Extension Factory Builder
31/01/2013 à 17:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Belkhadem faisait face à trois grands courants au sein du FLN. Belkhadem faisait face à trois grands courants au sein du FLN. © AFP

C'est une demi-surprise : Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) au pouvoir en Algérie, n'a pas remporté le vote de confiance qu'il avait sollicité à la réunion du comité central du parti, jeudi 31 janvier. Il se trouve donc relevé de ses fonctions mais le nom de son successeur n'est pas encore connu.

Mis à jour à 18h28.

Il a joué mais il a perdu. Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, a été destitué de son poste dans l’après-midi du jeudi 31 janvier à l’issue de la réunion du Comité central (CC) du parti. Réuni en session à l’hôtel Riad de Sidi Fredj (20 km à l’ouest d’Alger), celui-ci a décidé du retrait de confiance à M. Belkhadem, à la tête du parti depuis 2005.

À l’issue de ce vote qui s’est déroulé sous très haute sécurité, 160 membres du Comité central ont voté en faveur du retrait de confiance à Belkhadem, 156 pour son maintien tandis que sept bulletins ont été déclarés nuls. Le conclave prévu pour trois jours devait se poursuivre dans la soirée de jeudi pour décider de la succession de Belkhadem. Deux options se dégagent pour l’heure au sein des participants : l’élection d’un nouveau secrétaire général par intérim ou la désignation d’une direction collégiale qui dirigera le FLN jusqu’à la tête du prochain congrès.

Selon nos informations, l’ancien ministre, cador du FLN et homme de consensus, Abderrezak Bouhara, 79 ans, tient la corde pour succéder à Belkhadem, porté à la tête du FLN à l’issue d’un mouvement de redressement qui avait écarté Ali Benflis en 2003. À 68 ans, Belkhadem quitte donc ses fonctions comme il y était rentré : à la suite d’une fronde menée de l’intérieur du parti.

Pouvoir de l'argent

Objet d’une contestation depuis plus de deux ans, cet ancien instituteur d’arabe qui a occupé de hautes fonctions dans l’appareil d’État - ministre des Affaires étrangères (2000-2005), chef du gouvernement (2006-2008) - a refusé d’abdiquer devant ses détracteurs faisant ainsi valoir la confiance du chef de l’État qui l’avait placé à ce poste en 2005.

Longtemps considéré comme un proche de Bouteflika, Belkhadem a commencé à faire face à une dissidence dès qu’il a annoncé son intention de se porter candidat à l’investiture du FLN pour la présidentielle de 2014. Plusieurs voix parmi les plus influentes du parti ont fait part de leur refus d’un tel scénario. Ses détracteurs lui reprochaient d’avoir truandé les instances du parti en y plaçant ses hommes de main, d’avoir soumis le FLN au pouvoir de l’argent et de transformer celui-ci en zaouia (institution coranique). En fait, Belkhadem faisait face à trois grands courants.

Nationalisme contre fondamentalisme

Le premier se réclame d’Ali Benflis, prédécesseur de Belkhadem, tombé en disgrâce pour s’être présenté en 2004 contre Bouteflika. À sa tête : Abdelkrim Abada. D’autres reprochaient aussi à l’actuel secrétaire général des velléités « d’islamisation du FLN ».

« Pour réaliser ses objectifs, affirmait Abdelaziz Ziari, ministre de la Santé et membre du Bureau politique, Belkhadem est prêt à sacrifier la ligne nationaliste de notre parti au profit du fondamentalisme. » Mais Ziari n’était pas le seul ministre à être entré en rébellion contre Belkhadem. Sept autres membres de l’équipe d’Abdelmalek Sellal, dont le discret mais fort influent Abdelkader Messahel, ministre délégué aux Affaires maghrébines et africaines, ont officiellement demandé à Belkhadem de quitter la direction du parti, le 9 janvier. Ce deuxième courant était emmené par Amar Tou, ministre des Transport.

Lâchage de Bouteflika ?

Les vents avaient cependant déjà commencé à tourner contre Belkhadem en septembre 20012, lors du remaniement ministériel au cours duquel il avait perdu son portefeuille de représentant du président de la République. Tout le monde avait alors compris que le président Bouteflika ne le soutenait plus. Du moins qu’il ne le protégeait plus. 

Quant au troisième courant à exiger la tête du secrétaire général, il était piloté par Amar Saïdani, ancien président de l’Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse du parlement). Il dénonçait surtout le « clientélisme et la gestion familiale du parti » par Belkhadem.

Pour arriver à leur fin, ces trois courants aux intérêts divergents se sont alliés et ont créé le Mouvement pour l’authenticité et le redressement du FLN, mouvement qui assure avoir eu la bénédiction de la majorité du Comité central - ce que contestait Belkhadem. La vérité des urnes leur a donné raison. Belkhadem peut désormais mettre une croix sur ses ambitions présidentielles, lui qui n’a jamais fait mystère de son intention de succéder à Bouteflika. 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers