Extension Factory Builder
30/01/2013 à 17:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un tunisien brandissant le drapeau noir salafiste. Un tunisien brandissant le drapeau noir salafiste. © AFP

De Bahreïn à Tombouctou, en passant par l'Algérie, il est au coeur de l'actualité : le drapeau noir imprimé de caractères blancs est devenu le symbole des salafistes du monde entier. Mais que signifie-t-il ? Décryptage.

Des caractères arabes qui claquent en blanc sur fond noir, une apparence familière, celle des étendards sombres du jihad supposés similaires à la bannière que le prophète Mohammed brandissait lors de ses conquêtes.  Mais la forme de celle-ci détonne. La calligraphie basique qui le couronne, « La ilaha illa Allah » (il n’y a de dieu que Dieu), tranche avec les volutes compliquées des autres drapeaux salafistes et percute comme un « Just do it » de Nike. Il est frappé en son centre d’une sorte de cercle ovoïde barré de trois inscriptions « Allah » (Dieu),« Rasoûl » (Prophète), « Mohammed ». Un logo sobre et efficace qui évoquerait presque la pomme croquée d’Apple. Depuis 2011 cette bannière se répand dans le ciel des troupes salafistes combattantes ou militantes, des zones tribales du Pakistan aux maquis yéménites et sahéliens, des rues de Beyrouth aux places de Rabat.

"Le Sceau des Prophètes"

Quand le Prophète eut l’intention d’écrire une lettre au souverain des Byzantins, on lui dit que ces gens ne la liraient pas si elle n’était pas cachetée d’un sceau. Alors le Prophète se fit faire un anneau d’argent (…) et fit graver dessus "Mohammed, Messager d’Allah".

Hadith rapporté par Boukhari, (Vol.4, livre 52,189)

Ses éléments renvoient aux premiers âges de l’Hégire, ceux des pieux ancêtres contemporains de Mohammed, les salafs, dont les modernes salafistes cherchent à imiter la vie et les mœurs idéalisées. La calligraphie anguleuse, de style koufique, est celle des premiers écrits de l’Islam. Quant au « logo », ce rond blanc malhabilement tracé aux trois inscriptions, il s’agit en fait de l’empreinte du sceau de Mohammed, le Messager dont le Coran révèle qu’il est lui-même « le Sceau des Prophètes. » (Coran XXXIII.40). Bien qu’il  porte les mêmes mots dans la même calligraphie, ce n’est pas celui, rectangulaire, qui est conservé avec d’autres saintes reliques au palais de Topkapi, à Istanbul. Le sceau figurant sur la bannière est plutôt celui, circulaire, que l’on retrouve au bas de rares lettres attribuées à Mohammed, et qui enjoignent d’embrasser l’islam aux grands rois voisins de l’époque, ceux de Byzance, de Perse et d’Éthiopie mais aussi au roi de Bahreïn et au gouverneur d’Égypte. Il fait référence à la bague sigillaire que portait le Prophète, évoquée par son compagnon Anas Ibn Malik dans un hadith rapporté par Boukhari (Vol.4, livre 52,189) « Quand le Prophète eut l’intention d’écrire une lettre au souverain des Byzantins, on lui dit que ces gens ne la liraient pas si elle n’était pas cachetée d’un sceau. Alors le Prophète se fit faire un anneau d’argent (…) et fit graver dessus "Mohammed, Messager d’Allah" ».

Un message aux gouvernants muslmans ?
 
Sous cette forme, la bannière noire est en fait apparue en Irak dans la deuxième moitié des années 2000, adoptée par les troupes d’Al-Qaïda et alliés après leur proclamation de l’État islamique d’Irak, avatar de l’« Organisation d’Al-Qaïda au pays des deux fleuves ». En 2007, ses représentants ont émis un communiqué pour justifier le choix de l’étendard et en expliquer la symbolique. Le texte au sommet du drapeau, « il n’y a de dieu que Dieu », est la shahada, premier pilier de l’islam et profession de foi des musulmans que, explique le communiqué, le Prophète arborait dans les batailles, en blanc sur fond noir et en noir sur fond blanc, et qu’il a transmise aux générations postérieures.  Le cercle blanc est effectivement l’empreinte du sceau du Prophète, et il ne faut pas lire l’inscription qui y est gravée de haut en bas, ce qui donnerait « Allah, le Prophète de Mohammed ». Elle doit être lue de bas en haut « Mohammed le Prophète d’Allah » et la position « en chef » du nom de Dieu unique indique sa suprématie. En brandissant précisément le sceau dont Mohammed signait ses appels à la conversion des dirigeants voisins, les salafistes cherchent-ils à rappeler aux gouvernants de pays musulmans l’apostasie qu’ils leur attribuent, tout en enjoignant aux autres de rallier l’islam ?

Il s’agit donc à l’origine du drapeau d’Al-Qaïda en Irak que les salafistes du monde entier semblent de plus en plus adopter.

Il s’agit donc à l’origine du drapeau d’Al-Qaïda en Irak que les salafistes du monde entier semblent de plus en plus adopter. On le retrouve en grand nombre particulièrement en Tunisie : c’est d’ailleurs celui qui avait été dressé à la place du drapeau tunisien à l’université de la Manouba en mars 2012, celui que les étudiants ont découvert, le 28 janvier, flottant à la place des couleurs nationales au lycée Slimane Ben Slimane à Zaghouan… Ironie de l’histoire, l’empreinte de sceau représentée sur le drapeau est issue d’une pieuse relique, type d’objet honni par les salafistes qui y voient des supports d’idolâtrie.   

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers