formation islamiste envoie ses premiers fantassins à l’attaque pour déboulonner le chef de l’exécutif. Son tort est d’avoir reconnu le manque de compétence de ses ministres et d'avoir adopté une position peu partisane pour tenter de réunir un nouvelle équipe gouvernementale autour de lui.

________

Par Frida Dahmani, à Tunis

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers