Extension Factory Builder
29/01/2013 à 16:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un manifestant égyptien sur un véhicule de la police sur la place Tahrir, le 29 janvier 2013. Un manifestant égyptien sur un véhicule de la police sur la place Tahrir, le 29 janvier 2013. © AFP

Depuis le deuxième anniversaire de la révolution, le 24 janvier, l'Égypte est plongée dans le chaos. Mardi 29, l'armée égyptienne a mis en garde contre un "effondrement de l'État" en cas de poursuite de la grave crise politique que traverse le pays, qui a déjà fait quelque 50 morts en cinq jours.

Deux ans après la révolution qui a fait chuté Hosni Moubarak, l'Égypte fait face à de profonds troubles politiques et sécuritaires. Plus de 50 personnes ont été tuées à travers le pays lors des violences de ces cinq derniers jours. Au Caire, le calme est revenu mardi matin aux abords de la place Tahrir, où des heurts sporadiques entre la police et des groupes de jeunes s'étaient poursuivis jusque tard dans la nuit. Les émeutes se sont toutefois poursuivies durant la nuit dans la région du Canal de Suez, dans le nord-est du pays, malgré le couvre-feu. Les manifestants criaient « dégage » et scandaient des slogans hostiles aux chef de l'État, Mohamed Morsi, et aux Frères musulmans, le mouvement islamiste dont il est issu.

« La poursuite du conflit entre les forces politiques et leurs divergences sur la gestion du pays pourraient conduire à un effondrement de l'État », a prévenu le ministre de la Défense, le général Abdel Fattah al-Sissi. Le ministre a également appelé « toutes les forces politiques » à trouver une issue aux « problèmes politiques, économiques, sociaux et de sécurité » du pays, dans un message devant une académie militaire. Il a également insisté sur la protection des « infrastructures vitales et stratégiques », au premier rang desquelles le canal de Suez, axe majeur du commerce mondial, dans la région duquel les troubles les plus meurtriers se sont produits.

L'armée déployée

Il s'agit de la première prise de position publique du général Sissi, également commandant des forces armées, depuis le début de cette nouvelle vague de troubles dans le pays. L'influente institution militaire, qui a dirigé l'Égypte pendant près d'un an et demi après la chute de Hosni Moubarak en février 2011, est plus discrète depuis que le président islamiste Mohamed Morsi, élu en juin, a écarté en août son ancien ministre de la Défense et adversaire, le maréchal Hussein Tantaoui.

Elle s'était toutefois déjà manifestée en décembre dernier pour appeler au dialogue et rappeler son rôle de garante de la stabilité du pays, lors d'une vive crise liée à l'adoption d'un projet de Constitution controversé. L'armée s'est déployée depuis plusieurs jours à Port-Saïd et à Suez pour protéger des bâtiments publics et des installations vitales dans ces deux villes aux entrées du canal reliant la Méditerranée à la mer Rouge.

Dimanche soir, le président Morsi a imposé l'état d'urgence dans les trois gouvernorats jouxtant cet axe stratégique de navigation (Port-Saïd, Ismaïliya, Suez). Le Sénat a par ailleurs ratifié lundi un projet de loi autorisant le président à déployer l'armée afin qu'elle participe temporairement au maintien de l'ordre. « Le peuple du canal défie l'état d'urgence du président », titrait mardi le journal indépendant Al-Chorouq.

Heurts sanglants à Port-Saïd

Cinquante-deux personnes ont péri et des centaines ont été blessées dans les violences qui ont débuté jeudi soir dernier. Les heurts les plus sanglants ont eu lieu à Port-Saïd, où 42 personnes ont péri depuis la condamnation à mort, samedi, de 21 supporteurs du club de football local Al-Masry, impliqués dans des heurts meurtriers l'an dernier à l'issue d'un match contre le club cairote d'Al-Ahly. Ces affrontements, les plus meurtriers depuis l'élection de Mohamed Morsi en juin 2012, se déroulent sur fond de forte contestation du pouvoir du président par l'opposition laïque et de sévère crise économique.

Les États-Unis ont condamné lundi « avec force les violences qui se déroulent dans plusieurs villes égyptiennes », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. Le pétrole s'affichait en hausse mardi matin en Asie, soutenu notamment par les risques géopolitiques actuels en Égypte et en Algérie.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Égypte : Lamees al-Hadidi, journaliste de combat

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Égypte : Ahmed al-Darawy, comment un révolutionnaire pro-démocratie est devenu jihadiste

Pourquoi et comment un militant non violent pro-démocratie a progressivement basculé dans l'islamisme radical. Plein feu sur une métamorphose fatale née sur le terreau du désespoir.[...]

Football : ces clubs africains qui ont marqué 2014

Al-Ahly (Égypte) avait terminé en 2012 et 2013 à la première place du classement des clubs de "Jeune Afrique". La formation cairote laisse cette fois-ci sa couronne aux Algériens de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130129155057 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130129155057 from 172.16.0.100