Extension Factory Builder
31/01/2013 à 16:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le pianiste Ray Lema. Le pianiste Ray Lema. © Vincent Fournier

Habitué à explorer tous les univers musicaux pour aboutir à un dialogue avec sa part africaine, Ray Lema vient de se lancer dans une nouvelle expérience, très jazzy. Un cap dans la carrière de ce pianiste venu de Kinshasa.

Son nouvel album, produit par One Drop, a un titre inattendu : V.S.N.P. pour Very Special New Production. Pour être spécial, le disque l’est : c’est du pur jazz à la sauce Lema. Musicien et compositeur accompli, plein de curiosité, Ray Lema se distingue par son crâne lisse et une barbichette plus sel que poivre et bien taillée qui orne son menton. L’allure est celle d’un jeune homme, même si, en mars prochain, il fêtera ses 67 ans printemps. Ancien directeur du Ballet national du Zaïre, il a quitté son pays natal voilà plus de trente ans, a vécu aux États-Unis avant de poser ses valises en France où il s’est enraciné. Cherchant toujours à aller le plus loin possible dans son art, Ray Lema a mené de nombreuses expériences musicales, aussi inattendues les unes que les autres. Avec, dans tout cela, des préoccupations : donner à voir ce qu’il a de meilleur, d’original ; découvrir le meilleur chez les autres et, au bout du compte, instaurer un dialogue des musiques. Dernière expérience : l’enregistrement d’un album avec l’Orchestre philarmonique de Sao Paulo, au Brésil. 

 Interview de Ray Lema

Évasion

Mais pourquoi s’aventure-t-il, lui qui a réalisé les plus fous de ses rêves de musicien, dans le monde du jazz ? Un besoin d’évasion et, aussi, une contrainte. Il s’entend de plus en plus dire qu’il est commercialement plus rentable de faire du « jazz pur » à la place des fusions. Lema s’est plié à cette nouvelle exigence sans se renier. « On m’a dit que ma musique n’était pas encore assez jazzy parce que j’y mets trop de mon âme africaine alors que je ne l’ai pas perdue. Désormais, je sortirai des albums de jazz, un jazz que je veux africain. Quant au reste, je resterai dans la dynamique des rythmes congolais », explique le pianiste. V.S.N.P., qui est à l’antipode de ses pérégrinations antérieures, tout en gardant une touche personnelle reconnaissable, confirme cette nouvelle orientation. Réalisé par un quintet dans lequel on retrouve le bassiste d’origine camerounaise Etienne Mbappé, collaborateur de longue date, le disque a été enregistré en une seule prise. « Pour avoir du bon travail, il faut que le casting soit placé très haut. C’était le cas », commente Lema. Sur les neuf titres, trois sont des hommages à des personnages qui l’ont marqué : Fela Anikulapo Kuti, l’ancienne ministre de la Culture du Mali, Aminata Traoré, et le pianiste américain Herbie Hancock.

Fela

Parlant de Fela, il se souvient de l’époque où celui-ci avait été emprisonné par le régime militaire nigérian. Il y eut, en France, une caravane pour le soutenir. Lema en était le chef d’orchestre. Il n’a pas oublié leur rencontre : « Après sa libération, Fela est venu en France. En parlant avec lui, j’ai découvert un monsieur avec une vision du monde, une réflexion sur la culture africaine. Cela m’a ouvert les yeux ».  Quant à Herbie Hancock, « c’est un pianiste de jazz qui peut jouer avec n’importe quel groupe, dans n’importe quel style, sans s’enfermer dans le jazz académique. Pour moi, c’est un bon exemple ». Ray Lema qui, après de longues années de pratique, considère désormais la musique comme une grande passion, n’a pas fini de surprendre. Son vœu le plus cher : qu’il y ait, en Afrique, plus de musiciens que de chanteurs comme c’est le cas actuellement. Pour en arriver là, « ils doivent beaucoup travailler ».     
 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Mehdi Benatia : 'Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc'

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À 2[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers