Extension Factory Builder
31/01/2013 à 09:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le coordinateur du FSN, Mohamed ElBaradei. Le coordinateur du FSN, Mohamed ElBaradei. © AFP

Des dirigeants du Front du salut national (FSN), la principale coalition de l'opposition égyptienne, ont appelé, mercredi 30 janvier, à une réunion d'urgence avec le pouvoir. Dimanche, ce même front avait estimé que l’appel du président Morsi à un dialogue national était "vide de sens" et appelé à manifester vendredi.

Le Front du salut national (FSN) infléchit sa position. Des dirigeants de la principale coalition de l'opposition en Égypte ont appelé, mercredi 30 janvier, à une réunion d'urgence avec le pouvoir. Mohamed Morsi, sa formation le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ, islamiste), les ministres de l'Intérieur et de la Défense ainsi que le courant salafiste, dont un représentant s'est improvisé médiateur, sont invités à y participer.

« L'arrêt de la violence est la priorité », a déclaré sur Twitter le coordinateur du FSN, Mohamed el-Baradei, tout en conditionnant la participation à un « dialogue sérieux » à certaines garanties, au premier rang desquelles « la formation d'un gouvernement de salut national et une commission pour amender la Constitution ».

L'ancien secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, autre figure de proue du FSN, a lui aussi estimé que « la grave situation actuelle » nécessitait d'accepter un dialogue. Des représentants du FSN se sont réunis dans l'après-midi avec le président du principal parti salafiste Al-Nour, Younes Makhyoun, qui les avait invités à parler de « la détérioration de la situation ». Les discussions vont se poursuivre sur les demandes du FSN, a-t-il dit à la presse.

« Une faction seule ne peut assumer la responsabilité de la gestion des affaires du pays », a-t-il dit. « Nous sommes soucieux de l'intérêt général. Nos idéologies diffèrent mais nous sommes les enfants d'un seul pays ». Dimanche, la FSN avait estimé que l’appel du président Morsi à un dialogue national était « vide de sens » et appelé à manifester vendredi. Le Front juge que la Constitution, rédigée par une commission dominée par les islamistes et approuvée par référendum, n'est « pas valide ».

Morsi à Berlin

Mercredi, deux nouveaux décès ont été signalés lors d'affrontements entre manifestants et policiers près de la place Al-Tahrir au Caire, portant le bilan de cette dernière vague de violences, qui a commencé jeudi dernier, à 54 morts à travers le pays.

Le couvre-feu initialement mis en place de 21H00 à 06H00 dans trois provinces longeant le canal de Suez, a été réduit  à trois heures, de 02H00 à 05H00 par les les gouverneurs d'Ismaïliya et Suez, tandis qu’à Port-Saïd, qui a connu les violences les plus meurtrières, le couvre-feu a été réduit à quatre heures, de 01H00 à 05H00.

Le président Morsi, cible des manifestants, s’est quant à lui entretenu mercredi à Berlin avec la chancelière Angela Merkel. Mme Merkel a indiqué à la presse lui avoir demandé de dialoguer avec « les différentes forces politiques, et que les droits de l'Homme soient respectés ».

Mohamed Morsi a en revanche décidé d’annuler sa visite à Paris qui devait avoir lieu vendredi 1er février. Il devait être accueilli par la ministre française de la Francophonie, Yamina Benguigui, à l’aéroport jeudi, puis rencontrer François Hollande autour d’un petit déjeuner l’Elysée le lendemain matin. 

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Égypte : double attentat au Caire, cinq blessés dont deux policiers

Deux bombes ont explosé mardi au Caire. Cinq personnes, dont au moins deux policiers, ont été blessées.[...]

La danse orientale, à corps perdus

Tantôt vénérée tantôt méprisée, la danse orientale peine aujourd'hui à se produire sur les scènes du monde arabe. Retour sur un art populaire à la[...]

Égypte : une bombe explose au Caire, trois blessés dont deux policiers

L'explosion d'une bombe posée entre deux voitures, près d'un point sécurité dans le centre du Caire, a blessé deux policiers et un civil, selon des sources au sein des services de secours et[...]

La présidentielle égyptienne sera supervisée par l'Union européenne

L'Union européenne va, pour la première fois, superviser l'élection présidentielle prévue fin mai en Égypte. L'ex-homme fort de l'armée, Abdel Fattah al-Sissi, en est le grand[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Égypte : dans les mâchoires d'Al-Qaïda

Quasi démilitarisé par l'accord de paix israélo-égyptien de 1979, le Sinaï est devenu le sanctuaire d'une demi-douzaine de groupes jihadistes dont les attentats vont se multipliant.[...]

Égypte : trois figures de la révolte de 2011 condamnées à de la prison ferme

Les peines de trois ans de prison ferme infligées à trois figures de la révolte de 2011 contre Hosni Moubarak ont été confirmées, lundi, par un tribunal égyptien. Ce dernier a[...]

Égypte : la justice confirme les peines de prison de trois figures de la révolution

Les peines de trois ans de prison ferme infligées à trois figures de la révolte de 2011 ont été confirmées lundi par la justice égyptienne. Ils étaient accusés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers