Extension Factory Builder
31/01/2013 à 20:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président burundais, Pierre Nkurunziza. Le président burundais, Pierre Nkurunziza. © AFP

Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza, a annoncé, jeudi 31 janvier, un remaniement gouvernemental. Sept ministres ont été remerciés en raison de l'évaluation négative de leur action. Leurs remplaçants ont été nommés le même jour.

Il n'avait pas remanié son gouvernement depuis novembre 2011. Le président burundais, Pierre Nkurunziza, a nommé, le 31 janvier, sept nouveaux ministres. Ils sont issus des rangs du CNDD-FDD et l’Uprona, deux partis au pouvoir. 

Sur les 21 membres que compte désormais le gouvernement du Burundi, six vont vivre leur première expérience ministérielle, tandis que le septième, une femme, revient aux affaires. Les portefeuilles sont partagés entre deux des trois partis qui dirigent le pays : le Congrès national pour la défense de la démocratie-Forces de  défense de la démocratie (CNDD-FDD, présidentiel) et l’Union pour le progrès national (Uprona). Le troisième parti, une dissidence du Front pour la démocratie au Burundi (Frodebu) n’a pas changé ses deux représentants au gouvernement.

Le CNDD-FDD détient les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, confié à Joseph Butore ; de l’Enseignement de base, secondaire, de l’Enseignement des métiers, de la Formation professionnelle et de l’Alphabétisation que dirigera Rose Gahiru, qui fut ministre de la Santé par le passé ; celui de l’Eau, de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme échoit à Jean-Claude Nduwayo. Le maroquin des Transports, des Travaux publics et de l’Équipement a été attribué à Déogratias Rurimunzu et celui de la Jeunesse, des Sports et de la Culture à Adolphe Rukenkanya.

Pour sa part, l’Uprona prend le ministère du Développement communal, dont s’occupera Jean-Claude Ndihokubwayo, tandis que Léocadie Nihazi est, elle, en charge des Télécommunications, de l’Information, de la Communication et des Relations avec le Parlement.

Sorties remarquées

La sortie la plus remarquée de l’ancien gouvernement est celle de Julien Nimubona, de l’Uprona, qui dirigeait le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il avait initié un certain nombre de réformes visant l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et universitaire. A-t-il mécontenté certains « conservateurs » comme l’affirment quelques commentateurs ? Une chose est sûre : son parti l’a lâché.

Mais quel sens faut-il donner à ce remaniement ? Selon Léonidas Hatungimana, porte-parole de la présidence, « le chef de l’Etat remanie le gouvernement quand il veut car personne n’a de poste éternel. Il voit d’abord les capacités des uns et des autres, afin de décider de changer pour mieux faire. Ce remaniement est normal parce qu’il intervient après une période d’évaluation du travail de chacun. »

Tshitenge Lubabu M.K.
      


   
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burundi

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

France : arrestation au Burundi du frère de l'agresseur de policiers à Joué-lès-Tours

Les services de renseignement burundais ont annoncé lundi avoir arrêté à Bujumbura le frère de Bertrand "Bilal" Nzohabonayo, le français d'origine burundaise abattu samedi en Fr[...]

Burundi : l'opposition exige la "démission immédiate" de la commission électorale

Les 18 partis d'opposition du Burundi ont unanimement exigé mardi la "démission immédiate" de la Commission électorale indépendante (Céni). Ils l'accusent de fraude massive dans[...]

Processus électoral au Burundi : l'Église et l'Uprona dénoncent des irrégularités

Le principal parti d'opposition au Burundi, l'Union pour le progrès national (Uprona), s'est dit lundi "renforcé" par la prise de position des évêques catholiques du pays, qui ont[...]

Burundi : la Commission Vérité et Réconciliation voit enfin le jour

Douze ans après la date prévue par l’accord de paix d’Arusha de 2000, on connaît enfin les noms des onze membres de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), chargée[...]

Burundi : le gouvernement reconnaît des "irrégularités" dans l'enregistrement des électeurs

À l'issue d'une réunion avec les gouverneurs de province, Edouard Nduwimana, le ministre burundais de l'Intérieur, a reconnu que le processus d'enregistrement des électeurs en cours était[...]

Pierre Buyoya : "Comme beaucoup, j'ai été surpris par la manière de faire de François Hollande"

Le candidat burundais malheureux au poste de secrétaire général de l'OIF félicite sa rivale, la Canadienne Michaëlle Jean, pour sa nomination. Et regrette la division de l'Afrique ainsi que des[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de[...]

Burundi : Mbonimpa, Rufyikiri, Nininahazwe... Ces défenseurs des droits humains sous pression

Depuis le retour au Burundi des membres de la société civile qui ont participé, à la mi-novembre, à l'examen de la situation de leur pays par le Comité contre la torture (CAT) à[...]

OIF - Pierre Buyoya : "Je me considère comme un réformateur"

À deux reprises, il a pris le pouvoir par les armes. Mais l'ex-président burundais Pierre Buyoya est convaincu que cela ne l'empêchera pas d'obtenir le poste de secrétaire général[...]

Burundi : le président Pierre Nkurunziza accusé de vouloir détruire l'opposition

À moins d'un an des élections générales, la situation politique inquiète la communauté internationale. L'opposition accuse, elle, le président Pierre Nkurunziza d'œuvrer[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers