Extension Factory Builder
31/01/2013 à 16:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le pianiste Ray Lema. Le pianiste Ray Lema. © Vincent Fournier

Habitué à explorer tous les univers musicaux pour aboutir à un dialogue avec sa part africaine, Ray Lema vient de se lancer dans une nouvelle expérience, très jazzy. Un cap dans la carrière de ce pianiste venu de Kinshasa.

Son nouvel album, produit par One Drop, a un titre inattendu : V.S.N.P. pour Very Special New Production. Pour être spécial, le disque l’est : c’est du pur jazz à la sauce Lema. Musicien et compositeur accompli, plein de curiosité, Ray Lema se distingue par son crâne lisse et une barbichette plus sel que poivre et bien taillée qui orne son menton. L’allure est celle d’un jeune homme, même si, en mars prochain, il fêtera ses 67 ans printemps. Ancien directeur du Ballet national du Zaïre, il a quitté son pays natal voilà plus de trente ans, a vécu aux États-Unis avant de poser ses valises en France où il s’est enraciné. Cherchant toujours à aller le plus loin possible dans son art, Ray Lema a mené de nombreuses expériences musicales, aussi inattendues les unes que les autres. Avec, dans tout cela, des préoccupations : donner à voir ce qu’il a de meilleur, d’original ; découvrir le meilleur chez les autres et, au bout du compte, instaurer un dialogue des musiques. Dernière expérience : l’enregistrement d’un album avec l’Orchestre philarmonique de Sao Paulo, au Brésil. 

 Interview de Ray Lema

Évasion

Mais pourquoi s’aventure-t-il, lui qui a réalisé les plus fous de ses rêves de musicien, dans le monde du jazz ? Un besoin d’évasion et, aussi, une contrainte. Il s’entend de plus en plus dire qu’il est commercialement plus rentable de faire du « jazz pur » à la place des fusions. Lema s’est plié à cette nouvelle exigence sans se renier. « On m’a dit que ma musique n’était pas encore assez jazzy parce que j’y mets trop de mon âme africaine alors que je ne l’ai pas perdue. Désormais, je sortirai des albums de jazz, un jazz que je veux africain. Quant au reste, je resterai dans la dynamique des rythmes congolais », explique le pianiste. V.S.N.P., qui est à l’antipode de ses pérégrinations antérieures, tout en gardant une touche personnelle reconnaissable, confirme cette nouvelle orientation. Réalisé par un quintet dans lequel on retrouve le bassiste d’origine camerounaise Etienne Mbappé, collaborateur de longue date, le disque a été enregistré en une seule prise. « Pour avoir du bon travail, il faut que le casting soit placé très haut. C’était le cas », commente Lema. Sur les neuf titres, trois sont des hommages à des personnages qui l’ont marqué : Fela Anikulapo Kuti, l’ancienne ministre de la Culture du Mali, Aminata Traoré, et le pianiste américain Herbie Hancock.

Fela

Parlant de Fela, il se souvient de l’époque où celui-ci avait été emprisonné par le régime militaire nigérian. Il y eut, en France, une caravane pour le soutenir. Lema en était le chef d’orchestre. Il n’a pas oublié leur rencontre : « Après sa libération, Fela est venu en France. En parlant avec lui, j’ai découvert un monsieur avec une vision du monde, une réflexion sur la culture africaine. Cela m’a ouvert les yeux ».  Quant à Herbie Hancock, « c’est un pianiste de jazz qui peut jouer avec n’importe quel groupe, dans n’importe quel style, sans s’enfermer dans le jazz académique. Pour moi, c’est un bon exemple ». Ray Lema qui, après de longues années de pratique, considère désormais la musique comme une grande passion, n’a pas fini de surprendre. Son vœu le plus cher : qu’il y ait, en Afrique, plus de musiciens que de chanteurs comme c’est le cas actuellement. Pour en arriver là, « ils doivent beaucoup travailler ».     
 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers